Après Umm Al-Hiran, Rivlin rencontre les maires et autorités arabes
Rechercher

Après Umm Al-Hiran, Rivlin rencontre les maires et autorités arabes

Le président israélien est allé à la rencontre des autorités arabes israéliennes pour s'entretenir des constructions illégales arabes, afin de tirer les leçons d'Umm Al-Hiran

Le président Reuven Rivlin entouré des maires et chefs de conseils régionaux arabes (Credit: Mark Neiman / GPO)
Le président Reuven Rivlin entouré des maires et chefs de conseils régionaux arabes (Credit: Mark Neiman / GPO)

Le président israélien Reuven Rivlin a accueilli lundi matin un forum rassemblant les autorités arabes régionales israéliennes, qui souhaitaient exposer les problèmes actuels auxquels elles doivent faire face.

Le président du Conseil arabe régional et maire de Sakhnin, Mazen Ganim était présent ainsi que les maires d’une quinzaine de localités et les représentants de plusieurs conseils régionaux arabes.

« Vous savez que vous disposez d’un lieu où expliquer vos difficultés, a expliqué Rivlin. Nous avons tous traversé des jours difficiles, et je sais les grandes responsabilités qui reposent sur vos épaules. Et sur les miennes aussi. Mais nous devons travailler ensemble afin de trouver des solutions ».

Rivlin faisait référence à l’affaire d’Umm al-Hiran , le village bédouin dans le Néguev dont l’évacuation, en raison à des constructions illégales, a causé la mort d’un policer et d’un habitant.

Au centre de la table, et des pourparlers, trônaient donc les constructions immobilières dans le secteur arabe.

Les responsables arabes se sont dit prêts à faire leur possible pour renforcer les négociations qui mettront fin à ces constructions illégales, tout en légalisant les bâtiments déjà existants qui peuvent l’être.

Pour Mazen Ganim, le problème de la construction côté arabe n’est pas à sous-estimer : « il vient répondre à une problématique de logement et d’emploi ».

Le président Rivlin a promis que son action serait orientée vers la recherche d’une solution viable en accord avec les différents ministères concernés.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...