AP : pas de riposte supplémentaire aux coupes de taxes avant les élections
Rechercher

AP : pas de riposte supplémentaire aux coupes de taxes avant les élections

La coopération sécuritaire entre Jérusalem et Ramallah va continuer jusqu'aux élections

Des Palestiniens de la bande de Gaza descendent dans les rues pour montrer leur soutien au président de l'AP Mahmoud Abbas. (Crédit : Wafa).
Des Palestiniens de la bande de Gaza descendent dans les rues pour montrer leur soutien au président de l'AP Mahmoud Abbas. (Crédit : Wafa).

Jeudi, des officiels palestiniens ont déclaré à la chaîne publique Kan que l’Autorité palestinienne n’allait pas renforcer sa réponse au blocage israélien de dizaines de millions de dollars de transferts de taxe au moins jusqu’aux élections du 9 avril.

On pense que la décision se base sur l’hypothèse que le Premier ministre Benjamin Netanyahu n’a pas beaucoup de marge de manœuvre politique pour faire des concessions aux Palestiniens à l’approche du vote.

Les officiels ont également déclaré que la coordination sécuritaire entre Israël et l’AP continuera comme d’habitude jusqu’à l’élection.

Pourtant, un officiel à Ramallah a prévenu que l’AP envisegerait de prendre des mesures si le blocage des taxes ne s’arrêtait pas après l’élection.

« S’il n’y a pas de solution à la crise créée par les coupes israéliennes dans nos revenus des taxes, nous réagirons après les élections, même s’il faut que cela se produit durant la période de transition gouvernementale en Israël », a déclaré l’officiel.

Détenus sécuritaires palestiniens dans la prison d’Ofer au nord de Jérusalem, 20 août 2008. (Moshe Shai/Flash90)

Selon les accords de paix d’intérim, Israël collecte les droits de douanes et autres taxes pour le compte de l’Autorité palestinienne et transfert les fonds aux Palestiniens chaque mois. Ces transferts comptent pour environ deux-tiers du budget du gouvernement palestinien.

Le mois dernier, l’AP a rejeté son transfert régulier de taxes de Jérusalem pour protester contre la décision d’Israël de déduire les sommes d’argent que les Palestiniens paient aux terroristes emprisonnés et aux terroristes suspects, mais aussi aux familles de ceux qui ont été tués dans des attaques contre des Israéliens.

Plus tôt ce mois, Israël a déclaré qu’il allait bloquer plus de 138 millions de dollars de revenus, le montant que l’AP débourse pour aider des terroristes selon des calculs d’officiels israéliens.

La gel des fonds devait porter un coup financier dur aux dirigeants palestiniens en manque de liquides, et déjà affaiblis par les récentes coupes de plus de 200 millions de dollars d’aide bilatérale. L’AP pense ne plus pouvoir payer les salaires complets de ses employés.

Israël affirme que les salaires versés aux familles des terroristes encouragent la violence. Les Palestiniens ont décrit les paiements comme une forme importante d’aide sociale et ont déclaré être responsables de leurs citoyens.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...