Après l’annexion, le monde risque d’abandonner le paradigme des deux États
Rechercher
Analyse

Après l’annexion, le monde risque d’abandonner le paradigme des deux États

Les responsables et les analystes qui accusent Israël de tuer la possibilité d'un futur État palestinien commencent à réclamer un État unitaire et accordant les mêmes droits à tous

Raphael Ahren

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

À titre d'illustration : des officiels palestiniens accompagnés de militants pacifistes israéliens et Internationaux plantent des arbres près de Beit Al Baraka en signe de protestation contre l'accaparement de terres par des résidents d'implantations israéliens, le 9 avril 2016. (Crédit : Wisam Hashlamoun/Flash90)
À titre d'illustration : des officiels palestiniens accompagnés de militants pacifistes israéliens et Internationaux plantent des arbres près de Beit Al Baraka en signe de protestation contre l'accaparement de terres par des résidents d'implantations israéliens, le 9 avril 2016. (Crédit : Wisam Hashlamoun/Flash90)

Pendant des années, les responsables israéliens ont insisté sur le fait que les informations faisant état de la mort de la solution à deux États étaient grandement exagérées et que l’option d’un État palestinien était toujours viable, malgré l’expansion continue des implantations.

Aujourd’hui, de nombreux partisans de la solution à deux États craignent que l’annexion unilatérale prévue par Israël de larges zones de la Cisjordanie n’enterre cette possibilité une fois pour toutes. Les partisans d’une annexion israélienne, d’autre part, affirment que cette mesure, si elle est mise en œuvre conformément au plan de paix américain, permettrait en fait de faire progresser une « solution réaliste à deux États ».

Quoi qu’il en soit, une annexion israélienne telle qu’envisagée par « l’accord du siècle » est susceptible d’éroder le consensus international derrière le paradigme de deux États et pourrait amener le monde à commencer à soutenir l’idée d’un État unitaire dans lequel les Israéliens et les Palestiniens jouissent de droits égaux.

« L’annexion mettra fin au débat sur les frontières d’Israël. Elle lancera également un débat sur la solution à un seul État », a déclaré mercredi Evan Gottesman, directeur adjoint de la politique et de la communication de l’Israel Policy Forum, un groupe de réflexion basé aux États-Unis.

La façon dont on évalue les retombées d’une éventuelle annexion, que le Premier ministre Benjamin Netanyahu espère mettre en œuvre cet été, dépend en grande partie de la politique des uns et des autres : la droite qui rêve du Grand Israël sont convaincus que le ciel ne leur tombera pas sur la tête, tandis que les colombes en faveur de concessions territoriales et d’un État palestinien affirment que ce serait le début de la fin du projet sioniste.

Les partisans de l’annexion prédisent que très peu de choses changeront. Un Israël affirmé, soutiennent-ils, peut facilement résister à l’opprobre international, qu’ils espèrent voir s’estomper rapidement, tout comme le monde a fini par oublier les annexions de Jérusalem-Est et du plateau du Golan par Israël.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, l’ambassadeur américain en Israël David Friedman (au centre) et le ministre du Tourisme Yariv Levin lors d’une réunion pour discuter de l’extension de la souveraineté israélienne à des zones de la Cisjordanie, dans l’implantation d’Ariel, le 24 février 2020. (Crédit : David Azagury/ Ambassade des États-Unis à Jérusalem)

Mais plutôt que d’adopter ce plan comme une ébauche de solution à deux États, beaucoup de membres de la communauté internationale le considèrent comme le dernier clou du cercueil d’une solution à deux États. Et si peu de responsables sont actuellement prêts à s’écarter du dogme diplomatique vieux de dix ans qui sanctifie cette dernière, il y a de plus en plus d’indications que, tôt ou tard, ils adopteront celle à un seul État.

Car une fois que le monde aura déterminé que l’ancien paradigme « deux États pour deux peuples » n’est plus pertinent, il en tirera probablement la conclusion logique et commencera à plaider en faveur d’un seul État binational, de la Méditerranée au Jourdain, avec des droits égaux pour tous.

