Antisémitisme : Des responsables juifs US condamnent des propos de Tlaib
Rechercher

Antisémitisme : Des responsables juifs US condamnent des propos de Tlaib

La membre du Congrès a évoqué ces individus qui, "en coulisses", exploitent "le reste du monde" de Gaza à Détroit

La représentante américaine Rashida Tlaib (Démocrate du Michigan) lors d'une interview au Capitole des Etats-Unis à Washington, le 15 juillet 2019. (Brendan Smialowski / AFP)
La représentante américaine Rashida Tlaib (Démocrate du Michigan) lors d'une interview au Capitole des Etats-Unis à Washington, le 15 juillet 2019. (Brendan Smialowski / AFP)

Les leaders juifs américains ont accusé la membre démocrate du Congrès Rashida Tlaib d’avoir tenu des propos antisémites lorsqu’elle a fait allusion à des individus qui, « en coulisses », exploiteraient « le reste du monde », de Gaza à Détroit.

Tlaib, Américaine d’origine palestinienne, s’était exprimée via visioconférence, mardi, à l’occasion de la convention nationale des Socialistes démocrates d’Amérique, critiquant une structure « créée par ceux qui exploitent le reste du monde à leur propre profit ».

Que ce soit dans son état natal du Michigan ou dans la bande de Gaza, avait-elle continué, « si vous allez dans les coulisses et que vous regardez ce qu’il se passe, ce sont les mêmes personnes qui gagnent de l’argent et oui, ils le font grâce au racisme, grâce à des politiques viciées. Il y a toujours quelqu’un qui gagne de l’argent ».

« Ils gagnent de l’argent de Gaza à Détroit. Et c’est un moyen de contrôler les gens, d’opprimer les gens. Et ce sont ces structures contre lesquelles nous continuons de nous battre ».

Les responsables Juifs ont accusé Tlaib d’utiliser des tropes antisémites pour suggérer à son auditoire la possibilité d’un contrôle exercé sur le monde par les Juifs derrière le rideau.

La CoP (Conférence des présidents) a estimé vendredi que Tlaib « a décrit une force obscure sévissant en coulisses dans ces deux endroits comme dans le reste du monde, contrôlant un système qui a été créé ‘par ceux qui exploitent le reste du monde à leur propre profit.’ A travers son évocation des tensions entre Israël et Gaza et en faisant clairement allusion à deux endroits, Gaza et Détroit, il est clair que la représentante Tlaib laisse entendre que les Juifs sont le trait d’union entre les deux », a continué l’organisation.

« Nous condamnons ces propos nuisibles et incendiaires et nous recommandons vivement aux personnalités influentes dans tous les domaines qu’elles demandent des comptes à celles et ceux qui font circuler l’antisémitisme ».

Le responsable de l’ADL (Anti-Defamation League), Jonathan Greenblatt, a écrit sur Twitter que « c’est stupéfiant d’entendre @RashidaTlaib affirmer que ‘en coulisses’, ceux qui empêchent ‘une Palestine libre’ sont les ‘mêmes’ qui exploitent les ‘Américains ordinaires’. Nous avons déjà entendu ce type d’appel antisémite immonde dans le passé mais c’est déplorable lorsque cela provient d’un membre du Congrès ».

Tlaib ne pense pas qu’Israël devrait exister en tant qu’État juif et elle soutient le mouvement de boycott pro-palestinien contre le pays.

Elle est connue pour appartenir à la Brigade [The Squad], un groupe de quatre femmes progressistes qui ont été élues lors des élections à la chambre des représentants des États-Unis en 2018. Le groupe est constitué d’Alexandria Ocasio-Cortez de New York, d’Ilhan Omar du Minnesota, d’Ayanna Pressley du Massachusetts et de Tlaib.

Tlaib et Omar — les deux premières femmes musulmanes élues au Congrès – ont été interdites d’entrée en Israël en 2019 en raison de leur soutien au mouvement de boycott propalestinien, une loi permettant à l’État juif d’interdire l’entrée sur le territoire des soutiens de BDS ou de les expulser.

Les responsables israéliens étaient ultérieurement revenus sur leur décision et ils avaient annoncé que Tlaib serait autorisée à venir voir sa grand-mère, une nonagénaire, de 90 ans comme elle l’avait prévu si elle ne faisait pas de politique, une offre que Tlaib avant alors décliné.

JTA a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...