Ahmed Abou Artema : « Nous avons perdu la bataille de l’opinion »
Rechercher

Ahmed Abou Artema : « Nous avons perdu la bataille de l’opinion »

Un activiste, connu pour être l'instigateur des émeutes de la "Marche du retour" appelle les Palestiniens "à réexaminer toutes nos tactiques et à en inventer de nouvelles"

Un activiste palestinien largement considéré comme étant celui qui a inspiré les manifestations et les émeutes hebdomadaires à la frontière entre Israël et Gaza ces derniers mois, ayant considérablement accru les tensions, a appelé à un «retrait tactique», la pratique étant devenue «trop coûteuse».

« Nous avons perdu la bataille de l’opinion publique », a déclaré Ahmed Abou Artema, un activiste politique et journaliste désormais porte-parole de la « Marche du retour », lors d’une émission télévisée la semaine dernière. Un article sur Facebook qu’il a publié plus tôt cette année, appelant à des manifestations pacifiques, a fini par se transformer en manifestations de grande ampleur, souvent violentes, le vendredi.

Depuis le 30 mars, des affrontements hebdomadaires ont eu lieu à la frontière de Gaza. Israël accuse le groupe terroriste palestinien du Hamas, qui dirige Gaza, d’utiliser les manifestations comme couverture pour des attaques et des tentatives de violation de la barrière de sécurité.

Abu Artema avait initialement appelé à des manifestations de masse, des manifestations pacifiques visant à mettre fin au siège de Gaza et à un retour dans ce que les Palestiniens appellent leurs maisons ancestrales en Israël. Ces manifestations sont devenues des foyers de violence.

« La Marche du retour a été une tentative de créer un certain modèle », a déclaré le jeune homme de 33 ans le 1er août, dans un discours diffusé par Al Jazeera et traduit lundi par MEMRI. « Nous avons essayé d’associer cette forme de lutte à des images de la vie et de la beauté. C’est la philosophie de la lutte pacifique contre Israël qui tente de nous présenter associés à une image de mort et de terrorisme. »

Mais, a-t-il dit, « malheureusement, nous avons perdu la bataille de l’opinion publique lors de la Marche du retour, quand elle a abouti au sang et à la perte de membres », a-t-il déclaré. « C’est très effrayant. »

Selon le ministère de la Santé dirigé par le Hamas, au moins 160 Palestiniens ont été tués par des tirs israéliens et des milliers d’autres ont été blessés depuis le début des manifestations. Le Hamas, un groupe terroriste qui a juré de détruire Israël, a reconnu que des dizaines de ses  membres avaient été tués.

Un émeutier palestinien utilise une fronde alors que la fumée s’échappe des pneus lors de violents affrontements le long de la frontière entre Israël et la bande de Gaza, à l’est de la ville de Gaza, le 27 juillet 2018. (Crédit : AFP / Mahmud Hams)

Aviv Levi, un soldat israélien a été abattu par un tireur d’élite palestinien.

Les manifestations de la marche du retour ont également amené des Palestiniens à faire voler des engins incendiaires aériens vers le territoire israélien presque quotidiennement, provoquant des centaines d’incendies dans le sud d’Israël et des dégâts estimés à des millions de shekels. Des centaines de roquettes et de mortiers ont été lancés vers des villes israéliennes.

La pression intérieure exercée sur les forces armées pour faire cesser les objets volants en flammes s’est intensifiée, conduisant Israël à procéder à des frappes aériennes d’alerte et à accroître le potentiel de violence.

S’exprimant lors d’un symposium intitulé « La cause palestinienne – Propositions sur la table » organisé par le Hamas, Abu Artema a déclaré : « Les images de membres déchirés, de gens blessés, de sang et de martyrs sont très douloureuses et doivent nous conduire à réexaminer toutes nos tactiques. inventer à nouveau. »

Les services d’urgence et les Palestiniens portent un blessé lors d’affrontements avec les forces de sécurité israéliennes près de la frontière entre Israël et la bande de Gaza, à l’est de Jabalia, le 14 mai 2018 (Crédit : AFP / MOHAMMED ABED)

« Ce n’est pas une tentative d’affaiblir la marche du retour, mais il est acceptable, de temps en temps, de s’engager dans un retrait tactique, si vous sentez que votre chemin est devenu trop coûteux », a-t-il suggéré. « Il n’y a rien de mal à un retrait tactique qui préservera l’idée d’origine. Nous voulons sauver l’idée elle-même de la mort. »

Israël et l’Égypte ont imposé un blocus à la bande de Gaza, estimant que ces restrictions étaient nécessaires pour empêcher les groupes terroristes d’importer des armes et du matériel pour leurs campagnes militaires. Les marchandises arrivent dans les ports israéliens et sont ensuite acheminées vers Gaza sur des centaines de camions chaque jour.

Adam Rasgon et l’équipe du Times of Israël ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...