Rechercher

Approbation d’un plan pour réduire les trajets en voiture d’un million par mois

200 millions de shekels ont été approuvés en faveur du secteur public afin de renforcer les transports publics et supprimer les avantages des voitures privées

Embouteillage monstre sur l'autoroute Ayalon de Tel Aviv, le 28 octobre 2015. (Simcha Simon, courtesy)
Embouteillage monstre sur l'autoroute Ayalon de Tel Aviv, le 28 octobre 2015. (Simcha Simon, courtesy)

Le gouvernement a approuvé une initiative de 200 millions de shekels visant à réduire l’encombrement sur les routes du pays. Il s’agira de faire baisser le nombre de trajets en voiture privée effectués par les employés du secteur public d’un million par mois en un an.

Le projet « Un million », qui a été approuvé dimanche et présenté en détail dans une déclaration conjointe du Premier ministre Naftali Bennett et de la ministre des Transports Merav Michaeli, comprend des mesures visant à améliorer les transports publics, à supprimer les avantages pour les voitures privées et à permettre davantage de travail à domicile.

Michaeli a déclaré que l’objectif était « d’inverser la pyramide » et de placer les transports publics au sommet plutôt que les véhicules privés.

Afin d’améliorer les transports publics, le programme prévoit la création de 120 kilomètres de voies de bus supplémentaires dans tout le pays et le renforcement des contrôles, l’extension des services de bus, l’amélioration de la sécurité pour les chauffeurs de bus et la multiplication des aires de repos, ainsi que l’amélioration des conditions de travail des chauffeurs de bus dans le cadre des négociations en cours.

Ces derniers mois, les chauffeurs de bus ont mené des grèves sporadiques pour obtenir de meilleures conditions de travail, la dernière ayant eu lieu en début de semaine.

L’Organisation des chauffeurs de bus israéliens a déclaré qu’il y avait une pénurie de 5 000 chauffeurs et que les chauffeurs faisaient des doubles journées de travail. Elle a également déclaré que de nombreux chauffeurs sont victimes d’attaques et d’abus de la part des passagers, et que le sujet n’a jamais été soulevé.

Des chauffeurs de bus bloquent la jonction Azrieli à Tel Aviv le 12 septembre 2021, pour protester contre leurs conditions de travail. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Afin de promouvoir l’utilisation des transports publics, le nouvelle enveloppe prévoit d’étendre l’actuelle indemnité de voiture – une somme supplémentaire ajoutée au salaire des propriétaires de voiture, destinée à financer l’entretien du véhicule – à tous les travailleurs du secteur public, qu’ils possèdent ou non une voiture. L’idée est que les personnes qui choisissent de ne pas avoir leur propre voiture pourront gagner plusieurs centaines de shekels supplémentaires par mois (selon le niveau hiérarchique) qu’elles pourront dépenser comme elles le souhaitent.

Parmi les autres mesures, on peut noter l’encouragement au covoiturage, la création de polices d’assurance automobile basées sur le nombre de kilomètres parcourus, la possibilité pour les employés du secteur public de travailler à domicile et l’augmentation des transports publics vers les centres d’emploi.

La ministre des Transports Merav Michaeli assistant à la cérémonie d’ouverture de l’enquête sur les transports, à Tel Aviv, le 24 mai 2022. (Crédit: Avshalom Sassoni/Flash90)

Des outils technologiques tels que des feux de circulation intelligents seront intégrés dans l’infrastructure des transports afin de réduire les embouteillages, et les services publics vont développer leurs services en ligne afin de réduire la nécessité pour les citoyens de devoir se rendre au bureau.

Un fonctionnaire du ministère des Transports a déclaré qu’un accord avait été conclu avec le ministère des Finances pour affecter 200 millions de shekels à ce programme.

Il a ajouté qu’au vu du large soutien dont bénéficie le programme au sein du ministère, il ne pensait pas que les élections imminentes ou un changement de gouvernement puissent le supprimer.

Les clauses nécessitant une législation devront être approuvées par le prochain gouvernement, a-t-il noté, mais le reste sera mis en œuvre dès à présent puisque le gouvernement actuel a donné son approbation.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...