Après des licenciements, Israël enregistre 66 000 nouveaux chômeurs en un jour
Rechercher

Après des licenciements, Israël enregistre 66 000 nouveaux chômeurs en un jour

Le Bureau du Travail s'attend à ce que 400 000 nouveaux chômeurs se manifestent d'ici la fin du moins de mars ; le taux de chômage pourrait atteindre 30 %

Des travailleurs portant des vêtements de protection désinfectent un terrain de jeu public à Bat Yam dans le cadre des mesures visant à prévenir la propagation du coronavirus, le 18 mars 2020. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)
Des travailleurs portant des vêtements de protection désinfectent un terrain de jeu public à Bat Yam dans le cadre des mesures visant à prévenir la propagation du coronavirus, le 18 mars 2020. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

Le Bureau du Travail israélien a observé une hausse dans les demandes d’indemnité chômage ces dernière semaines alors que la pandémie de coronavirus sème le chaos sur l’économie nationale et les marchés internationaux.

Depuis début mars, alors que le virus commençait à s’implanter en Israël, quelques 180 000 Israéliens se sont inscrits au chômage, soit 7,5 fois plus que le nombre d’inscrits en février.

Mercredi, 66 000 Israéliens se sont inscrits au chômage entre minuit et midi, soit 5 000, ce qui a causé la saturation du site du Bureau du Travail.

Le Bureau du Travail s’attend à ce que 400 000 nouveaux chômeurs se manifestent d’ici la fin du moins de mars. Le coût des indemnités chômage devrait atteindre 2 milliards de shekels, soit 7 fois plus que le montant actuel, qui oscille entre 800 et 900 millions de shekels par mois.

L’institut de Sécurité sociale national s’attend à ce qu’entre 500 000 et 1,2 million d’Israéliens se retrouvent au chômage à cause de la crise, a estimé le directeur de l’institut Meir Shpigler mercredi.

Ces estimations montrent que le taux de chômage des Israéliens, à l’exclusion des auto-entrepreneurs, oscillera entre 13 et 32 %.

Avant la crise, 80 000 personnes bénéficiaient d’allocations chômage.

On ignore si le montant de l’allocation versée sera modifié.

Un Israélien porte un masque de protection à Jérusalem, le 17 mars 2020. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Parmi les nouveaux chômeurs, 84 % ont été mis en congé sans solde, 11 % ont été licenciés, 2 % ont démissionné, et 3 % ont cité un autre motif.

17 300 d’entre eux sont des travailleurs généraux, 14 500 travaillaient dans l’éducation, 11 700 dans la vente, 7 600 dans la restauration et l’alimentation. Plus de 3 000 personnes sont issues des secteurs du tourisme et de l’hôtellerie, du secteur administratif, du tertiaire, de la sécurité, de la finance et de l’industrie.

Parallèlement, le ministère des Finances a prévu une baisse des recettes fiscales de l’État de 50 milliards de shekels par rapport aux 330 milliards de shekels qu’il prévoyait avant la crise, selon le quotidien économique Calcalist, citant une source du ministère des Finances.

Le ministère s’attend à une baisse de 5 milliards shekels sur les recettes fiscales ce mois-ci.

Le ministère des Finances a estimé lundi que le total des dommages causés à l’économie israélienne par la pandémie de coronavirus s’élèvera à 45 milliards de shekels et anéantira toute prévision de croissance pour l’année.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...