Israël en guerre - Jour 233

Rechercher
Analyse

Après les tensions liées à Gaza, l’attaque d’Iran rapproche Jérusalem et Washington

De nombreux pays se sont efforcés de protéger Israël contre les drones et les roquettes de Téhéran ; Biden exprime son soutien inconditionnel à la défense d'Israël ; le Congrès accélère l'aide à la défense en faveur d'Israël

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à gauche, et le président américain Joe Biden, à droite). (Crédit : Flash90/AP)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à gauche, et le président américain Joe Biden, à droite). (Crédit : Flash90/AP)

WASHINGTON (JTA) — En attaquant Israël samedi, l’Iran a sorti le pays de l’isolement dans lequel il s’enfonçait en raison de la guerre avec le Hamas dans la bande de Gaza. Mais si Israël choisit de frapper l’Iran, cela pourrait raviver les tensions. Selon plusieurs sources, Joe Biden a déclaré au Premier ministre Benjamin Netanyahu que les États-Unis ne soutiendraient ni ne participeraient à aucune attaque de représailles contre l’Iran.

Pourtant, lorsqu’il est apparu clairement que l’Iran s’apprêtait à lancer des centaines de drones sur Israël, Joe Biden s’est a précipitamment quitté sa maison sur la plage du Delaware pour rentrer à la Maison Blanche samedi. La déclaration de la porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche, Adrienne Watson, était sans équivoque.

« Le président Biden a été clair : notre soutien à la sécurité d’Israël est inébranlable », a déclaré Watson. « Les États-Unis se tiendront aux côtés du peuple israélien et soutiendront sa défense contre les menaces de l’Iran. »

La plupart des missiles et des drones tirés par l’Iran ont été interceptés et abattus. Une fillette bédouine de 7 ans a été grièvement blessée, mais l’attaque n’a pas fait de victimes.

Tout au long de l’après-midi et de la soirée, Biden s’est entretenu avec les principaux responsables de la sécurité nationale. Vers la fin de la soirée, il s’est entretenu par téléphone avec Netanyahu.

Le président américain Joe Biden rencontre son équipe de sécurité nationale à la Maison Blanche, le 13 avril 2024. (Crédit : Maison Blanche)

Ils se sont parlé tout au long de la guerre entre Israël et le Hamas, mais ces derniers mois, Biden n’a parlé à Netanyahu que pour le réprimander sur la conduite d’Israël à Gaza. Auparavant, Biden aurait évoqué la possibilité de conditionner l’aide à Israël, une mesure qu’il avait auparavant exclue.

Cette fois-ci, cependant, Biden était prêt à passer à la vitesse supérieure sur le plan diplomatique pour isoler l’Iran, selon la déclaration du président résumant son appel avec Netanyahu, qui a souligné à quel point les relations entre les deux pays restent étroites.

« Demain, je réunirai mes homologues du G7 pour coordonner une réponse diplomatique unie à l’attaque effrontée de l’Iran », a déclaré Biden, en faisant référence au groupe des sept principales puissances industrielles. « Mon équipe s’entretiendra avec ses homologues dans toute la région. Et nous resterons en contact étroit avec les dirigeants israéliens. »

Netanyahu, qui s’en est pris, par le passé, aux démocrates et à l’administration Biden pour leurs critiques, a exprimé sa gratitude.

« Nous apprécions la position des États-Unis aux côtés d’Israël, ainsi que le soutien de la Grande-Bretagne, de la France et de nombreux autres pays », a-t-il déclaré dans une allocution vidéo.

Les armées britannique, française et jordanienne se sont jointes à l’armée américaine pour aider Israël à repousser les drones. Ces derniers mois, tous ces pays ont critiqué Israël, à des degrés divers, pour sa campagne militaire à Gaza et la crise humanitaire qui y sévit.

Images publiées par l’armée de l’air israélienne montrant des avions revenant après avoir intercepté l’attaque directe de l’Iran, 14 avril 2024. (Crédit : l’armée de l’air israélienne)

Le rôle de la Jordanie dans l’abattage de ce qui, selon les informations, était des centaines de drones dirigés vers Israël, a été particulièrement remarqué en raison du refroidissement des relations entre les pays, qui ont signé un traité de paix en 1994.

Le royaume a joué un rôle de premier plan dans l’aide apportée aux Palestiniens de Gaza et a vivement critiqué Israël pour avoir entravé l’entrée de l’aide. La Jordanie est également partiellement responsable de l’administration de la présence musulmane sur le mont du Temple à Jérusalem, un site sacré pour les juifs et les musulmans, qui le vénèrent comme le « Noble Sanctuaire ». Le site a suscité la controverse lorsque des personnalités israéliennes ont cherché à démocratiser la prière juive sur le mont. Le lieu saint est fréquemment cité comme prétexte pour des attaques terroristes contre Israël, notamment l’attaque du Hamas du 7 octobre, au cours de laquelle quelque 3 000 terroristes ont fait irruption en Israël par voie terrestre, aérienne et maritime, tuant près de 1 200 personnes et prenant 253 otages.

