Appels à l’unité après les attentats de Bruxelles qui ont visé « l’Europe » et ses valeurs
Rechercher

Appels à l’unité après les attentats de Bruxelles qui ont visé « l’Europe » et ses valeurs

Des dirigeants de tous pays ont appelé à l'unité contre le terrorisme après les attentats de Bruxelles, qui, selon plusieurs leaders européens, ont visé "l'Europe" et ses valeurs démocratiques

Le périmètre de la station de métro à Bruxelles après les attentats du 22 mars 2016 (Crédit : AFP / EMMANUEL DUNAND)
Le périmètre de la station de métro à Bruxelles après les attentats du 22 mars 2016 (Crédit : AFP / EMMANUEL DUNAND)

Voici les principales réactions, alors que plusieurs pays en Europe ont renforcé leurs mesures de sécurité dans les lieux névralgiques, dont la France, l’Allemagne ou la Grande-Bretagne:

FRANCE

« A travers les attentats de Bruxelles, c’est toute l’Europe qui est frappée » a déclaré le président François Hollande. L’Europe doit prendre « les dispositions indispensables face à la gravité de la menace ». « La France, qui a été elle-même attaquée en janvier et novembre dernier, y prend toute sa part ».

« Nous sommes en guerre, nous subissons depuis plusieurs mois en Europe des actes de guerre. Et, face à cette guerre, il faut une mobilisation de tous les instants » a déclaré, de son côté le Premier ministre Manuel Valls.

Le Premier ministre français Manuel Valls à l'Assemblée nationale, à Paris, le 11 février 2015 (Patrick Kovarik / AFP)
Le Premier ministre français Manuel Valls à l’Assemblée nationale, à Paris, le 11 février 2015 (Patrick Kovarik / AFP)

ALLEMAGNE

« L’objectif des attaques était un aéroport international et une station de métro située près des institutions européennes. Cela semble indiquer que ces attaques ne visaient pas seulement la Belgique mais aussi notre liberté de mouvement, notre mobilité », des valeurs qui « font partie de l’Union européenne » a déclaré le ministre allemand de l’Intérieur Thomas de Maizière. Il a prôné un « combat dur et déterminé contre le terrorisme ». « Il ne faut pas reculer ».

Germany's defense minister Dr. Thomas de Maiziere during a recent visit to Israel (photo credit: Kobi Gideon/Flash90)
Thomas de Maiziere (Crédit : Kobi Gideon/Flash90)

Union européenne

Le président du Conseil européen Donald Tusk a fait part de son « horreur ». « Ces attaques marquent un nouveau niveau de bassesse par les terroristes au service de la haine et de la violence ».

Donald Tusk en 2014 (Crédit : Wikimedia Commons)
Donald Tusk en 2014 (Crédit : Wikimedia Commons)

ITALIE

Les attentats « confirment de manière tragique que l’objectif du terrorisme fondamentaliste est la culture de liberté et la démocratie. […] La réponse à la menace terroriste se trouvera dans une solide unité des pays de l’Union européenne.(…) La liberté et l’avenir du vivre-ensemble humain sont en jeu » a indiqué le président Sergio Matterella.

GRANDE-BRETAGNE

Le Premier ministre britannique David Cameron s’est déclaré « choqué et inquiet » et a annoncé la tenue d’une réunion d’urgence. « Nous ferons tout notre possible pour aider ».

Le Premier ministre britannique, David Cameron, devant le 10 Downing Street à Londres, 27 février 2014 (Crédit : Carl Court/AFP)
Le Premier ministre britannique, David Cameron, devant le 10 Downing Street à Londres, 27 février 2014 (Crédit : Carl Court/AFP)

ESPAGNE

« Le terrorisme ne parviendra pas à nous vaincre. L’unité des démocrates en Europe l’emportera toujours sur la barbarie et de la folie », a tweeté le chef sortant du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy.

Mariano Rajoy (Crédit : Partido Popular de Cataluña/Wikimedia commons/CC BY SA2.0)
Mariano Rajoy (Crédit : Partido Popular de Cataluña/Wikimedia commons/CC BY SA2.0)

SUEDE

« C’est une attaque contre l’Europe démocratique. Nous n’accepterons jamais que des terroristes attaquent nos sociétés ouvertes », a déclaré le Premier ministre Stefan Löfven.

Stefan Lofven (Crédit : AFP/TT NEWS AGENCY/JANERIK HENRIKSSON)
Stefan Lofven (Crédit : AFP/TT NEWS AGENCY/JANERIK HENRIKSSON)

PAYS-BAS

« L’Europe a été touchée au coeur » mais « nous restons qui nous sommes et ce que nous sommes : une société ouverte et démocratique, qui ne se laisse pas diriger par des attentats » a déclaré le Premier ministre néerlandais Mark Rutte.

DANEMARK

Le Premier ministre Lars Løkke Rasmussen a exprimé sur Twitter « tristesse et colère » après ces attaques « abjectes ». « Nous allons les traquer (les terroristes) et rester unis dans notre lutte pour les valeurs européennes ».

Lars Løkke Rasmussen , le Premier ministre danois, en avril 2009. (Crédit : By Kinamand, domaine public, via WikiCommons)
Lars Løkke Rasmussen , le Premier ministre danois, en avril 2009. (Crédit : By Kinamand, domaine public, via WikiCommons)

GRECE

« Le capital de notre Union (européenne) est attaqué. Nous pleurons les morts et engageons à vaincre la terreur par la démocratie » a tweeté le ministre des Affaires étrangères grec sur Twitter. « Nous sommes tous Bruxellois » a-t-il ajouté en français dans le texte.

RUSSIE

Ces attentats « montrent une nouvelle fois que le terrorisme ne connaît pas de frontières et menace les populations du monde entier » a déclaré le président Vladimir Poutine. Selon le Kremlin, « la lutte contre ce mal nécessite la coopération internationale la plus active ».

Vladimir Poutine le 24 septembre 2015. (Crédit : AFP/ RIA NOVOSTI / ALEXEI NIKOLSKY)
Vladimir Poutine le 24 septembre 2015. (Crédit : AFP/ RIA NOVOSTI / ALEXEI NIKOLSKY)

TURQUIE

« Je condamne les attaques (…) qui ont une fois de plus montré le caractère mondial du terrorisme » a indiqué le Premier ministre Ahmet Davutoglu, devant les députés de son parti islamo-conservateur.

Ahmet Davutoglu (Crédit : Nations unies/Jenny Rockett)
Ahmet Davutoglu (Crédit : Nations unies/Jenny Rockett)

AUTRICHE

« Ces actes lâches de terreur ne peuvent pas ébranler l’Europe. Nous allons résolument nous défendre contre cette barbarie » a exhorté le ministre des Affaires étrangères Sebastian Kurz.

SERBIE

Ces attaques « mettent en péril les valeurs de civilisation que nous défendons ardemment » a déclaré le Premier ministre serbe Aleksandar Vucic.

SYRIE

Le Haut comité des négociations (HCN), qui rassemble les groupes clés de l’opposition syrienne, a condamné « le plus fermement » ces attentats. « Le monde doit être uni pour vaincre le terrorisme ».

AL-AZHAR

Al-Azhar, prestigieuse institution de l’islam sunnite basée en Egypte, a condamné les attentats dans un communiqué. « Ces crimes haineux violent les enseignements tolérants de l’islam. (…) Si la communauté internationale ne s’unit pas pour faire face à cette épidémie, les corrompus ne cesseront jamais de perpétrer leurs crimes abjects contre les innocents ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...