Aliza Bin-Noun rend hommage à Shimon Peres et à son héritage
Rechercher

Aliza Bin-Noun rend hommage à Shimon Peres et à son héritage

Lors d'un entretien, l'ambassadrice d'Israël en France insiste sur l'importance de rendre hommage à l'homme sans analyses politiques

Aliza Bin-Noun, le 31 mai 2016 (Crédit : Capture d’écran France Inter)
Aliza Bin-Noun, le 31 mai 2016 (Crédit : Capture d’écran France Inter)

Dans un entretien réalisé par le Figaro, Aliza Bin-Noun, ambassadrice d’Israël en France, est revenue sur le décès du 9e président d’Israël, Shimon Peres et sur son parcours politique.

Elle a commencé par souligner la relation particulière que ce dernier avait avec la France, sa culture et sa langue. Sa dernière visite en France avait eu lieu au printemps dernier.

L’ambassadrice, qui a eu l’occasion de rencontrer Shimon Peres à plusieurs reprises témoigne qu’il « était très chaleureux, très gentleman, très humain, et sensible. Un homme unique, très spécial ».

Revenant sur la longue carrière politique de Shimon Peres, Aliza Bin-Noun souligne que la vision des Israéliens avaient beaucoup évolué lorsqu’il était devenu président, représentant un véritable « père spirituel » de la nation. Malgré les positionnement politique, les Israéliens étaient très attachés au symbole que représentait Shimon Peres, considéré comme le dernier père fondateur d’Israël.

L’ambassadrice souligne ainsi que Shimon Peres faisait aujourd’hui l’unanimité au-delà des clivages de la gauche et de la droite, ce qui ne fut pas le cas lorsque ce dernier était ministre et Premier ministre.

Questionnée sur la participation de Shimon Peres à l’agrandissement des implantations après la guerre des Six jours, l’ambassadrice indique l’importance de contextualiser en fonction de l’époque.

Participant des accords d’Oslo, « il a essayé au cours des années de promouvoir la paix, comme beaucoup d’Israéliens, mais la situation politique au Moyen-Orient a changé, (…) aujourd’hui nous avons un gouvernement de la droite mais c’est très important de dire ici que même ce gouvernement de la droite, avec Benjamin Netanyahu, il est toujours engagé à parvenir à la paix, » a déclaré Aliza Bin-Noun. Cette recherche de la paix est, selon elle, l’héritage de Shimon Peres.

« Israël est prêt à parvenir à la paix et à parler avec Mahmoud Abbas, mais encore une fois aujourd’hui, je ne souhaite pas faire d’analyse politique, nous sommes en deuil et c’est Shimon Peres qui doit être mentionné ».

Selon l’ambassadrice, les funérailles de Shimon Peres doivent être un moment de recueillement autour de l’homme et non un moment politique.

Concernant la réaction très timide du monde arabe, l’ambassadrice israélienne s’est voulue optimiste, à l’instar de Shimon Peres. « J’espère qu’ils vont réagir, il y avait beaucoup de personnes politiques dans le monde arabe qui appréciaient énormément ce qu’incarnait Shimon Peres. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...