Al-Qaïda: l’ambassade à Jérusalem prouve que les US sont ennemis de l’islam
Rechercher

Al-Qaïda: l’ambassade à Jérusalem prouve que les US sont ennemis de l’islam

Le 11 septembre, le successeur de Ben Laden, Ayman al-Zawahiri, a appelé les musulmans à faire la guerre aux Etats-Unis partout dans le monde

Un extrait d'une vidéo obtenue le 11 septembre 2012 du leader d'al-Qaïda Ayman al-Zawahiri, s'exprimant depuis un lieu non-spécifié (Crédit : Observatoire de renseignements  Site/AFP) )
Un extrait d'une vidéo obtenue le 11 septembre 2012 du leader d'al-Qaïda Ayman al-Zawahiri, s'exprimant depuis un lieu non-spécifié (Crédit : Observatoire de renseignements Site/AFP) )

Le Caire — A l’occasion du 17e anniversaire des attentats du 11 septembre, le leader d’al-Qaïda a appelé mardi les musulmans à faire la guerre aux Etats-Unis dans le monde entier.

Dans un discours de 30 minutes diffusé mardi, Ayman al-Zawahiri a longuement dépeint les Etats-Unis comme étant l’ennemi religieux de l’Islam, utilisant le transfert à Jérusalem par Washington de son ambassade en Israël, depuis Tel Aviv, comme preuve de cette inimitié.

Le groupe SITE, basé à Washington, qui contrôle les supports médiatiques dans le monde entier, a diffusé une retranscription du discours en anglais.

« L’Amérique est l’ennemi numéro un des musulmans – malgré sa laïcité déclarée », a dit al-Zawahiri dans la vidéo. Il a fait la liste de 14 directives pour combattre les Etats-Unis et notamment un appel à l’unité musulmane et à ce que les djihadistes resserrent les rangs.

Les tours du World Trade Center, le 11 septembre 2001. (Crédit : TheMachineStops/Flickr)

Al-Zawahiri a succédé à Oussama Ben Laden, fondateur d’al-Qaïda et cerveau des attaques du 11 septembre 2001 qui avaient entraîné la mort de plus de 3 000 Américains. Il a été tué par les forces spéciales américaines au Pakistan en 2011.

Mardi, le président américain Donald Trump a rendu hommage aux « héros » qui avaient combattu les pirates de l’air en cette journée du 11 septembre, jurant que l’Amérique ne flancherait pas face au mal et qu’elle ferait tout ce qui est nécessaire pour assurer la sécurité du pays.

Sous un ciel gris à Shanksville, en Pennsylvanie, Trump a salué le courage des 40 hommes et femmes qui se trouvaient à bord du Vol 93 et qui s’étaient précipités vers les quatre hommes qui avaient pris les commandes de l’avion et qui ciblaient Washington.

« Ce mémorial est maintenant un message envoyé au monde. L’Amérique ne se soumettra jamais, jamais à la tyrannie », a dit Trump, notant que près de 5,5 millions d’Américains ont rejoint l’armée des Etats-Unis depuis le 11 septembre.

« En tant que commandant en chef, je ferai toujours tout ce qui est en mon pouvoir pour empêcher les terroristes de frapper le sol américain », a ajouté le président, tout en rendant aussi hommage aux presque 7 000 membres des services américains qui sont morts « en affrontant la menace du terrorisme islamique radical ».

Le président américain Donald Trump et la First Lady Melania Trump sur le site d’un nouveau mémorial à Shanksville, Pennsylvanie, où le Vol 93 s’était écrasé durant les attaques du 11 septembre 2001, le 11 septembre 2018 (Crédit : AFP PHOTO / Nicholas Kamm)

Ce n’est pas la première fois qu’al-Zawahiri fait le lien entre le transfert américain de l’ambassade à Jérusalem et un appel à la guerre contre les Etats-Unis.

Dans un discours prononcé au mois de mai, al-Zawahiri avait indiqué que la décision américaine de relocaliser son ambassade à Jérusalem était la preuve que les négociations et « l’apaisement » avaient échoué de la part des Palestiniens et il avait prôné le djihad de tous les musulmans contre les Etats-Unis.

Dans une vidéo de cinq minutes intitulée « Tel Aviv est également une terre des musulmans », l’Egyptien s’était référé à l’Autorité palestinienne comme à « la vendeuse de la Palestine » tout en demandant vivement à ses fidèles de prendre les armes.

Trump « a été clair et explicite et il a révélé le vrai visage de la croisade moderne, où l’attente et l’apaisement ne fonctionnent pas, mais seulement la résistance à travers l’appel et le djihad », avait dit Zawahiri, selon une retranscription fournie par l’observatoire SITE.

Il avait affirmé que les pays islamiques avaient échoué à défendre les intérêts des musulmans en entrant aux Nations unies, qui reconnaissent Israël, et en se soumettant aux résolutions du Conseil de sécurité et de l’Assemblée générale en lieu et place de la Charia (loi islamique).

Trump avait annoncé, le 6 décembre 2017, qu’il reconnaissait Jérusalem en tant que capitale israélienne et qu’il y déplacerait l’ambassade qui se trouvait jusqu’alors à Tel Aviv.

Cette initiative avait ravi le gouvernement israélien et entraîné la colère des Palestiniens qui revendiquent la partie Est de la ville comme capitale de leur futur état.

La majorité des pays européens avaient également fustigé la démarche effectuée par Trump, non-conforme au consensus international, préférant attendre pour reconnaître la ville la finalisation du statut de Jérusalem au cours de pourparlers avec les Palestiniens.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...