Amsterdam : pas de restitution directe pour les survivants, mais 11M$ aux groupes juifs
Rechercher

Amsterdam : pas de restitution directe pour les survivants, mais 11M$ aux groupes juifs

Cette décision est une compensation pour la collecte indue de fonds provenant des personnes qui ont survécu à l'Holocauste

Un canal à Amsterdam. Illustration. (Crédit : Rachael Cerrotti/Flash90)
Un canal à Amsterdam. Illustration. (Crédit : Rachael Cerrotti/Flash90)

La ville d’Amsterdam a approuvé le versement de 11 millions de dollars à des causes juives à titre de compensation pour l’argent qu’elle a injustement collecté auprès de survivants de l’Holocauste.

Quatre des cinq factions représentées à l’Hôtel de Ville la semaine dernière ont voté en faveur du transfert des fonds à une organisation à but non lucratif qui distribuerait l’argent entre les divers groupes juifs.

D66, un parti de centre-gauche, s’est opposé à ce plan parce qu’il demande la restitution directe pour les centaines de survivants qui ont dû payer des amendes pour avoir omis de payer des impôts alors qu’ils étaient dans la clandestinité ou dans des camps de concentration.

L’affaire a été exposée dans un article de Het Parool, un quotidien local, en 2013 sur la base de la découverte des appels rejetés pour des restitutions, demandées par les survivants, et a demandé à la ville de lancer une enquête sur l’étendue de la collecte illicite de fonds.

L’Organisation juive centrale des Pays-Bas (CJO), a demandé une indemnisation individuelle pour les survivants lésés ou leurs descendants, mais le maire Eberhard van der Laan s’est opposé à ce plan d’action, faisant valoir que cela créerait des inégalités, des procédures de contrôle lourdes et des retards, a rapporté le Centre pour l’information et la documentation, un organisme de surveillance sur l’antisémitisme, sur son site Web.

La CJO n’a pas été convaincue, faisant valoir que l’inégalité dans certains cas, ne peut être considérée comme faisant obstacle à la justice pour les parties lésées.

Ronny Naftaniel, président du Fonds juif humanitaire néerlandais et ancien directeur du CIDI, a déploré cette décision de ne pas offrir une compensation aux survivants ou à leurs familles.

« [Il est] regrettable que le conseil municipal ait rejeté l’amendement proposé par D66 », a déclaré Naftaniel, qui a joué un rôle central dans les négociations de restitution entre la communauté juive et le gouvernement néerlandais pour les propriétés de l’époque de l’Holocauste. Cela a abouti à 500 millions de dollars en compensation dans les années 2000-2002.

Sur Twitter, Naftaniel a également dit qu’il est « heureux qu’Amsterdam mette désormais fin à sa politique insensible de la Seconde Guerre mondiale ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...