Allemagne : procès d’un Pakistanais soupçonné d’espionner des cibles israéliennes pour l’Iran
Rechercher

Allemagne : procès d’un Pakistanais soupçonné d’espionner des cibles israéliennes pour l’Iran

Haidar Syed Mustufa, 31 ans, est soupçonné d'avoir espionné pour le compte des renseignements iraniens un universitaire franco-israélien et un ancien député allemand

Le Pakistanais Syed Mustufa H., à droite, aux côtés de ses avocats au début de son procès à Berlin, en Allemagne, le 8 mars 2017. (Crédit : Odd Andersen/Pool/AFP)
Le Pakistanais Syed Mustufa H., à droite, aux côtés de ses avocats au début de son procès à Berlin, en Allemagne, le 8 mars 2017. (Crédit : Odd Andersen/Pool/AFP)

Un Pakistanais soupçonné d’avoir espionné pour le compte des renseignements iraniens un universitaire franco-israélien et un ancien député allemand, a refusé de s’exprimer « par peur » mercredi, au premier jour de son procès à Berlin.

Haidar Syed Mustufa, 31 ans, a espionné sur le campus de l’Ecole supérieure de commerce de Paris (ESCP) en 2015 le professeur franco-israélien David Rouach, puis en Allemagne l’ancien député social-démocrate et ex-président de la Société germano-israélienne (DIG) Reinhold Robbe, deux cibles potentielles pour les renseignements iraniens, selon l’accusation.

L’accusé originaire de Karachi a refusé de s’exprimer car il a « peur », a indiqué l’un de ses avocats, sans préciser ce que son client redoutait.

Le parquet lui reproche d’avoir travaillé pour la Force Al-Qods, une unité spéciale des Gardiens de la Révolution qui forme des recrues pour espionner à l’étranger.

Arrivé en tant qu’étudiant en Allemagne en 2012, domicilié à Brême où il a été interpellé en juillet 2016, il aurait espionné en juillet et août 2015 David Rouach, auteur d’ouvrages sur la veille technologique.

L’espion présumé aurait remis à son contact iranien un dossier fournissant d’abondantes informations sur les mesures de sécurité en vigueur sur le campus, les vigiles présents ou les postes de police à proximité.

Il aurait espionné de façon encore plus précise Reinhold Robbe, un temps chargé des questions de défense au Bundestag, la chambre basse du Parlement, renseignant son contact iranien sur les habitudes quotidiennes, les activités ou les rendez-vous de celui qui était aussi à la tête de la Société germano-israélienne, organisation qui vise à favoriser les échanges entre l’Allemagne et Israël.

Selon un membre des renseignements intérieurs allemands, la Force Al-Qods « prenait ses dispositions pour le ‘Jour X' » : en cas de guerre avec Israël et les Etats-Unis, l’Iran aurait alors disposé de cibles faciles en Occident.

Les enquêteurs n’ont en revanche pas pu déterminer combien de temps il a espionné, estimant qu’il avait commencé « au plus tard » en juillet 2015 en espionnant Rouach.

Le procès doit durer jusqu’à fin mars.

Lundi, le Premier ministre Benjamin Netanyahu avait déclaré pendant la cérémonie de commémoration du 25e anniversaire de l’attentat sponsorisé par l’Iran contre l’ambassade israélienne d’Argentine que la République islamique était la source de 80 % des préoccupations sécuritaires d’Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...