Rechercher

Akunis se retire d’un évènement scientifique avec la Jordanie

Le ministre des Sciences a boycotté la cérémonie d’ouverture de nouvel accélérateur de particules après qu’Amman a accusé Israël d’avoir tué un terroriste jordanien

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Ofir Akunis (Crédit : CC-BY-SA Shay Hayak/Wikipedia)
Ofir Akunis (Crédit : CC-BY-SA Shay Hayak/Wikipedia)

Le ministre des Sciences et de la Technologie Ofir Akunis a quitté une cérémonie en Jordanie, qui mettait en lumière la coopération régionale scientifique, organisée par le roi Abdallah II, indiquant qu’Amman a « été trop loin » en condamnant l’assassinat d’un Jordanien par un policier israélien. L’homme avait poignardé le policier à plusieurs reprises, au niveau de la tête et du cou.

Ce lundi, Akunis a annoncé son retrait de l’inauguration pour l’évènement qui présentait le nouvel accélérateur à particules. Mardi, il a déclaré à la radio israélienne qu’il y avait une limite à ce qu’Israël est prêt à encaisser, et que la réaction de la Jordanie allait au-delà.

« Un pays ne peut pas encaisser coup après coup, et faire preuve de retenue », a déclaré Akunis. « De temps à autre, un pays doit protester diplomatiquement. C’est le moins que l’on puisse faire, nous ne transgressons aucune règle. »

La cérémonie de présentation du nouvel accélérateur SESAME devait réunir des ministres de plusieurs pays impliqués dans ce projet de collaboration régionale révolutionnaire, notamment les ministres israéliens, iraniens, turcs, pakistanais, bahreïniens, et le ministre de l’Autorité palestinienne.

Israël aurait investi près de 40 millions de shekels dans ce projet, selon la radio militaire.

Un employé de SESAME, avec l'accélérateur de particules, à Allan en Jordanie. (Crédit : Sharing Knowledge Foundation)
Un employé de SESAME, avec l’accélérateur de particules, à Allan en Jordanie. (Crédit : Sharing Knowledge Foundation)

« Le projet scientifique est important, la paix avec la Jordanie est très importante, mais le plus important, c’est de défendre la vérité », a déclaré Akunis, membre du Likud, le parti du Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Interrogé quant à une éventuelle concertation avec Netanyahu, ministre des Affaires étrangères sur cette décision, Akunis a indiqué que « tous ceux qui devaient le savoir en ont été informés », mais qu’il s’agissait de « ma décision, et de ma responsabilité ».

Samedi, Amman a fustigé l’exécution d’un assaillant jordanien, qui a été filmé en train de poignarder un policier israélien à de nombreuses reprises, avant que sa victime ne lui tire dessus. Amman a qualifié cet incident de « crime haineux » et a exigé que le gouvernement israélien fournisse des détails.

Netanyahu a vilipendé la déclaration d’Amman, et a demandé à ce que la Jordanie condamne les attentats terroristes perpétrés contre les Israéliens. « Il est temps qu’Amman cesse son double-jeu », a déclaré le bureau du Premier ministre dans un communiqué.

« Tout comme Israël condamne les attaques terroristes en Jordanie, la Jordanie doit condamner les attaques terroristes qui ont lieu en Israël. Le terrorisme est du terrorisme. Où qu’il sévisse. »

La police a diffusé les enregistrements vidéo de l’attaque dans les rues de la Vieille Ville. On peut voir le policier marcher et se faire violemment attaquer par Muhammad Abdullah Salim al-Kassji, 57 ans, muni d’un couteau. Ce ressortissant jordanien était entré en Israël quelques jours plus tôt. L’officier a été hospitalisé pour des blessures modérées à la tête et au cou.

Israël, l’un des membres fondateurs du projet SESAME (Synchrotron-Light for Experimental Science and Applications in the Middle East), né en 2002 sous l’égide de l’UNESCO. Ce projet est destiné à favoriser la coopération régionale au moyen de partenariats scientifiques.

Une fois opérationnel, SESAME débutera ses activités en étudiant la pollution de l’air dans la vallée du Jourdain et sera impliqué dans la recherche contre le cancer. C’est le premier accélérateur à particules qui sera alimenté grâce à l’énergie renouvelable, fournie par une station solaire aménagée à cet effet.

Akunis a déclaré que malgré sa non-participation à la cérémonie, Israël continuera de participer au projet SESAME. Il a ajouté que la « science peut être une passerelle pour tisser des liens avec d’autres pays », mais a souligné que cela ne pourra pas être le cas avec l’Iran, l’un des pays du projet, tant que Téhéran maintient sa politique de destruction d’Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...