Israël en guerre - Jour 199

Rechercher

André Chervin, apprenti joaillier juif parisien devenu un maître d’art new-yorkais

Le bijoutier de 95 ans, a fourni les marques les plus prestigieuses du monde pendant des décennies ; il affirme que sa collection représente "le travail de toute une vie"

Des œuvres du joaillier français André Chervin et de son atelier new-yorkais, Carvin French, présentées lors d'une exposition à la New-York Historical Society, à New York, le 6 septembre 2023. (Crédit : Ed JONES/AFP)
Des œuvres du joaillier français André Chervin et de son atelier new-yorkais, Carvin French, présentées lors d'une exposition à la New-York Historical Society, à New York, le 6 septembre 2023. (Crédit : Ed JONES/AFP)

Des lampes en diamants et rubis, des animaux et des plantes miniatures en or et émeraude : à l’âge vénérable de 95 ans, le maître d’art français André Chervin, qui débuta comme apprenti joaillier à Paris, expose pour la première fois son oeuvre exceptionnelle forgée durant soixante-dix ans d’exil à New York.

Né à Paris en 1927, immigré dans la ville-monde en 1951, fondateur trois ans plus tard avec un autre jeune joaillier français, Serge Carponcy, de l’atelier Carvin French, le nonagénaire retiré des affaires reste inconnu du grand public en France.

Mais à New York, André Chervin et Carvin French sont vénérés par les grands clients internationaux, les bijoutiers et joailliers de luxe Tiffany and Co., Van Cleef and Arpels, Cartier, Bulgari, Verdura et Asprey.

Cet artisan français juif laïc, formé après-guerre à la Haute école de joaillerie de Paris, a réussi à New York, des années 1950 à sa retraite dans les années 2010, à se hisser au rang de maître d’art de la joaillerie et de créateur de joyaux décoratifs.

Mais l’homme a toujours été « secret, humble et modeste », fuyant mondanités et « publicité », a dit de lui à l’AFP sa fille Carole Chervin qui a repris les rênes de Carvin French avec son cousin Sylvain Chervin, lequel avait rejoint il y a 40 ans la branche new-yorkaise de la famille.

« Success story » new-yorkaise 

Photo fournie à l’AFP le 11 septembre 2023 : Le bijoutier français Andre Chervin à New York, en 2014. (Crédit : Carvin French Jewelers/AFP)

Ces Américains d’origine française ont tenu, du vivant de leur aïeul, à présenter une cinquantaine d’objets uniques dans une petite exposition exceptionnelle à la New York Historical Society, « Enchanting Imagination : The Objets d’Art of André Chervin and Carvin French » (« L’imagination enchanteresse : Les Objets d’Art d’André Chervin et Carvin French »), du 8 septembre au 17 mars 2024.

Malgré sa « success story » new-yorkaise, le vieil homme fut « difficile à convaincre » de dévoiler ses œuvres, reconnaît sa fille.

Refusant les interviews, André Chervin, qui aura 96 ans en novembre, a toutefois confié dans un communiqué que « cette collection représentait le travail de toute une vie ».

De fait, il lui a fallu parfois 5, 10, 25 ans pour créer « ces objets d’art ».

Des œuvres du joaillier français André Chervin et de son atelier new-yorkais, Carvin French, présentées lors d’une exposition à la New York Historical Society, à New York, le 6 septembre 2023. (Crédit : Ed JONES/AFP)

Surtout, écrit-il, « j’ai pu choisir moi-même quoi fabriquer, quand et exactement comment je les voulais ». « J’étais libéré des contraintes (…) lorsqu’on fabrique pour la commande d’un client. Ce sont mes propres expressions. C’est mon art, pur et simple. C’est ma vraie liberté. »

Merveilles des arts décoratifs 

Outre des broches, bracelets, bagues, parures et boucles d’oreille en diamant, saphir, émeraude, rubis or ou argent commandés par Tiffany, Verdura ou Bulgari, Carvin French a sorti de son petit atelier, encore en activité, des merveilles des arts décoratifs.

Ainsi, une lampe boudoir, veilleuse miniature (« Mon Cœur Lourd »), composée d’un cœur en citrine montée sur une brouette en or 18 carats débordant de fleurs de diamants de couleurs. Et une lampe de chevet, (« Rubis des Grenouilles) couverte d’un mini abat-jour en mosaïque de 128 rubis taillés et incrustés.

On y contemple un « Bouquet de fraises » en corail avec des feuilles en néphrite et un « Oiseau gardant son nid » composé de plus de 700 « pailles » en or jaune 18 carats avec des œufs en émail sur une branche d’arbre en argent et l’oiseau sculpté en onyx avec un bec en corail.

Ces objets, pour la première fois sortis de la famille Chervin à New York, montrent « qu’André a une relation très étroite, très touchante avec la nature dont il est un grand admirateur », a expliqué à l’AFP la commissaire de l’exposition, Debra Schmidt Bach.

« Nations unies » de la joaillerie 

Mais l’artiste, qui a dirigé Carvin French pendant 60 ans, se considérait avant tout comme le « chef d’orchestre de talents incroyables et d’artisans au savoir-faire hors du commun » venus de France et d’Europe, dit l’experte.

Les œuvres du joaillier français André Chervin et de son atelier new-yorkais, Carvin French, présentées lors d’une exposition à la New York Historical Society, à New York, le 6 septembre 2023. (Crédit : Ed JONES/AFP)

La clé du « succès » de son père, selon Carole Chervin, est à chercher dans « le New York de l’après Seconde Guerre mondiale, devenu un centre cosmopolite en plein essor ».

Bien sûr « nombre de joailliers étaient à Paris » mais New York « attirait une vague extraordinaire de joailliers, lapidaires, artisans de Chine, Hong Kong, Vietnam et Amérique du Sud (…) de véritables Nations unies de talents » de la joaillerie, s’est-elle émerveillée.

Quel avenir pour Carvin French, qui n’a plus qu’une poignée de collaborateurs, dans un secteur du luxe en pleine transformation?

« Le rachat de l’affaire, c’est possible mais pas d’actualité », a furtivement déclaré Sylvain Chervin.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.