Rechercher

Amos Dov Silver sera libéré de prison et purgera sa peine à domicile

Ce caïd de la marijuana avait fondé Telegrass sur internet, mettant en contact 3 000 dealers et plus de 200 000 clients ; le parquet ne fera pas appel de la décision

Le fondateur de Telegrass, Amos Dov Silver, comparaît devant le tribunal de première instance de Rishon Lezion pour une audience de renvoi le 18 août 2019, après avoir été extradé d'Ukraine vers Israël. (Avi Dishi/Flash90)
Le fondateur de Telegrass, Amos Dov Silver, comparaît devant le tribunal de première instance de Rishon Lezion pour une audience de renvoi le 18 août 2019, après avoir été extradé d'Ukraine vers Israël. (Avi Dishi/Flash90)

Amos Dov Silver, fondateur d’un important site de vente de marijuana sur internet, va être libéré jeudi après plus de trois ans passés en cellule.

La Cour de district du centre du pays a accepté de libérer Silver à condition qu’il soit assigné à résidence. Il devra aussi porter un bracelet électronique.

Si le tribunal a donné au parquet 48 heures avant l’exécution de cette libération pour que ce dernier puisse réfléchir à ses options juridiques, les procureurs ont pris la décision de ne pas faire appel mercredi dans la soirée. Silver devrait donc être remis en liberté jeudi.

Les avocats de Silver ont dit se réjouir de la nouvelle, ajoutant toutefois que « cette libération aurait dû avoir lieu bien plus tôt ».

Amos Dov Silver (Crédit : capture d’écran)

Les procureurs ont noté que Silver était « le chef d’une organisation criminelle » et ils ont averti que permettre cette assignation à résidence était un risque « au vu de sa fuite d’un aéroport en Ukraine qui avait eu lieu avant son expulsion vers Israël ».

Après son arrestation à Ouman, en Ukraine, en 2019, Silver avait été emmené dans un aéroport de Kiev pour être expulsé en Israël mais il était parvenu à échapper à la surveillance de ses gardiens et à prendre la fuite.

Les polices israélienne et ukrainienne avaient annoncé qu’à l’issue d’une chasse à l’homme d’une journée, il avait été retrouvé et embarqué à bord d’un vol à destination de l’État juif.

Selon des informations qui avaient été rendues publiques à l’époque, Silver avait voulu fuir vers les États-Unis et il avait eu l’intention de passer deux jours à Ouman avant de franchir la frontière avec la Moldavie.

Des pèlerins à Ouman sur le tombeau de rabbi Nahman de Breslev, le 7 septembre 2013. (Crédit : Yaakov Naumi/Flash90/via JTA)

Au moment de son arrestation, les avocats de Silver avaient accusé les services de sécurité ukrainiens du SBU d’avoir violenté le suspect.

En plus d’être accusé de trafic de drogues, Silver avait été mis en examen pour avoir encouragé des mineurs à acheter et à vendre de la drogue sur le réseau, pour possession de stupéfiants pour d’autres usages que pour sa consommation personnelle, pour obstruction à la justice, pour blanchiment d’argent et pour évasion fiscale.

Le bureau du procureur de l’État a estimé que des centaines de millions de shekels avaient circulé sur Telegrass en l’espace de deux ans, les administrateurs de la plateforme jouant les intermédiaires entre 3 000 revendeurs et environ 200 000 consommateurs et engrangeant ainsi presque 30 millions de shekels.

Dans les années qui avaient précédé son arrestation, Silver était un activiste pour la légalisation du cannabis. Il avait notamment organisé la Big Bong Night en 2014 – une manifestation en faveur de la légalisation du cannabis qui avait eu lieu devant la Knesset à Jérusalem.

Israël a pris des mesures ces dernières années pour rendre le cannabis médical disponible et l’État juif se prépare aujourd’hui à devenir un exportateur important de cette culture. L’usage récréatif de la drogue reste illégal bien que le ministère de la Sécurité publique l’a partiellement dépénalisé en 2017, en fixant des amendes et en imposant des traitements médicaux aux primo-délinquants à la place de procédures pénales.

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...