Israël en guerre - Jour 151

Rechercher
Les victimes du 7 octobre

Amir et Mati Weiss, 69 ans : des grands-parents dévoués, des sionistes invétérés

Agriculteur et enseignante, le couple a été assassiné par des terroristes palestiniens, au kibboutz Beeri, le 7 octobre 2023

Mati et Amir Weiss, assassinés au kibboutz Beeri, le 7 octobre 2023. (Autorisation)
Mati et Amir Weiss, assassinés au kibboutz Beeri, le 7 octobre 2023. (Autorisation)

Amir et Mati Weiss, tous deux âgés de 69 ans, ont été assassinés par des terroristes palestiniens du Hamas à l’intérieur de leur maison du kibboutz Beeri le 7 octobre.

Le frère, la belle-sœur et la nièce d’Amir, Ilan, Shira et Noga, ont disparu de Beeri le même jour ; Shira et Noga ont été prises en otages par le groupe terroriste palestinien du Hamas et ont été libérées le 25 novembre, tandis qu’Ilan a été déclaré mort le 1er janvier, après près de trois mois.

Ils laissent derrière eux leurs quatre enfants, Ran, Michal, Yuval et Oren, ainsi que dix petits-enfants – qui vivaient tous à Beeri. Le couple a été enterré le 20 octobre au kibboutz Revivim. Dix jours plus tard, la famille a décidé de célébrer le mariage d’Oren et Mirit, mêlant ainsi la douleur à la joie.

Leur fils, Ran, a indiqué à Ynet que lors de la dernière conversation qu’il a eue avec sa mère, elle a dit que son père avait été abattu et qu’il y avait des terroristes dans la maison qui lançaient des grenades contre la porte de leur mamad – la pièce sécurisée. « J’ai craint que ce soit ma dernière conversation avec elle », a déclaré Ran. Peu après, elle a envoyé deux messages vocaux appelant à l’aide.

Lors d’une autre conversation avec leur fils Yuval, Mati lui a dit qu’elle était blessée et Yuval avait tenté de la rassurer en lui disant qu’elle survivrait.

« Je ne pense pas, je pense que nos chemins se séparent (…). Mon chéri, dis à tout le monde que je les aimais beaucoup. »

Amir et Mati Weiss, en voyage au Japon, en 2019. (Crédit : Facebook)

Dans l’une des dernières publications sur Facebook, avant Rosh HaShana, quelques semaines avant son assassinat, Mati avait écrit que dans l’esprit de la nouvelle année, « je demande de se rappeler que nous ne vivons que deux fois : la deuxième fois est celle où nous comprenons que nous ne vivons qu’une seule fois ».

« Je nous souhaite à tous de profiter, de vivre, d’aimer, d’être présents dans les beaux moments et de les intérioriser. »

Selon un éloge funèbre publié sur le site web du kibboutz, le couple s’est rencontré alors que Mati travaillait à l’aéroport d’Eilat et qu’Amir travaillait comme agent de sécurité pour la compagnie aérienne Arkia à Eilat. Ils s’étaient mariés en 1977 et s’étaient installés au kibboutz en 1985, pour ne plus jamais le quitter.

Mati était une éducatrice chevronnée, d’abord enseignante puis directrice de l’école locale, elle avait contribué à l’élaboration de programmes nationaux avant de travailler comme conseillère auprès d’autres directeurs d’école. « Mati était une leader naturelle et partout où elle allait, elle devenait une figure de proue, une initiatrice et une figure significative », peut-on lire dans l’éloge funèbre du kibboutz.

Son ancien collègue Alon Gayer a écrit sur Facebook que Mati avait eu une « magnifique carrière publique » dans l’éducation, et qu’ils s’étaient liés d’amitié parce qu’il était « impossible de ne pas être l’ami de Mati ».

« Elle avait des yeux brillants et intelligents, une approche de la gestion basée sur le partenariat, une humanité qui n’avait pas peur de s’affirmer et surtout une sagesse et une perception profonde et équilibrée de la vie. »

Son amie Yaël Weiss a décrit Mati comme « le feu et la glace, énergique, déterminée, ambitieuse, pleine de vie, accueillante et chaleureuse ».

« L’expression qui la définit le mieux à mes yeux est ‘la tête de la tribu’. Elle avait la capacité d’établir des liens entre les gens et de leur donner un sentiment d’appartenance. Elle le faisait avec sa famille, avec les gens avec qui elle travaillait, et aussi avec nous, ses plus vieux amis. »

Amir a travaillé pendant de nombreuses années dans l’agriculture, puis dans l’imprimerie locale de Beeri. Il était également connu pour ses talents musicaux, a indiqué le kibboutz.

« Si différents l’un de l’autre – il était calme et introverti, elle était énergique et active – ils se complétaient et faisaient tout ensemble (…). Ils aimaient tous deux la nature, les panoramas et les grands espaces du Néguev », lit-on dans l’éloge funèbre.

« Il avait une voix incroyable, il chantait à toutes les célébrations du kibboutz », a déclaré leur fils, Ran, à la Douzième chaîne.

« Il chantait tout le temps. »

Lors d’un événement marquant les 50 ans de la Guerre de Kippour – au cours de laquelle il avait servi – deux semaines seulement avant son assassinat, Amir a chanté lors d’une cérémonie au kibboutz, interprétant « Wheat Grows Again », une chanson écrite au lendemain de la guerre et rendue populaire par Chava Alberstein.

Un mois plus tard, leurs enfants Ran et Michal ont chanté la chanson ensemble lors d’une cérémonie commémorative, les paroles prenant une nouvelle signification : « Ce n’est pas la même vallée. Ce n’est pas la même maison. Vous êtes tous partis et vous ne pouvez pas revenir. »

Leur fille, Michal Weiss Pinyan, a déclaré à la Douzième chaîne que son père n’était « pas un grand bavard ».

« Il ne partageait pas beaucoup ses pensées, ses sentiments (…). Mais lorsqu’il montait sur scène, les gens s’ouvraient. Il avait une voix si agréable. »

Leur gendre, Lotan Pinyan, a écrit sur Facebook qu’Amir avait « un lien avec la terre et le lieu, sans filtre et sans détour, direct et précis, mais doux, calme et paisible, imprégné de chaleur et d’agrément ».

« Il était un homme de la terre et de l’imprimerie, et Mati était une éducatrice et une femme de la communauté, de vrais sionistes, des grands-parents à 150 % de leurs capacités, des gens généreux au grand cœur. Ils me manquent beaucoup. »

Pour lire d’autres hommages sur les victimes des massacres du Hamas du 7/10/2023 et de la guerre qui s’en est suivie, cliquez ici.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.