Allemagne : Un survivant de la Shoah embrasse un garde nazi de 93 ans au procès
Rechercher

Allemagne : Un survivant de la Shoah embrasse un garde nazi de 93 ans au procès

Le co-demandeur dit qu'il a reconnu qu'il doit "pardonner" ; Bruno Dey est accusé de complicité dans le meurtre de 5 230 personnes au camp de concentration de Stutthof

Peter Loth entre dans une salle d'audience de Hambourg, en Allemagne, pour le procès de Bruno Dey, un gardien du camp de concentration nazi de Stutthof, le 12 novembre 2019. (Christian Charisius/Pool/AFP)
Peter Loth entre dans une salle d'audience de Hambourg, en Allemagne, pour le procès de Bruno Dey, un gardien du camp de concentration nazi de Stutthof, le 12 novembre 2019. (Christian Charisius/Pool/AFP)

BERLIN (JTA) – Un ancien enfant qui a survécu à la Shoah a interrompu le procès d’un ancien gardien de camp de concentration nazi pour faire un câlin à l’accusé de 93 ans.

Bruno Dey est accusé de complicité dans l’assassinat de 5 230 personnes au camp de concentration de Stutthof près de ce qui est aujourd’hui Gdansk, en Pologne. Il est jugé à Hambourg.

Moshe Peter Loth, 76 ans, co-demandeur dans l’affaire, a approché Dev pendant le procès la semaine dernière et lui a dit : « Attention, je vais lui pardonner. »

Loth a ensuite serré Dey dans ses bras. Loth a dit plus tard que les deux hommes ont pleuré.

Dans son témoignage au procès, Loth a déclaré que sa mère avait été déportée à Stutthof et qu’il y était né – un fait qu’il n’aurait appris que récemment. Après la libération du camp, Loth a passé des années dans une famille polonaise et a ensuite été réuni avec sa famille en Allemagne. Ils ont ensuite immigré aux États-Unis.

Loth a dit qu’une vie d’abus et de privations l’avait rendu « plein de haine, jusqu’à ce que je reconnaisse que je devais pardonner ».

Bruno Dey, 93 ans, ancien garde SS au camp de concentration de Stutthof près de Dantzig, siège au tribunal régional de Hambourg, en Allemagne, le 17 octobre 2019. (Daniel Bockwoldt/dpa via AP)

Dey, garde au camp entre août 1944 et avril 1945, est jugé par un tribunal pour adolescents parce qu’il était adolescent à l’époque.

Le tribunal a permis à Loth d’interroger Dey, qui a répété son témoignage selon lequel il ne s’était pas porté volontaire pour travailler à Stutthof et qu’il était choqué par ce qui s’était passé là-bas.

Selon un interprète, Loth a demandé pardon à Dey pour avoir été en colère et rempli de haine.

L’accusé a répondu : « Absolument. Je n’ai pas de haine. »

Dey a dit plus tard que c’était un soulagement pour lui de rencontrer Loth et de lui demander pardon.

En 2015, un événement similaire s’est produit dans une salle d’audience allemande lorsque la survivante d’Auschwitz Eva Kor a publiquement pardonné à Oskar Groening, ancien garde du camp. Kor, un citoyen américain d’origine roumaine décédé en juillet à l’âge de 85 ans, a exhorté Groening à montrer l’exemple en dénonçant publiquement les activités néo-nazies.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...