Rechercher

Allemagne: la justice s’oppose au retrait d’un bas-relief antisémite dans une église

Les juges ont estimé que si l'œuvre était calomnieuse, la présence d'une plaque au pied de l'église à la mémoire des victimes de la Shoah en faisait un "mémorial"

Cette gravure qui figure sur la façade de l'église St. Marien à Wittenberg, en Allemagne, représente des Juifs tétant une truie. (Crédit : Toni L. Kamins)
Cette gravure qui figure sur la façade de l'église St. Marien à Wittenberg, en Allemagne, représente des Juifs tétant une truie. (Crédit : Toni L. Kamins)

La Cour fédérale allemande de Justice, plus haute instance judiciaire du pays, s’est prononcée mardi contre le retrait du bas-relief médiéval antisémite, la « Truie des Juifs », d’une église qui fut le berceau de la réforme protestante.

Cette décision rendue par la cour de Karlsruhe (sud-ouest) devrait mettre un terme à une bataille judiciaire entamée il y a cinq ans autour de cette sculpture qui orne depuis 1290, à huit mètres de hauteur, l’aile sud de l’église Sainte-Marie de Wittenberg (est).

L’édifice où Martin Luther (1483-1546) prêcha pour la première fois en langue allemande est classé au patrimoine mondial de l’humanité.

La bas-relief montre des Juifs et des porcelets tétant le lait d’une truie pendant qu’un rabbin soulève la patte et la queue de l’animal pour examiner son anus.

Ce motif animalier métaphorique visait à provoquer l’aversion pour les Juifs dans cette ville où le moine Luther, dont l’antisémitisme a été abondamment documenté par les historiens, placarda ses thèses contre les indulgences de l’Eglise catholique en 1517, marquant la naissance de la Réforme.

Les juges de la Cour fédérale ont estimé que si l’œuvre était calomnieuse, la présence d’une plaque au pied de l’église à la mémoire des victimes de la Shoah en faisait un « mémorial » et débouté ainsi le plaignant, membre de la communauté juive d’Allemagne, qui réclamait que la sculpture soit décrochée.

Cette « Truie des Juifs » exprime certes « l’hostilité et la haine envers les Juifs » et constitue « une insulte aux Juifs », selon les magistrats.

Mais l’installation en 1988, du temps de la RDA communiste, d’une plaque en bronze rappelant le souvenir des « six millions de Juifs » exterminés par le régime nazi, l’a transformée en « un mémorial destiné à commémorer et à rappeler les siècles de discrimination et de persécution des Juifs jusqu’à la Shoah », selon eux.

Le Conseil central des Juifs d’Allemagne, principale instance de représentation de la communauté juive, a jugé à l’issue de cette décision que « l’Eglise devrait reconnaître clairement sa culpabilité et condamner son antijudaïsme séculaire ».

La « Truie des Juifs » avait suscité une âpre polémique en 2017, année où l’Allemagne célébrait le 500e anniversaire de la Réforme, avec la circulation d’une pétition, puis d’une contre-pétition, avant que le litige n’atterrisse devant les tribunaux.

Avant la décision de la Cour fédérale de Justice, le plaignant avait exprimé son intention de porter l’affaire devant le Cour constitutionnelle ou la Cour européenne des droits de l’Homme, selon les médias.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...