Le Haut représentant de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Josep Borell, s’exprime lors d’un débat au Parlement européen le 14 janvier 2020 à Strasbourg. (Crédit : FREDERICK FLORIN / AFP)

« Nous sommes d’accord que l’annexion de la vallée du Jourdain signifierait la fin de la solution à deux États », a déclaré le chef de la politique étrangère de l’Union européenne, Josep Borrell, le 30 avril, après s’être entretenu avec le ministre jordanien des Affaires étrangères, Ayman Safadi.

Si l’annexion tue toute perspective d’un État palestinien à côté d’Israël, quelle est l’alternative ?

Pour l’instant, la plupart des gouvernements s’accrochent à la doctrine des deux États, qui a été affirmée comme « la meilleure et la seule chance réaliste de paix » dans d’innombrables résolutions et déclarations. Mais certains responsables ont commencé à dire ce qui était jusqu’à présent impensable.

Ce rêve [d’Israël] ne reposait pas sur le dogme de la solution à deux États. Il est donc temps de faire revivre l’idée de la coexistence de tous dans un seul État commun

« Le principe de ‘deux États pour deux peuples’ était la devise et la condition officielle du processus de paix. Soyons réalistes, le temps presse et la situation a changé », a écrit lundi Radek Vondráček, président de la Chambre des députés de la République tchèque, dans une tribune. Le monde, a-t-il ajouté, ne devrait pas imposer ses « vieux schémas et la frustration qui en résulte » aux parties sur le terrain si elles veulent explorer de nouvelles idées.

« L’existence de l’État d’Israël montre que la réalisation du rêve humain de liberté est extrêmement difficile », a-t-il ajouté. « Ce rêve ne reposait pas sur le dogme de la solution à deux États. Il est donc temps de faire revivre l’idée de la coexistence de tous dans un seul État commun. »

Contrairement à Radek Vondráček – qui est connu comme ami d’Israël – même ceux qui critiquent le gouvernement israélien disent que l’annexion rendrait toute autre solution impossible.

« Cette décision tuera la solution à deux États, rendant inévitable la solution à un seul État », a souligné mercredi le ministre jordanien des Affaires étrangères, Ayman Safadi.

Le ministre jordanien des Affaires étrangères Ayman Safadi prononce son discours lors d’une conférence de l’Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés palestiniens au Moyen-Orient, à Rome, le 15 mars 2018. (Crédit : AP Photo/Andrew Medichini)

« En ce moment, la solution des deux États est morte… Ne serait-ce pas formidable si nous avions réellement un État démocratique pour les Juifs et les Palestiniens entre le Jourdain et la Méditerranée ? », a demandé Mike Wallace, député irlandais du Parlement européen, à Josep Borrell cette semaine.

Au début du mois, le chroniqueur israélien pacifiste Gideon Levy a soutenu l’annexion comme « la seule façon de sortir de l’impasse, la seule secousse possible qui pourrait mettre fin à ce statu quo de désespoir dans lequel nous sommes enlisés, qui ne peut plus mener nulle part de bon ».

« Peut-être », a répondu Nick Westcott, l’ancien directeur du département Moyen-Orient de l’UE. « Mais seulement dans le cadre d’une solution cohérente à un seul État, avec des droits égaux pour tous les citoyens. »

Ramallah a longtemps menacé d’abandonner sa quête d’un État et de rechercher plutôt l’égalité des droits pour les Palestiniens si Israël continue à empiéter sur le territoire qu’ils revendiquent pour leur État. Jérusalem rejette régulièrement de telles menaces, malgré les sondages d’opinion qui suggèrent que les Palestiniens, surtout les plus jeunes, sont réceptifs à une solution à un seul État.

