Ankara assure qu’il enquêtera au sujet de pillages commis à Afrine
Rechercher

Ankara assure qu’il enquêtera au sujet de pillages commis à Afrine

La Turquie a engagé ses troupes en janvier dans la région d'Afrine avec pour objectif affiché d'en déloger les miliciens kurdes

Des rebelles syriens soutenus par les Turcs retirent une corde de la statue de "Kawa", le forgeron qui était une figure centrale dans une légende kurde sur la célébration du nouvel an de Norouz, après l'avoir détruite dans la ville d'Afrin dans le nord de la Syrie le 18 mars 2018. (AFP PHOTO / BULENT KILIC)
Des rebelles syriens soutenus par les Turcs retirent une corde de la statue de "Kawa", le forgeron qui était une figure centrale dans une légende kurde sur la célébration du nouvel an de Norouz, après l'avoir détruite dans la ville d'Afrin dans le nord de la Syrie le 18 mars 2018. (AFP PHOTO / BULENT KILIC)

La Turquie a assuré lundi qu’elle enquêtera sur les informations faisant état de pillages commis par des éléments soutenus par Ankara et qui ont contribué aux côtés des forces turques à la prise d’Afrine (Syrie), dimanche.

Les troupes turques, secondées par des alliés syriens, se sont emparées de cette ville du nord-ouest de la Syrie, qui était contrôlée par les milices des Unités de protection du peuple (YPG) kurdes.

Des journalistes de l’AFP, ainsi qu’un observateur militaire, ont constaté que des combattants syriens soutenus par la Turquie se sont livrés à des actes de pillage après la prise de contrôle de la ville, dévalisant échoppes, commerces et demeures, les bras chargés de produits alimentaires, matériel électronique, couvertures ou autres objets.

Des rebelles syriens soutenus par la Turquie font signe en descendant une route dans la région de Hallubi, au nord d’Afrin, le 8 mars 2018. (AFP PHOTO / Nazeer al-Khatib)

La Turquie a engagé ses troupes le 20 janvier dans la région d’Afrine avec pour objectif affiché d’en déloger les miliciens des YPG, qu’elle considère comme « terroristes » et comme une extension en Syrie du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), en lutte depuis 1984 en Turquie.

Ankara prend ces informations de pillage « au sérieux » et « examine de très près ces incidents. Les mesures nécessaires seront bien évidemment prises », a déclaré un porte-parole de la présidence turque, Ibrahim Kalin.

« Certains groupes n’ont probablement pas suivi les ordres donnés par leurs commandants », a admis le porte-parole sur CNN International.

« L’objectif principal de l’opération sur Afrine est et a été depuis le tout début d’assurer protection et sécurité aux habitants » de la ville, a encore déclaré Ibrahim Kalin.

Les YPG ont participé activement aux côtés des Etats-Unis au combat contre les éléments du groupe Etat islamique en Syrie. Washington leur a fourni des armes à cet effet.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...