Mais la Jordanie et d’autres nations arabes sunnites considèrent l’Iran, et son soutien à la violence et aux troubles régionaux, comme la plus grande menace. L’Iran a aidé le régime Assad à survivre à la guerre civile syrienne, un long conflit qui a créé une crise massive de réfugiés pour la Jordanie. Le Bahreïn qui a signé des accords de normalisation avec Israël en 2020, cherche également à contrer l’Iran.

Avi Melamed, ancien agent des services de renseignement israéliens spécialisé dans les affaires arabes, a déclaré que les attentats constituaient un signal d’alarme quant aux dangers posés par l’Iran.

« Alors qu’auparavant, la guerre de Gaza créait des tensions au Moyen-Orient entre Israël et ses voisins, et même des frictions entre Jérusalem et Washington, l’attaque de l’Iran a déjà renforcé la coordination et réchauffé les relations entre Biden et Netanyahu », a-t-il déclaré dans un courriel, « et a même rappelé aux nations arabes la menace constante que l’Iran continue de faire peser à la fois sur Israël et sur la stabilité de la région dans son ensemble ».

Un système anti-missile tirant des missiles d’interception sur des drones et des missiles tirés depuis l’Iran, vu au-dessus de Jérusalem, le 14 avril 2024. (Crédit : Chaïm Goldberg/Flash90)

Les républicains et certains démocrates se sont engagés à accélérer le programme d’aide d’urgence de 14 milliards de dollars que Biden avait demandé après le déclenchement de la guerre.

« Au vu de l’attaque injustifiée de l’Iran contre Israël, la Chambre des représentants va s’écarter du programme législatif annoncé la semaine prochaine pour examiner une législation qui soutient notre allié Israël et tient l’Iran et ses mandataires terroristes pour responsables », a déclaré dans un communiqué de presse Steve Scalise, républicain de Louisiane et chef de la majorité.

L’attaque iranienne est survenue après qu’Israël a été confronté à une réaction de plus en plus vive de la part des démocrates. Les appels des démocrates à conditionner l’aide à Israël se sont intensifiés depuis l’attaque par erreur des forces de défense israéliennes qui a tué sept travailleurs humanitaires de la World Central Kitchen il y a deux semaines.

Cinquante-six démocrates de la Chambre des représentants ont signé la semaine dernière une lettre rédigée par le représentant du Wisconsin, Mark Pocan, proposant une enquête menée par les États-Unis sur les décès survenus dans les cuisines de la World Central Kitchen et la suspension des principaux transferts d’armes jusqu’à ce qu’elle soit achevée. Le sénateur du Maryland, Chris Van Hollen, n’a pas hésité à appeler à la limitation de l’aide à Israël.

La semaine dernière, une coalition de groupes libéraux a demandé à l’administration Biden de conditionner le transfert d’armes à l’octroi par Israël d’une aide humanitaire. Parmi la douzaine de signataires figurait le Center for American Progress, un groupe de réflexion longtemps considéré comme l’une des institutions de gauche les plus favorables aux relations entre les États-Unis et Israël. Samedi, le New York Times a appelé l’administration Biden à utiliser l’aide comme levier pour faire plier Netanyahu.

Certaines de ces voix se sont exprimées en faveur d’Israël samedi. Van Hollen a soutenu, sur X, anciennement Twitter, le droit d’Israël à l’autodéfense.

« Je condamne l’attaque iranienne contre Israël et je soutiens le droit d’Israël à se défendre contre cette agression », a-t-il déclaré. « Je m’associe également à Biden pour tenter d’empêcher un conflit encore plus vaste qui engloutirait les populations de toute la région. »

Des Israéliens évaluent les dommages causés par une attaque de missiles iraniens dans la ville de Katzrin, au nord du pays, le 14 avril 2024. (Crédit : Michael Giladi/ Flash90)

Pocan, qui a publié un message sur X, a déclaré que ses inquiétudes concernant Gaza ne s’étaient pas atténuées. « Heureusement, la frappe de représailles de l’Iran sur Israël a été en grande partie interceptée. Mais ce sont les actions qui ont suivi l’attaque israélienne en Syrie qui m’ont inquiété – un conflit plus large qui amène les États-Unis », a-t-il déclaré. « Tout le monde doit mettre fin aux agressions, y compris à Gaza, en donnant la priorité à la vie humaine et non à la guerre. »

Israël semble prêt à tirer parti du soutien diplomatique revigoré qu’il est en train d’obtenir. Le Conseil de sécurité des Nations unies a accepté, à la demande d’Israël, de se réunir en urgence dimanche pour discuter de l’attaque iranienne.

La courtoisie ne durera pas nécessairement. Les médias américains ont cité des fonctionnaires américains anonymes qui ont déclaré que Biden se méfiait de l’ampleur des représailles israéliennes. CNN et NBC ont toutes deux rapporté que Biden avait déclaré à des collaborateurs qu’il ne voulait pas que Netanyahu entraîne les États-Unis dans un conflit plus large.

David Makovsky, membre du Washington Institute for Near East Policy, un groupe de réflexion qui reçoit régulièrement des informations de la part de hauts responsables américains et israéliens, a déclaré qu’Israël ferait bien de préserver l’esprit renouvelé de coopération et de soutien.

« Israël devra soigneusement évaluer l’utilité des représailles par rapport à l’appel de Biden en faveur d’une approche diplomatique », a déclaré Makovksy sur X. La « crise devrait se terminer par l’isolement de l’Iran ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.