Après 70 ans, le fils d’une Juste rencontre l’enfant que sa famille avait cachée
Rechercher

Après 70 ans, le fils d’une Juste rencontre l’enfant que sa famille avait cachée

Charlotte Adelman, qui vit aujourd'hui en Arizona, a été contactée par le fils de celle qui l'avait cachée durant 9 mois en 1940

La rencontre entre Alain Quatreville et Charlotte Ademan (Crédit: capture d'écran JDD/Dailymotion)
La rencontre entre Alain Quatreville et Charlotte Ademan (Crédit: capture d'écran JDD/Dailymotion)

Âgée de 86 ans, Charlotte Adelman, née Rozencwajg, a rencontré il y a quelques jours le fils de Lea Quatreville qui l’avait cachée durant 9 mois, en 1940 à Beaumont en Argonne.

C’est lui, Alain Quatreville, 78 ans, qui ne l’avait pas revu depuis la libération qui a retrouvé sa trace sur Facebook, après « plus de soixante-dix ans sans nouvelles, » regrette-t-il dans le JDD qui a participé à la rencontre.

Il le regrette car sa mère est restée longtemps dans « l’angoisse » de ne pas savoir ce qu’était devenue « Lotte » comme elle l’a surnommée, se souvient-il.juste

« Dans ses Mémoires, maman écrivait qu’elle l’aurait adoptée après la guerre s’il avait fallu, » raconte Alain, professeur de mathématiques à la retraite.

« À partir de 1942, de nombreux juifs ont été envoyés dans les Ardennes pour travailler aux champs. Parmi eux, le père de Charlotte, un Polonais réfugié à Paris avant-guerre, qui est arrivé à Beaumont-sur-Argonne avec ses enfants, Max et Charlotte, mais sans son épouse, prise dans la rafle du Vél d’Hiv et déportée à Auschwitz, » rappelle le journal.

Le père de Charlotte a aussi été sauvé, par François Pelzer de la ferme de Maugré à Carignan rappelle l’Association française des Justes parmi les Nations.

Lea et André son mari ont été reconnus par Israël comme Justes parmi les Nations.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...