Appel de parlementaires internationaux « pour la paix au Yémen »
Rechercher

Appel de parlementaires internationaux « pour la paix au Yémen »

Une cinquantaine de parlementaires de divers pays européens ont signé plaident notamment pour une suspension des exportations d'armes aux parties au conflit

Des forces yéménites progouvernementales
sur une autoroute à l'est de Hodeida pour reprendre contrôle de la ville, aux mains des Houthis, le 8 novembre 2018. (Crédit : Khaled Ziad / AFP)
Des forces yéménites progouvernementales sur une autoroute à l'est de Hodeida pour reprendre contrôle de la ville, aux mains des Houthis, le 8 novembre 2018. (Crédit : Khaled Ziad / AFP)

Des parlementaires de divers pays européens ont signé jeudi un « appel de Paris pour la paix au Yémen », à l’initiative du député de La République en Marche Sébastien Nadot, dans lequel ils plaident notamment pour une suspension des exportations d’armes aux parties au conflit.

Près d’une vingtaine de parlementaires français, anglais, italiens, allemands et encore néerlandais se sont retrouvés pour une conférence, avec des ONG, ainsi que Kamel Jendoubi, président du groupe d’experts des Nations Unies chargé d’enquêter sur les atteintes aux droits de l’Homme au Yémen.

Dans leur appel signé déjà par près d’une cinquantaine de parlementaires et diffusé largement, ils appellent « à un cessez-le-feu immédiat » et à ce que « les parties au conflit retournent à la table des négociations ». Ils demandent aussi « que plus aucun enfant ne soit enrôlé ».

« Les exportations d’armes en direction des parties au conflit doivent être suspendues immédiatement », ajoutent-ils. Plusieurs ONG critiquent vivement les ventes d’armements notamment français à destination de l’Arabie saoudite et des Émirats Arabes Unis, accusés de violer le droit humanitaire au Yémen.

Soutenant cette initiative, 35 ONG yéménites et internationales avaient appelé mercredi à « une cessation immédiate des hostilités » au Yémen, où selon elles « 14 millions » de personnes sont « menacées par la famine ».

Un enfant souffrant de malnutrition pris en charge à l’hôpital Aslam Health Center, à Hajjah, au Yemen, le 1 octobre 2018. (Crédit : AP/Hani Mohammed)

Depuis 2015, la guerre au Yémen a fait quelque 10 000 morts et provoqué selon l’ONU la pire crise humanitaire au monde avec des millions de personnes menacées par la famine.

Le Yémen est de fait quasiment divisé en deux, les forces progouvernementales contrôlant le sud et une bonne partie du centre et les rebelles le nord et une bonne partie de l’ouest.

Sébastien Nadot, issu du Mouvement des progressistes, a déploré une nouvelle fois lors d’une conférence de presse que sa proposition de commission d’enquête sur les exportations d’armes françaises aux belligérants du conflit au Yémen, qui remonte à avril, ne soit pas acceptée.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...