Israël en guerre - Jour 228

Rechercher

Amnesty appelle quatre pays arabes à éclaircir le sort de disparus

Le sort de dizaines de milliers de personnes en Syrie reste inconnu ; l'ONU estime que 250 000 à un million de personnes ont disparu en Irak ; la guerre civile au Liban a fait plus de 17 000 disparus ; au Yémen, 1 547 disparus ont été recensés

Logo d'Amnesty International. (Crédit : domaine public)
Logo d'Amnesty International. (Crédit : domaine public)

Amnesty International a appelé mercredi à éclaircir le sort de centaines de milliers de disparus lors des conflits en Irak, en Syrie, au Yémen et au Liban, à l’occasion de la journée internationale des victimes de disparitions forcées.

Dans ces quatre pays arabes, « les gouvernements successifs ont échoué à prendre des mesures qui garantissent les droits des familles » des disparus à connaître le sort de leurs proches, a déclaré Aya Majzoub, directrice régionale-adjointe de l’ONG Amnesty International, lors d’un événement à Beyrouth auquel ont participé des familles de disparus libanais, syriens, irakiens et yéménites.

En l’absence de mesures gouvernementales efficaces, les familles ont créé des alliances pour tenter de se faire entendre.

Selon Amnesty, l’Irak est « l’un des pays qui compte le plus grand nombre de disparus au monde ». L’ONU estime que 250 000 à un million de personnes y ont disparu depuis 1968.

« J’étais seule à manifester jusqu’à ce que je rencontre beaucoup de personnes dans mon cas, partageant mes souffrances », a déclaré la militante irakienne Wadad Chammari, dont le fils est porté disparu depuis 2006.

Fadwa Mahmoud, ancienne détenue de Syrie, en proie à un conflit sanglant depuis 2011, après la répression par le régime de manifestations pro-démocratie, a critiqué la communauté internationale pour son « manque de sérieux » dans le suivi du dossier des disparus.

En 2012, les autorités syriennes ont arrêté le mari de Fadwa, l’opposant Abdel Aziz el-Khayyer, et son fils Maher Tahan. Depuis, elle n’a plus eu de nouvelles d’eux. « Nos enfants ne sont pas en prison, ni dans des centres de détention », dit-elle.

Le sort de dizaines de milliers de personnes disparues, enlevées et détenues par toutes les parties au conflit, notamment dans les prisons et centres de détention du régime syrien, est encore inconnu.

« Nous avons promis de nous battre jusqu’à ce que la dernière personne enlevée soit libérée », a déclaré à l’AFP la yéménite Najla Fadel, militante de l’Association des mères de disparus.

Au Yémen, 1 547 disparus ont été recensés par des ONG depuis la guerre déclenchée en 2015.

Et au Liban où la guerre civile (1975-1990) a fait plus de 17 000 disparus, les familles attendent toujours de connaître le sort de leurs proches.

« Nous n’abandonnerons pas notre droit, ce n’est pas négociable », a déclaré à l’AFP la présidente du comité des familles de disparus au Liban, Wadad Halwani.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.