Israël en guerre - Jour 202

Rechercher

Amos Hochstein : Il est temps de délimiter la frontière terrestre Israël-Liban

L'émissaire américain pour la sécurité énergétique a aussi appelé à l'élection d'un président qui "mettrait en oeuvre les réformes" nécessaires au déblocage des aides internationales

Le conseiller principal des États-Unis pour la sécurité énergétique, Amos Hochstein, en réunion avec le ministre intérimaire de l'Énergie du Liban, à Beyrouth, le 31 juillet 2022. (Crédit : Anwar Amro/AFP)
Le conseiller principal des États-Unis pour la sécurité énergétique, Amos Hochstein, en réunion avec le ministre intérimaire de l'Énergie du Liban, à Beyrouth, le 31 juillet 2022. (Crédit : Anwar Amro/AFP)

L’émissaire américain Amos Hochstein a déclaré jeudi qu’il était temps de délimiter la frontière terrestre entre le Liban et Israël, après avoir supervisé un accord maritime entre les deux pays, techniquement en état de guerre.

« Il est temps pour nous de revoir le cadre (…) qui a permis de parvenir à un résultat sur une frontière maritime, et de travailler également à une paix terrestre », a déclaré le principal conseiller du président Joe Biden pour la sécurité de l’Énergie, lors d’une conférence de presse au terme d’une visite à Beyrouth.

En octobre 2022, après une longue médiation de Hochstein, Israël et le Liban ont signé un accord « historique » délimitant leur frontière maritime et levant ainsi les obstacles à la prospection d’hydrocarbures offshore dans la zone.

Le Liban, qui compte sur la présence de ressources naturelles pour faire face à une crise économique inédite, a entamé la semaine dernière le forage d’exploration du bloc 9, site du champ potentiel de Cana dont une partie se situe dans les eaux territoriales d’Israël.

Le navire flottant de production, de stockage et de déchargement d’Energean arrivant au champ de Karish, en juin 2022. (Crédit : Energean/Autorité du canal de Suez/AFP)

« Ces derniers jours, je suis venu ici pour avoir le point de vue du gouvernement libanais, aller dans le sud et voir par moi-même la Ligne bleue et ses alentours afin de comprendre (…) ce qui est nécessaire pour potentiellement parvenir à un résultat », a-t-il ajouté.

À la suite du retrait de l’armée israélienne du sud du Liban en 2000 après 22 ans d’occupation, l’ONU a tracé une « Ligne bleue » fixant la frontière entre les deux pays. Des casques bleus de l’ONU sont présents au Liban sud depuis 1978.

Bastion du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah, bête noire d’Israël, la zone frontalière dans le sud du Liban est le théâtre de violences sporadiques entre les deux camps. En outre, plusieurs secteurs situés à la frontière sont disputés entre les deux pays.

Hochstein a en outre appelé à l’élection d’un président au Liban qui « mettrait en oeuvre les réformes » nécessaires au déblocage des aides internationales. Ce poste est vacant depuis octobre 2022.

« J’attends impatiemment de voir à quel rythme les réformes seront mises en place et je suis déçu après toutes les opportunités perdues », a-t-il dit.

Durant sa visite, Hochstein s’est rendu en hélicoptère à Baalbeck (est), où le Hezbollah est fortement implanté.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.