Israël en guerre - Jour 225

Rechercher

Arbel : les demandes d’asile bloquées à cause d’un « énorme » manque de personnel

Pour le ministre de l'Intérieur, convaincre les migrants de partir est une "bonne solution" et il faut des personnes qualifiées pour traiter les demandes mais le salaire mensuel est faible

Moshe Arbel lors d'une cérémonie de Yom HaShoah à la Knesset de Jérusalem, le 18 avril 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Moshe Arbel lors d'une cérémonie de Yom HaShoah à la Knesset de Jérusalem, le 18 avril 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le ministre de l’Intérieur, Moshe Arbel (Shas), a admis lundi qu’Israël n’était pas en mesure de traiter le volume de demandes d’asile en raison du manque de personnel disponible pour examiner les documents.

S’adressant au site d’information Ynet quelques jours après des affrontements sans précédent dans le sud de Tel Aviv entre des groupes opposés de migrants érythréens, Arbel a déclaré que si Israël reconnaît que certains demandeurs d’asile sont en danger immédiat, très peu de demandes sont approuvées.

« Le ministre a ajouté que les personnes chargées de vérifier les antécédents des demandeurs d’asile devaient être « des personnes compétentes et parlant plusieurs langues ».

« Le salaire est en moyenne de 6 500 shekels par mois », a souligné Arbel. « Les personnes ayant des connaissances et des compétences n’acceptent pas ces postes. »

Il a déclaré que son ministère avait fait appel au ministère des Finances pour « approuver le fait que nous payions un salaire normal et correct à des personnes qui travaillent vraiment très dur » et également pour budgétiser les fonds nécessaires.

Samedi, au moins 170 personnes ont été blessées, y compris des policiers, lors d’affrontements qui ont duré plusieurs heures dans le sud de Tel-Aviv entre des partisans de l’immigration et des opposants au gouvernement érythréen. La police a répondu aux émeutes par des tirs à balles réelles, faisant des dizaines de blessés hospitalisés. Plusieurs officiers ont également été hospitalisés pour des blessures subies lors de l’incident.

Des manifestants érythréens affrontant la police anti-émeute israélienne, à Tel Aviv, en Israël, le 2 septembre 2023. (Crédit : Ohad Zwigenberg/AP)

Arbel a déclaré que la récente flambée de violence avait mis en lumière cette question quelque peu endormie, ce qui, il l’espère, permettra de la résoudre.

Le ministre a également déclaré qu’il était « absurde » que certains migrants érythréens soutiennent le régime dans leur pays d’origine, mais se rendent néanmoins en Israël. « C’est une situation déformée. »

Arbel a déclaré que les personnes soupçonnées d’être impliquées dans les violences feront l’objet d’une procédure pénale et seront ensuite placées en détention administrative, ce qui requiert un niveau de preuve moins élevé. L’État cherchera ensuite à les expulser.

Une cinquantaine de ressortissants érythréens sont actuellement détenus, et le ministre de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, préconise de nouvelles arrestations « administratives », ont rapporté les médias israéliens.

Les autorités s’efforceront également de faire partir les migrants de leur propre chef, a déclaré Arbel, précisant que 2 200 migrants ont quitté le pays depuis le début de l’année et que l’objectif est d’atteindre 3 000 personnes d’ici la fin de l’année.

« C’est une bonne solution, qui améliore également leur position dans les pays d’accueil, par exemple le Canada, qui en a reçu beaucoup », a déclaré Arbel.

Sur cette photo du 25 juin 2018, des demandeurs d’asile érythréens tiennent un rassemblement devant le ministère des Affaires étrangères à Jérusalem. (AP/Caron Creighton)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a tenu une réunion spéciale du comité ministériel sur les migrants dimanche, affirmant que la migration en provenance des pays africains constituait « une menace réelle pour le caractère et l’avenir d’Israël en tant qu’État juif et démocratique ».

Netanyahu a déclaré que le gouvernement « cherche à prendre des mesures fortes contre les émeutiers, y compris l’expulsion immédiate de ceux qui y ont pris part ».

La droite israélienne rejette largement les demandes d’asile des migrants africains et qualifie régulièrement tous les migrants, quels que soient leurs motifs et les circonstances, d' »infiltrés ».

Les demandeurs d’asile ont été accueillis avec antipathie par les gouvernements israéliens successifs et sont confrontés à un avenir incertain, car l’État n’a reconnu le statut de réfugié que dans un infime nombre de cas et a déployé des efforts constants pour leur rendre la vie difficile ou pour les expulser purement et simplement.

Quelque 30 000 migrants, originaires pour la plupart du Soudan et de l’Érythrée, se trouveraient dans le pays, nombre d’entre eux affirmant qu’ils sont des réfugiés de la guerre et de l’oppression. La plupart des migrants africains sont arrivés en Israël par l’Égypte entre 2007 et 2012, avant qu’Israël ne construise une barrière le long de la frontière désertique. Peu de migrants sont arrivés depuis lors.

Les émeutes de samedi ont éclaté lors d’une manifestation contre un événement officiel du gouvernement érythréen marquant le 30e anniversaire de l’accession au pouvoir du président autocratique Isaias Afwerki. Les opposants au régime, vêtus de bleu, sont arrivés sur les lieux pour manifester contre les partisans, qui portaient du rouge. Les rassemblements ont rapidement dégénéré en violences qui ont duré plusieurs heures.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.