Amichai Chikli de Yamina, redouble d’efforts contre une coalition avec la gauche
Rechercher

Amichai Chikli de Yamina, redouble d’efforts contre une coalition avec la gauche

Le député votera contre un gouvernement avec Meretz ou la Liste arabe unie; la n°2 du parti dit que le Likud lui a fait des offres somptueuses pour faire défection

Le député Yamina Amichai Chikli vu à la Knesset, le 5 avril 2021. (Olivier Fitousi/Flash90)
Le député Yamina Amichai Chikli vu à la Knesset, le 5 avril 2021. (Olivier Fitousi/Flash90)

Jeudi, le député Yamina Amichai Chikli a réaffirmé sa volonté de ne pas participer à un éventuel gouvernement d’union présidé par le chef de son propre parti, affirmant qu’il voterait contre une telle coalition si elle était officiellement proposée.

Ses remarques sont intervenues un jour après que le président Reuven Rivlin a chargé le dirigeant de Yesh Atid, le député Yair Lapid, de former un gouvernement après l’échec du Premier ministre Benjamin Netanyahu à établir une coalition dans les 28 jours qui lui avaient été accordés le mois dernier.

Lapid cherche à former un gouvernement d’unité avec partage du pouvoir avec le chef de la Yamina, Naftali Bennett, un gouvernement que Bennett dirigerait lui-même pendant les deux premières années, avant que Lapid ne prenne les rênes pour la seconde moitié du mandat.

« Qu’il n’y ait aucun malentendu, je voterai contre la mise en place d’un gouvernement avec la Liste arabe unie et Meretz exactement comme nous nous sommes engagés auprès des électeurs », a tweeté Chikli. « Passez une bonne journée. »

M. Chikli répondait apparemment à des informations selon lesquelles il pourrait s’abstenir de voter sur une telle coalition, plutôt que de s’y opposer activement.

Lapid et Bennett ont négocié les termes de la coalition au cours des dernières semaines, se rapprochant apparemment d’accords dans de nombreux domaines.

Le chef du parti Yamina, Naftali Bennett (à gauche), et le chef de Yesh Atid, Yair Lapid, lors de la cérémonie de prestation de serment de la 24e Knesset, dans le bâtiment de la Knesset à Jérusalem, le 6 avril 2021. (Marc Israel Sellem/Pool)

Netanyahu et son parti, le Likud, font pression sur Yamina dans son ensemble ainsi que sur certains députés pour qu’ils ne se joignent pas à Lapid pour former un gouvernement. Les efforts se concentrent sur l’adoption de la position de Chikli par d’autres législateurs du parti de droite de Bennett.

Les efforts déployés par le Likud pour influencer les membres de Yamina ont été évoqués par le député Abir Kara, qui a affirmé jeudi que le parti de Netanyahu lui avait récemment proposé le poste de ministre de l’Economie et lui avait dit qu’il lui garantirait une place sur la liste du parti pour les deux prochaines élections s’il changeait de parti.

Dans une lettre adressée au Premier ministre et largement relayée par les médias israéliens, M. Kara a décliné l’offre, déclarant à M. Netanyahu qu’il n’avait « pas réussi à constituer un gouvernement » malgré le recours à des « astuces et ruses ».

« Au lieu de vous occuper à mettre en place un gouvernement, vous étiez occupé à proférer des insultes personnelles contre Naftali Bennett. Dommage », a-t-il écrit.

Martelant son engagement envers Bennett, Kara a suggéré que le Likud « se joigne à nous dans un gouvernement dirigé par Naftali Bennett » et a promis que le parti de Netanyahu recevrait « une grande influence » dans une telle coalition.

Kara, qui a déjà dirigé un groupe de protestation de petites entreprises, a également accusé Netanyahu de ne pas avoir tenu les promesses de campagne qu’il avait faites à ce groupe avant les récentes élections.

« Vous n’avez pas réussi à traiter avec les indépendants et les petites entreprises », a écrit Kara.

Le Likud a répondu à la lettre en affirmant qu’aucune offre de ce type n’avait été faite à Kara, la rejetant comme « une pirouette ridicule de Bennett destinée à détourner l’attention du fait qu’il galope vers un gouvernement de gauche avec Meretz et les Travaillistes, contrairement à tous ses engagements envers les électeurs ».

Les rumeurs se sont également concentrées sur la députée Idit Silman comme cible potentielle du Likud, mais des proches de la députée nouvellement élue ont déclaré à la Douzième chaîne d’information qu’elle ne quittera pas Bennett et qu’elle reste attachée à son leadership.

Un autre député de Yamina qui est dans le collimateur du Likud est Nir Orbach, selon Kan news. Selon la chaîne, Orbach a convoqué une réunion de son cercle intime mercredi pour discuter de ses mouvements sur la scène politique en développement.

Abir Kara, député du parti Yamina, à la Knesset le 5 avril 2021. (Olivier Fitousi/Flash90)

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...