Americans for Peace Now commémore Yitzhak Rabin, sans Ocasio-Cortez
Rechercher

Americans for Peace Now commémore Yitzhak Rabin, sans Ocasio-Cortez

Plus de 1 700 personnes ont rejoint le rassemblement virtuel qui a fait la une des journaux après avoir essuyé le refus de la députée progressiste

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

Le président Clinton invite le Premier ministre israélien Yitzhak Rabin, (gauche) et le chef de l'OLP Yasser Arafat à se serrer la main dans la Chambre Est de la Maison Blanche, le jeudi 28 septembre 1995. Le président égyptien Hosni Mubarak est derrière Arafat. (AP Photo/Doug Mills)
Le président Clinton invite le Premier ministre israélien Yitzhak Rabin, (gauche) et le chef de l'OLP Yasser Arafat à se serrer la main dans la Chambre Est de la Maison Blanche, le jeudi 28 septembre 1995. Le président égyptien Hosni Mubarak est derrière Arafat. (AP Photo/Doug Mills)

Un groupe pro-Israël a marqué le 25e anniversaire de l’assassinat de l’ancien Premier ministre Yitzhak Rabin, célébrant l’héritage du militaire devenu artisan de la paix lors d’une réunion virtuelle mardi.

Les organisateurs d’Americans for Peace Now (APN) ont déclaré que plus de 1 700 personnes dans le monde entier avaient assisté à l’événement, qui a vu la participation d’éminents responsables politiques, de célébrités et d’artistes des États-Unis, d’Israël et de Cisjordanie.

L’événement a fait la une des journaux des semaines auparavant lorsque la députée démocrate Alexandria Ocasio-Cortez, l’étoile montante de la gauche progressiste américaine, a retiré sa participation quelques heures seulement après qu’APN a annoncé qu’elle serait présente.

Le bureau d’Ocasio-Cortez a été immédiatement pris sous le feu de militants pro-palestiniens. Ils ont reproché à la jeune députée d’honorer Rabin qui, en tant que ministre de la Défense, a supervisé la répression d’Israël face à la première Intifada palestinienne. Une source ayant connaissance de l’affaire a déclaré que le bureau de la représentante n’avait pas réalisé que l’événement s’articulerait autour de la commémoration de Rabin et pensait que ce serait plutôt une occasion pour elle d’exposer sa politique pour la région.

Elle s’est alors retirée, ce qui a suscité des critiques de la part d’éminentes voix de gauche du camp pro-israélien américain, qui ont souligné l’héritage de Rabin en tant que faiseur de paix, signant les accords d’Oslo avec les Palestiniens et un traité de paix avec la Jordanie.

Alors que la cérémonie se déroulait mardi soir, Ocasio-Cortez jouait à des jeux vidéo en ligne avec sa collègue du Congrès Ilhan Omar, dans le but d’encourager les jeunes à voter.

L’héritage de Rabin en tant qu’artisan de la paix était le thème de l’événement, qui était animé par la star de « Homeland » Mandy Patinkin.

« Il nous inspire à compléter ce qu’il a commencé », a déclaré celui-ci. « C’était une figure paradoxale… [avec] une capacité unique à évoluer, reconnaissant que l’avenir [d’Israël] est lié aux aspirations du peuple palestinien ».

L’acteur a été rejoint par le membre du Congrès Jamie Raskin, qui a comparé l’assassinat de Rabin à celui de « figures de la justice sociale » aux États-Unis, telles que Martin Luther King Jr.

« Il est passé dans sa vie du statut de guerrier à celui de quelqu’un qui a compris les vertus et les défis bien plus importants du rétablissement de la paix », a déclaré M. Raskin.

Il a été suivi par le procureur général du Minnesota Keith Ellison, le premier musulman élu au Congrès.

Il n’a pas hésité à critiquer Rabin, le qualifiant de « soldat impitoyable pour sa cause » qui « a fait des choses que j’estime être des violations des droits de l’homme ».

Cependant, l’ancien membre du Congrès a souligné que « bien qu’il soit un fervent défenseur de sa cause, il a également dit que nous devons faire la paix avec les Palestiniens…. il l’a dit et redit, et il a tendu la main en guise de paix ».

Il a déclaré que Rabin avait fait preuve d’un « véritable courage » en exprimant de dures vérités à son propre peuple.

L’événement comptait également la présence de Joshua Malina, d’Ashraf al-Ajrami, ancien ministre de l’Autorité palestinienne, et de Noa Rothman, petite-fille de Rabin, ainsi que des performances musicales de Netta Barzilai, Achinoam Nini, et David Broza et Peter Yarrow du trio folklorique Peter, Paul et Mary.

Rabin était un chef militaire israélien légendaire, commandant une unité dans la force de combat pré-étatique Palmach, puis gravissant les échelons en tant que soldat de carrière pour devenir chef d’état-major de l’armée israélienne au moment de la victoire d’Israël dans la guerre des Six Jours.

Le général UziPNarkiss (à gauche), le ministre de la Défense Moshe Dayan et le chef d’Etat-major Yitzhak Rabin dans la Vieille Ville de Jérusalem pendant la guerre des SIx Jours, en juin 1967. (Crédit : Ilan Bruner/Wikipedia)

Il s’est ensuite lancé dans une carrière politique qui l’a amené à occuper deux mandats de Premier ministre.

Après sa deuxième élection au poste de Premier ministre en 1992, il dirige le premier gouvernement israélien à reconnaître les aspirations nationales palestiniennes et à traiter l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) comme le représentant du peuple palestinien.

En 1994, il reçoit le prix Nobel de la paix avec Shimon Peres, alors ministre des Affaires étrangères, et Yasser Arafat, président de l’OLP, pour son rôle dans la signature des accords de paix d’Oslo.

Le 4 novembre 1995, il est assassiné par l’extrémiste de droite Yigal Amir à la fin d’un événement que le Premier ministre avait organisé à Tel-Aviv pour démontrer le soutien de l’opinion publique envers ses efforts de paix avec les Palestiniens.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...