Amona : la police dément avoir utilisé du gaz lacrymogène
Rechercher

Amona : la police dément avoir utilisé du gaz lacrymogène

Selon la police, ce sont les manifestants, barricadés dans la synagogue de l'avant-poste pour tenter d'empêcher son évacuation, qui ont utilisé du gaz contre elle

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Des manifestants entourent la synagogue d'Amona, au 2e jour de l'évacuation de l'avant-poste de Cisjordanie, le 2 février 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Des manifestants entourent la synagogue d'Amona, au 2e jour de l'évacuation de l'avant-poste de Cisjordanie, le 2 février 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

La police israélienne a démenti jeudi avoir utilisé du gaz lacrymogène pendant l’évacuation de la synagogue de l’avant-poste d’Amona, et a accusé les manifestants de l’avoir en fait utilisé contre elle.

« Nous voudrions souligner que, malgré les informations, les policiers n’ont pas utilisé ce type de mesure », a déclaré une porte-parole de la police.

« Plusieurs policiers ont même été blessés par le gaz lacrymogène », a-t-elle ajouté.

La porte-parole a présenté une photographie d’un contenant de gaz lacrymogène retrouvé dans la synagogue.

Du gaz lacrymogène qui aurait été utilisé par les manifestants contre les policiers dans la synagogue d'Amona, pendant son évacuation, le 2 février 2017. (Crédit : police israélienne)
Du gaz lacrymogène qui aurait été utilisé par les manifestants contre les policiers dans la synagogue d’Amona, pendant son évacuation, le 2 février 2017. (Crédit : police israélienne)

Pendant l’évacuation de la synagogue de l’avant-poste, construit sur des terres palestiniennes et dont le démantèlement a été ordonné par la Haute cour de Justice, 17 policiers ont été blessés et quatre d’entre eux ont dû être hospitalisés.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...