Alors que Trump prépare son avenir politique, son gendre Kushner déclare forfait
Rechercher

Alors que Trump prépare son avenir politique, son gendre Kushner déclare forfait

Selon certains, Trump accuserait son gendre de sa défaite, d'autres disent que l'ex-conseiller ferait une pause en politique et serait mécontent de la fin du mandat du président

Le haut-conseiller à la Maison Blanche Jared Kushner, (à droite), pendant une réunion entre le président américain, (à gauche), et les leader du Sommet du conseil de coopération du Golfe à Ryad, le 21 mai 2017. (Crédit : AP/Evan Vucci)
Le haut-conseiller à la Maison Blanche Jared Kushner, (à droite), pendant une réunion entre le président américain, (à gauche), et les leader du Sommet du conseil de coopération du Golfe à Ryad, le 21 mai 2017. (Crédit : AP/Evan Vucci)

Tout au long du mandat de Donald Trump en tant que président des États-Unis, Jared Kushner a été l’homme de main de l’ancien dirigeant pour tout ce qui concerne la politique étrangère, la réponse à la COVID-19, la sécurité nationale, etc.

Aujourd’hui, selon CNN, Kushner a largement disparu de l’orbite de son beau-père, alors même que celui-ci cherche à renforcer son emprise sur le parti Républicain et éventuellement planifier une nouvelle course à la présidence en 2024.

De multiples sources proches de Kushner et Trump qui ont parlé à CNN ont confirmé que Kushner a pris du recul et n’a pas été impliqué dans les récentes discussions de Trump avec les conseillers sur la voie à suivre.

Des proches du président ont indiqué que M. Trump était en colère contre son gendre, lui imputant au moins partiellement sa défaite aux élections de 2020.

« Nous savons que le patron ne va pas se sentir responsable », a déclaré l’un d’entre eux.

Par ailleurs, plusieurs personnes proches de Kushner ont dit que c’était son choix de faire une pause, ainsi que celui de son épouse, Ivanka, la fille de Trump.

« Pour l’instant, il quitte la politique », a déclaré une personne. Un autre a dit que Kushner « veut faire une pause », ajoutant que « le caractère mouvementé de la politique l’a épuisé ». Finalement, Trump épuise tout le monde ».

D’autres encore ont indiqué que Kushner avait été découragé par le refus obstiné de Trump d’accepter les résultats des élections et par les fausses allégations incessantes de fraude électorale de masse.

Et certains ont noté qu’il semblait y avoir une tendance chez Kushner tout au long du mandat de l’administration – ravi de s’attribuer le mérite des succès mais disparaissant en cas de crises et de controverses.

Quelques jours après l’élection de 2020, des sources anonymes citées par The Associated Press ont déclaré que Kushner avait dit à d’autres personnes qu’il avait contacté Trump pour lui demander de concéder la défaite à l’élection présidentielle, ce qu’il a refusé de faire jusqu’à ce jour.

Jared Kushner, conseiller principal de la Maison Blanche, s’exprime à Rabat aux côtés de responsables israéliens et marocains, le 22 décembre 2020. (Judah Ari Gross)

Mais d’un point de vue de politique étrangère, Kushner a terminé son séjour à la Maison Blanche de Trump sur une bonne note.

Largement raillé pendant plus de trois ans en tant que poids plume, connu surtout pour sa célèbre épouse, ses problèmes de propriété et le séjour de son père en prison, Kushner a réalisé des progrès historiques : depuis septembre, quatre nations arabes ont rejoint les accords dits d’Abraham avec Israël.

Les vétérans de la diplomatie du Moyen-Orient s’accordent à dire que Kushner a agi avec agilité après que les Émirats arabes unis ont signalé pour la première fois leur volonté de reconnaître Israël.

Kushner, un ami de famille du Premier ministre Benjamin Netanyahu, a enfreint des décennies de normes américaines sur le rétablissement de la paix au Moyen-Orient en faisant à peine semblant d’être impartial avec les Palestiniens.

Trump a reconnu Jérusalem comme capitale d’Israël et, dans un plan pour le Moyen-Orient dévoilé en janvier 2020, a donné la bénédiction des Etats-Unis si Netanyahu voulait annexer une grande partie de la Cisjordanie.

S’adressant à CNN à l’époque, Kushner a conseillé aux Palestiniens, qui se sont vu offrir un État limité, de ne pas « gâcher une autre opportunité comme ils l’ont fait pour toutes les autres opportunités qu’ils ont eues dans leur existence ».

D’une voix douce, mince et toujours coiffé avec soin et portant des costumes impeccables, Kushner contraste par son style, voire ses objectifs, avec son beau-père.

Trump a donné aux humoristes de quoi plaisanter en confiant à Kushner la responsabilité de tout, du Moyen-Orient à l’addiction aux opiacés, mais dans le monde arabe, de tels arrangements familiaux montrent qu’il parle au nom du président.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite) et le Conseiller présidentiel américain Jared Kushner lors d’une conférence de presse à Jérusalem, le 21 décembre 2020. (RONEN ZVULUN / X90084 / AFP)

Kushner, qui a eu 40 ans avant que Trump ne quitte ses fonctions, a travaillé tranquillement et a largement contourné le Département d’Etat, dont le diplomate le plus haut placé au Moyen-Orient, interrogé lors d’une audience du Congrès fin 2019 sur sa contribution au plan Trump, a répondu : « Hum, aucune ».

Kushner s’est rendu au Maroc pour un dîner de rupture du Ramadan avec le roi et a échangé des messages sur WhatsApp avec le puissant prince héritier d’Arabie Saoudite, malgré les nombreuses préoccupations concernant son bilan en matière de droits de l’homme.

Au Bahreïn, une autre des quatre nations arabes à reconnaître Israël, Kushner a réuni l’année dernière des cadres du Golfe pour des dîners et des cocktails dans un hôtel de luxe alors qu’ils s’interrogeaient sur les opportunités économiques pour les Palestiniens, dont les dirigeants ont boycotté l’événement.

Kushner avait d’abord considéré les promesses financières des pays du Golfe comme un moyen de pression sur les Palestiniens – sans succès – pour qu’ils acceptent la paix aux conditions d’Israël.

Mais au milieu des années 2020, le cheikh Mohammed ben Zayed Al-Nahyane, homme fort des Émirats arabes unis, décrit par l’ancien président Barack Obama dans ses nouvelles mémoires comme le dirigeant le plus avisé du Golfe, a tendu la main pour renverser la dynamique.

Netanyahu renoncera à son intention d’annexion. Les Émirats arabes unis, à leur tour, deviendraient la première nation arabe depuis plus de 25 ans à reconnaître Israël – et obtiendraient le droit d’acheter des F-35 américains furtifs.

Les contreparties non divulguées de Trump et Kushner ont suscité l’inquiétude dans certains milieux, les Démocrates s’opposant à la vente des F-35 et même certains Républicains éminents étant contrariés par la reconnaissance de la revendication du Maroc sur le Sahara occidental.

Mais Israël, qui est le seul pays de la région à posséder des F-35, ne s’est pas opposé à cette vente car il a vu l’aube d’une nouvelle ère.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...