Rechercher

« Antisémite et offensant », la Maison Blanche dénonce l’attaque de Trump

Trump dit aux Américains juifs de "se ressaisir" et "d'apprécier ce qu'ils ont en Israël avant qu'il ne soit trop tard" et affirme qu'il serait facilement élu à la tête d'Israël

La porte-parole de la Maison Blanche, Karine Jean-Pierre, s'exprime lors du point de presse quotidien à la Maison Blanche, le 17 octobre 2022, à Washington. (Crédit : Alex Wong/Getty Images/AFP)
La porte-parole de la Maison Blanche, Karine Jean-Pierre, s'exprime lors du point de presse quotidien à la Maison Blanche, le 17 octobre 2022, à Washington. (Crédit : Alex Wong/Getty Images/AFP)

La Maison Blanche a condamné lundi les critiques « antisémites » de l’ancien président américain Donald Trump à l’égard des juifs américains, qu’il a accusé de ne pas suffisamment apprécier sa politique envers Israël.

Dans une déclaration faite dimanche, Donald Trump a appelé les Juifs des États-Unis à « se ressaisir » et a affirmé qu’il remporterait aisément la victoire s’il se présentait comme Premier ministre en Israël. Ces commentaires ont été dénoncés par l’Anti-Defamation League (ADL) et l’American Jewish Committee (AJC), entre autres.

« Les commentaires de Donald Trump étaient antisémites et offensants à la fois pour les Juifs et pour nos alliés israéliens », a déclaré l’attachée de presse Karine Jean-Pierre lors du point de presse quotidien.

« Soyons clairs, depuis des années, Donald Trump s’est aligné sur des personnalités extrémistes et antisémites. Il faut le dénoncer », a-t-elle ajouté. « Nous devons éradiquer l’antisémitisme partout où il pointe sa tête hideuse ».

Elle a également déclaré que les liens entre les États-Unis et Israël sont « inébranlables » et « ancrés dans des valeurs et des intérêts communs. Donald Trump ne comprend manifestement pas cela non plus ».

Dans un message publié sur sa plateforme de réseau social, Truth Social, Donald Trump a déclaré « qu’aucun président n’avait fait davantage pour Israël » que lui-même. Il s’est demandé pourquoi « nos merveilleux évangéliques [l’]apprécient bien plus que les personnes de confession juive, en particulier celles qui vivent aux États-Unis ».

L’ancien président – qui a transféré l’ambassade des États-Unis à Jérusalem, reconnu la souveraineté israélienne sur le plateau du Golan et négocié les accords d’Abraham entre Israël et les États de la région – a déclaré qu’en Israël, c’était « une autre histoire » et qu’il y bénéficiait « du taux d’approbation le plus élevé au monde », allant jusqu’à dire qu’il « pourrait facilement être élu Premier ministre ».

Trump a exhorté les Juifs des États-Unis à « se ressaisir et à apprécier ce qu’ils ont en Israël – avant qu’il ne soit trop tard ! » Il n’a pas donné plus de détails.

L’ex-président américain Donald Trump s’exprime lors d’une manifestation contre la confirmation de l’élection de Joe Biden, à Washington le 6 janvier 2021. (Crédit : AP Photo/Evan Vucci, Archive)

Trump a fréquemment fustigé les Juifs américains pour leur manque apparent de gratitude et de soutien à son égard et il a souvent confondu les intérêts israéliens avec ceux des Juifs américains.

Un sondage réalisé par l’Institut israélien pour la démocratie, au mois de novembre 2020, avait révélé que 70 % des Juifs israéliens considéraient qu’une victoire de Trump face à Joe Biden, à l’élection présidentielle américaine, était préférable pour les intérêts israéliens.

Si de nombreux Juifs américains soutiennent généralement Israël, ils ont toujours rejeté les accusations de double loyauté à l’égard de l’État juif – ce soupçon de double loyauté s’apparente à un trope antisémite.

La publication de Trump intervient quelques jours après que la Zionist Organization of America (ZOA), organisation de droite, a annoncé qu’elle voulait accorder à Trump un honneur rare, listant ses multiples initiatives qui alignent davantage la politique américaine sur la droite israélienne, dont le transfert de l’ambassade américaine à Jérusalem, la réduction du financement des Palestiniens, la sortie de l’accord avec l’Iran et la reconnaissance de la souveraineté israélienne sur le plateau du Golan.

JTA a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...