AOC fustige les « politiques inhumaines » d’Israël, assure ne pas être antisémite
Rechercher

AOC fustige les « politiques inhumaines » d’Israël, assure ne pas être antisémite

L'élue démocrate du Congrès américain a déclaré à la télévision israélienne que Trump ne peut pas utiliser le "bâton" de l'antisémitisme pour décourager les critiques de Netanyahu

La représentante démocrate de New York Alexandria Ocasio-Cortez pendant une réunion du National Action Network à New York, le 5 avril 2019. (Crédit : Don Emmert/AFP)
La représentante démocrate de New York Alexandria Ocasio-Cortez pendant une réunion du National Action Network à New York, le 5 avril 2019. (Crédit : Don Emmert/AFP)

La membre démocrate du Congrès américain Alexandria Ocasio-Cortez a défendu ses critiques de l’État juif à la télévision israélienne, affirmant qu’elles concernent les politiques du Premier ministre Benjamin Netanyahu et pas le pays dans son ensemble.

Dans des propos diffusés mardi sur la Douzième chaîne, l’élue a également rejeté les allégations du président américain Donald Trump, qui l’accuse de racisme à l’égard de l’Etat hébreu, affirmant que le « bâton de l’antisémitisme » ne peut pas être utilisé pour parer à la censure d’Israël, qui dit-elle, a recours à des « politiques inhumaines et injustes ».

Ocasio-Cortetz est l’une des quatre membres du Congrès que Trump taxe systématiquement d’antisémites et anti-Israël.

Ces quatre élues – Ocasio-Cortez de New York, Ilhan Omar du Minnesota, Ayanna Pressley du Massachusetts et Rashida Tlaib du Michigan – ont des prises de positions variées au sujet de l’Etat hébreu.

« Je pense que l’administration Netanyahu a mené de nombreuses politiques extraordinairement préoccupantes », a déclaré Ocasio-Cortez à la Douzième chaîne, qui l’interrogeait sur son attitude à l’égard d’Israël alors qu’elle était en pleine campagne dans le Bronx.

« Associer un leader individuel ou un ego à un sentiment contre une nation entière est, je pense, typique de gens comme notre président », a-t-elle dénoncé. « Tout comme nous avons la possibilité de critiquer notre président sans être anti-américain, je pense que nous pouvons critiquer les politiques et les décisions que mène le gouvernement sans être opposé au pays dans son ensemble. »

La démocrate estime que les allégations d’antisémitisme lancées par Trump « sont faites en toute mauvaise foi. [L’administration américaine] ne peut plus utiliser l’allégation d’antisémitisme pour défendre les politiques inhumaines et injustes [d’Israël]. Ils ne peuvent pas utiliser le bâton de l’antisémitisme pour empêcher quiconque de pointer cela du doigt. »

« Ce pour quoi nous sommes tous unis est un avenir pacifique qui soit juste – sur le plan économique, social et culturel – et qui offre des droits civiques et humains à tous les peuples », a-t-elle ajouté, au sujet du conflit israélo-palestinien.

Ocasio-Cortez a déjà été à l’origine de controverses avec ses propos sur Israël ou ses références à la Shoah. Le mois dernier, durant une interview, elle a admis avec l’animateur que le traitement des Palestiniens par Israël est « très, très criminel et très, très injuste ».

En juin, elle a déclenché en tollé en déclarant que les centres de détention où sont envoyés les migrants sans-papiers à la frontière mexicano-américaine sont des « camps de concentration ».

La parlementaire de New York a également suggéré dans le passé que l’administration américaine devrait envisager de supprimer ses aides à Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...