Agression près d’une synagogue en France: pas de caractère antisémite retenu
Rechercher

Agression près d’une synagogue en France: pas de caractère antisémite retenu

Les quatre adolescents, âgés de 14 à 15 ans et sans antécédents judiciaires, ont été placés en liberté surveillée

Le Palais de Justice de Paris. Illustration. (Crédit : Benh Lieu Song/CC BY-SA 3.0/WikiCommons)
Le Palais de Justice de Paris. Illustration. (Crédit : Benh Lieu Song/CC BY-SA 3.0/WikiCommons)

Quatre adolescents, accusés d’avoir agressé mercredi un autre jeune qui sortait d’une synagogue de la région parisienne, ont été mis en examen mais le caractère antisémite des violences n’a pas été retenu, a-t-on appris samedi de source judiciaire.

Les quatre mineurs, âgés de 14 à 15 ans, ont été mis en examen vendredi soir pour violences avec deux circonstances aggravantes : le fait qu’elles aient été commises « en réunion », et aux abords d’un établissement scolaire – la « synagogue » étant un centre culturel et cultuel hébergeant une école.

Mais contrairement aux demandes du parquet de Pontoise, ville située à 25 km au nord-ouest de Paris, le juge des enfants n’a pas retenu la circonstance aggravante de violences commises en raison de la religion de la victime.

Ils ont été placés sous liberté surveillée.

Ces quatre jeunes sans antécédents judiciaires sont accusés d’avoir agressé un garçon de 14 ans vers 20 heures mercredi, à la sortie d’un office où était célébrée la fête de Pourim.

La victime avait relaté avoir eu une première altercation dans un parc voisin de la synagogue, vers 18 heures, alors qu’il jetait des pétards en compagnie de son frère et de sa soeur. Un groupe de huit jeunes l’auraient alors traité de « sale juif ».

Deux heures plus tard, alors qu’il avait quitté le lieu de culte avant sa famille, il aurait été encerclé par une dizaine de jeunes qui lui auraient donné des coups, notamment avec une branche d’arbre, cassé ses lunettes et volé sa kippa tout en proférant des insultes antisémites, selon une source proche de l’enquête.

L’adolescent s’est vu prescrire deux jours d’incapacité totale de travail (ITT), a précisé l’une de ces sources.

Les quatre adolescents du quartier – trois de 14 ans et un autre de 15 ans – avaient été interpellés plus tard dans la soirée.

« A l’issue de la garde à vue, certains reconnaissent les coups mais aucun le mobile antisémite », avait précisé une deuxième source proche de l’enquête.

Fin janvier, une affaire impliquant dans ce même département un garçon juif de huit ans avait suscité une vive émotion dans la communauté juive et la classe politique. L’enfant avait rapporté que, alors qu’il portait sa kippa, deux jeunes l’avaient fait tomber avec un croche-pied avant de lui donner quelques coups au sol. Le parquet de Pontoise avait retenu le caractère antisémite de l’agression.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...