Allemagne : Des centaines d’ultras aux funérailles d’un supporter néo-nazi
Rechercher

Allemagne : Des centaines d’ultras aux funérailles d’un supporter néo-nazi

Une couronne de fleurs était décorée de rubans flanqués d'un aigle rappelant très clairement la symbolique nazie

Une couronne flanquée d'un aigle, symbole clairement nazi, lors des funérailles de Thomas Haller, figure majeure de l'extrême droite néo-nazie allemande, à Chemnitz, le 18 mars 2019 (Crédit : Ronny Hartmann / AFP)
Une couronne flanquée d'un aigle, symbole clairement nazi, lors des funérailles de Thomas Haller, figure majeure de l'extrême droite néo-nazie allemande, à Chemnitz, le 18 mars 2019 (Crédit : Ronny Hartmann / AFP)

Des centaines d’ultras du club de foot de Chemnitz, théâtre de violences racistes en août, ont assisté lundi dans le calme et sous surveillance policière aux obsèques d’un supporter néo-nazi, ont constaté les journalistes de l’AFP.

Le cortège était composé essentiellement d’hommes vêtus de noir ne portant pas de signes ostentatoires d’appartenance à l’extrême droite radicale.

Une couronne de fleurs était cependant décorée de rubans montrant un aigle rappelant très clairement la symbolique nazie.

Les ultras, certains masqués, s’étaient rassemblés à partir de la mi-journée en silence le long de la route empruntée par le corbillard.

Rassemblement au bord de la route alors qu’un corbillard transporte le cercueil de Thomas Haller, figure de proue de la scène d’extrême droite et néo-nazie allemande et fan du club de football allemand de quatrième rang, le Chemnitzer FC, le 25 mars 2019 à l’église Michaeliskirche de Chemnitz, dans l’est de l’Allemagne. (Crédit : Ronny Hartmann / AFP)

Le déploiement policier était massif, en raison de craintes de débordements ou de provocations, les hooligans de Chemnitz s’étant illustrés début mars en scandant en hommage au défunt « Hoo-Na-Ra » (Hooligans Nazis Racistes) à l’issue d’un match de ce club de 4e division.

Ces ultras avaient participé aussi aux violences de Chemnitz en août 2018 après le meurtre d’un Allemand dont sont soupçonnés un Irakien et un Syrien.

Le Syrien, âgé de 23 ans et réfugié en Allemagne comme des centaines de milliers de migrants depuis 2015, est jugé depuis lundi matin à Dresde. Il nie toute implication dans le meurtre, dont le mobile reste obscur. Le suspect irakien est lui en fuite.

Ce meurtre a aussi été l’un des faits divers utilisés par la droite radicale, comme le parti Alternative pour l’Allemagne (AfD), pour mobiliser dans la rue et dans les urnes.

Des manifestants de droite ont allumé des fusées éclairantes le 27 août 2018 à Chemnitz, dans l’est de l’Allemagne, après la mort d’un ressortissant allemand âgé de 35 ans, décédé à l’hôpital après un « conflit entre plusieurs nationalités ». (Crédit: AFP / Odd ANDERSEN)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...