Après le meutre d’Esther Horgen, Tsahal déploie des renforts en Cisjordanie
Rechercher

Après le meutre d’Esther Horgen, Tsahal déploie des renforts en Cisjordanie

Les troupes ont été mobilisées pour améliorer la sécurité des communautés et des routes après une série d'incidents violents dans la région

Soldats israéliens lors d'un raid dans le village de Shuweika, près de la ville de Tulkarem en Cisjordanie, le 20 octobre 2018. (Nasser Ishtayeh/Flash90)
Soldats israéliens lors d'un raid dans le village de Shuweika, près de la ville de Tulkarem en Cisjordanie, le 20 octobre 2018. (Nasser Ishtayeh/Flash90)

L’armée israélienne a annoncé mardi avoir déployé des renforts en Cisjordanie après une série d’incidents violents dans la région.

« Il a été décidé de renforcer la division de Judée et Samarie afin d’améliorer la défense des communautés et des routes », a indiqué l’armée israélienne, sans préciser le nombre de soldats déployés.

La décision a été prise « conformément à une évaluation de la situation que l’armée israélienne tient en permanence », a précisé le communiqué de l’armée.

L’armée israélienne a également déclaré qu’à partir de mardi, les troupes attachées à la division Judée et Samarie (Cisjordanie) n’auraient plus droit à une permission.

Ces renforts ont été annoncés au lendemain de la découverte de la dépouille d’Esther Horgen, 52 ans, une Franco-Israélienne mère de six enfants, dans une forêt près de la petite implantation de Tal Menashe, dans le nord de la Cisjordanie .

Interrogé pour savoir si ces renforts étaient liés à ce décès, un porte-parole de l’armée a répondu par l’affirmative et a évoqué aussi « d’autres » événements sécuritaires sans détailler.

Esther Horgen, 52 ans, qui a été retrouvée morte dans le nord de la Cisjordanie à la suite d’un attentat terroriste présumé le 20 décembre 2020. (Autorisation)

Les forces de sécurité sont de plus en plus convaincues que cette mort est un attentat terroriste commis par un terroriste palestinien, ont déclaré des responsables lundi après-midi. Aucun suspect n’a été arrêté.

Un communiqué du bureau du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a indiqué mardi soir que le gouvernement avait approuvé sa proposition d’accorder une subvention de 40 millions de shekels (10 millions d’euros) aux implantations de Cisjordanie, destinés essentiellement à la sécurité.

Le communiqué ne fait pas mention du meurtre de Horgen.

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...