Dan Shapiro, ancien ambassadeur des États-Unis en Israël et aujourd’hui chercheur à l’Institut d’études de sécurité nationale de l’université de Tel Aviv, convient que l’annexion pourrait donner aux Palestiniens un nouvel élan pour promouvoir la solution d’un seul État, et que cela aura finalement un impact sur la position de la communauté internationale en la matière.

« La plupart [des jeunes Palestiniens] disent, vous savez quoi, si deux États sont impossibles, ce que nous voulons vraiment, ce sont les droits de citoyenneté. Et ils seraient heureux de faire valoir ces droits dans un scénario d’un seul État et, encore une fois, voir une annexion unilatérale exécutée, je pense que cela renforcerait beaucoup cette tendance », a-t-il déclaré au Forum politique israélien lors d’une présentation le mois dernier.

L’ancien ambassadeur des États-Unis en Israël, Dan Shapiro, participe à la Conférence Meir Dagan pour la stratégie et la défense, au Netanya College, le 21 mars 2018. (Crédit : Meir Vaaknin/Flash90)

« Ça prendra peut-être cinq ans, dix ans ou quinze ans, mais je pense que beaucoup de pays, y compris beaucoup d’États arabes qui sont très amis avec Israël et d’autres pays également, certainement en Europe et ailleurs, vont avec le temps s’orienter vers la défense de cette cause », a prédit M. Shapiro.

« Ils diraient, vous savez quoi, si deux États sont impossibles, voici une alternative, où chacun aurait le droit de vote et de représentation dans un Parlement, un seul État démocratique entre la Méditerranée et le Jourdain. »

Hugh Lovatt, chargé de mission au Conseil européen des relations extérieures qui se concentre sur le processus du Moyen-Orient, pense que l’UE « devrait reconnaître que la logique de deux États qui a sous-tendu ses propres politiques au cours des trois dernières décennies pourrait ne plus tenir ».

M. Lovatt a appelé à un « réexamen général des politiques » pour évaluer la disparition du paradigme des deux États. « Mais surtout, a-t-il ajouté, l’UE et ses États membres doivent être clairs sur le fait que si la solution des deux États n’est plus viable, le seul autre moyen acceptable de parvenir à l’égalité des droits pour les deux peuples sera un État binational. »

Vous voulez rester un État juif ? Ce n’est pas notre problème, le monde dira

Les diplomates et les responsables politiques ont également fait pression pour une solution à deux États car, disent-ils, il n’y a pas d’autre option qui permettrait de sauvegarder Israël en tant qu’État juif et en tant que démocratie.

« Nous ne voyons pas d’alternative à la solution des deux États, car nous pensons que les Israéliens aimeraient avoir leur propre État dans lequel les Juifs sont majoritaires et où ils peuvent vivre leur propre identité. Et une solution à un seul État, pour nous, n’est pas compatible avec ce désir, ce qui est compréhensible », avait indiqué l’ambassadeur de l’UE en Israël, Emanuele Giaufret, dans une interview accordée au Times of Israël en décembre 2017.

Mais une large partie de la communauté internationale n’a jamais vraiment compris, et encore moins approuvé, le désir d’Israël d’être reconnu comme un État juif. Et si Israël est considéré comme le seul à tuer la solution des deux États en annexant unilatéralement un tiers de la Cisjordanie, le monde pourrait décider que, ce qui l’intéresse vraiment, c’est la démocratie et les droits humains.

Israël ne peut pas tout avoir : entraver la création d’un État palestinien, maintenir une majorité juive et être considéré comme une démocratie. Et puisque Israël a apparemment décidé de rendre impossible une future séparation des Palestiniens, il devra choisir entre être juif ou être démocratique – c’est ce à quoi l’on peut s’attendre à ce que le monde argue.

L’idée d’États-nations ethnocentriques est depuis longtemps dépassée en Europe, et si Ramallah décidait d’abandonner sa quête d’un État et de demander à la place la citoyenneté israélienne pour tous les Palestiniens de Cisjordanie, de nombreux membres de la communauté internationale ne trouveraient probablement aucune raison de s’y opposer.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...