Ari Fuld récompensé à titre posthume par la police
Rechercher

Ari Fuld récompensé à titre posthume par la police

Deux gardes-frontières tués en 1954 par la légion arabe jordanienne ont également reçu les éloges de la police, lors d'une cérémonie honorant 54 héros

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Ari Fuld, poignardé à mort par un terroriste palestinien aux abords d'un centre commercial de Cisjordanie le 16 septembre 2018. (Crédit : Facebook)
Ari Fuld, poignardé à mort par un terroriste palestinien aux abords d'un centre commercial de Cisjordanie le 16 septembre 2018. (Crédit : Facebook)

La police israélienne a remis une médaille d’honneur à titre posthume à Ari Fuld, un Israélo-américain qui s’était lancé à la poursuite d’un terroriste qui l’avait poignardé juste avant, devant un supermarché de Cisjordanie il y a deux mois.

Fuld a reçu la Médaille de la Bravoure, la troisième plus haute récompense décernée par la police israélienne.

Habitant de l’implantation d’Efrat et père de 4 enfants, Fuld est l’un des 54 individus – civils et policiers – à avoir été récompensés mardi soir, lors d’une soirée à laquelle ont participé Gilad Erdan, ministre de la Sécurité intérieure, le chef sortant de la police Roni Alsheich et le président Reuven Rivlin.

Le 16 septembre, Fuld se tenait devant un magasin au niveau d’une intersection dans le Gush Etzion, au centre de la Cisjordanie quand Khalil Jabarin, 17 ans, l’a poignardé dans le dos et dans le cou à plusieurs reprises.

« Ari – que sa mémoire soit bénie – s’est retourné, face au terroriste, a vu le couteau couvert de son propre sang, et a crié ‘Terroriste ! Terroriste !’ « , a déclaré la police dans un communiqué.

« Il a repoussé le terroriste et s’est battu avec lui. Quand le terroriste s’est enfui, Ari l’a poursuivi malgré ses blessures, avec ce qui lui restait de forces, et a réussi à lui tirer dessus avec son arme, avant de s’effondrer sur le sol », selon la police.

Des policiers et leurs familles, qui ont reçu des médailles et les éloges de la part de la police israélienne, en présence du président Reuven Rivlin, du ministre de la Sécurité intérieur Gilad Erdan et du chef de la police Roni Alshich., le 6 novembre 2018. (Crédit : police israélienne)

Dans sa description de l’attentat, la police remercie Fuld d’avoir tiré sur Jabarin et ainsi empêché qu’il y ait davantage de victimes. Le terroriste courrait en direction d’un employé de centre commercial.

« Je suis fier de ces personnes merveilleuses et incroyables : les agents de la police des frontières israélienne et ces civils pleins de ressources, dont faisait partie Ari Fuld, que Dieu venge son âme. Il s’est battu avec un terroriste abject jusqu’à son dernier souffre. Malheureusement, nous faisons la connaissance de [Fuld] dans des circonstances si tragiques », a déclaré Erdan durant la cérémonie.

Le ministre de la Sécurité intérieure avait demandé, le mois dernier, que la police envisage de récompenser Fuld pour son comportement durant l’attentat.

Les images filmées par les caméras de sécurité du centre commercial montrent Fuld, après avoir été poignardé et avec du sang qui coule dans son dos, poursuivre et tirer sur Khalil Jabarin. On le voit ensuite s’effondrer sur le sol.

Fuld a été conduit d’urgence dans un hôpital de Jérusalem, mais a été déclaré mort peu après. Jabarin a été transporté à l’hôpital dans un état modéré, puis placé en détention.

כשהוא פצוע ומדמם: כך הציל ארי פולד עובדת בחנות מדקירת המחבל

כשהוא פצוע ומדמם: כך הציל ארי פולד עובדת בחנות מדקירת המחבל • לתיעוד המלא שהביאו Yossi Eli ושי שפיגלמן ולריאיון של Almaz Mangisto עם אלמנת הנרצח >> https://www.10.tv/news/172564

Posted by ‎חדשות 10‎ on Monday, 17 September 2018

« Ari Fuld a fait preuve d’un héroïsme et d’une intrépidité suprêmes lorsqu’il a poursuivi dans ses derniers instants le terroriste qui l’avait poignardé mortellement, neutralisé et, ce faisant, sauvé la vie d’autres civils », avait écrit Erdan dans ses recommandations adressées à Alsheich le mois dernier.

Erdan, qui est également ministre des Affaires stratégiques, a déclaré que Fuld avait également consacré sa vie à défendre Israël en combattant le mouvement du Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS).

« En plus de ses actions sur le terrain, Ari a également combattu pour l’État d’Israël sur la scène internationale et a fait partie d’un réseau de militants de l’information que nous avons établi pour montrer au monde la vérité sur Israël et pour dénoncer les mensonges des gens qui le boycottent », a-t-il écrit. « Ari est un exemple et un modèle pour nous tous et nous devrions le remercier pour cela. »

Fuld était un défenseur bien connu d’Israël et un militant de droite. Son assassinat a bouleversé la communauté des militants pro-israéliens et les militants ont rappelé qu’il était un fervent partisan de l’État juif.

Hila Peretz, une vendeuse de falafels, a déclaré le 17 septembre 2018 qu’Ari Fuld lui avait sauvé la vie lors d’un attentat terroriste au carrefour du Gush Etzion un jour auparavant. (Capture d’écran : Dixième chaîne)

Après l’attaque, Hila Peretz, vendeuse de falafels, a déclaré avoir vu Jabarin poignarder mortellement Fuld devant le magasin quelques minutes après avoir servi cet adolescent palestinien. Jabarin commença alors à courir vers elle en tenant le couteau à la main. Elle a couru pour sauver sa vie en criant « terroriste », a-t-elle raconté.

« Le terroriste était juste derrière moi », se souvient-elle. « J’ai commencé à descendre les escaliers en courant, mais il a sauté pour essayer de se mettre devant moi. L’homme qui a été tué m’a vraiment sauvé la vie. »

Elle a ajouté à propos de Fuld : « Ce n’est pas qu’un héros. Il a donné sa vie pour moi. »

D’autres civils et des agents de police, qui ont réagi durant des attaques terroristes ces dernières années, ont reçu des médailles ou des éloges officielles de la part d’Alsheich, notamment deux gardes-frontières pour leurs actions lors d’une attaque par la légion arabe jordanienne en 1954.

Tuvia Wolfsthal et Meshulam Bar Natan ont reçu Médaille de la Bravoure. Bar Natan était commandant d’une unité de gardes-frontières qui a fait l’objet d’une attaque par la légion arabe, près de ce qui était alors la frontière avec la Jordanie, près de Jérusalem.

Les familles de deux gardes frontières tués pendant une attaque de la légion arabe jordanienne en 1954. Ils reçoivent, en leur nom, une médaille de la part de la police israélienne, en présence du président Reuven Rivlin, du ministre de la Sécurité intérieur Gilad Erdan et du chef de la police Roni Alshich., le 6 novembre 2018. (Crédit : police israélienne)

Bar Natan a été blessé quand il a tenté de couvrir les autres gardes-frontières, à qui il avait ordonné de se retirer. Wolfsthal, de l’unité des secouristes, s’est précipité pour l’aider, malgré les tirs des Jordaniens.

Ils ont tous deux été touchés par des tirs jordaniens avant d’être tués par les troupes de la légion arabe.

Leur comportement n’a fait surface que récemment, après une enquête menée conjointement par l’unité chargée de l’histoire de la Police des frontières et le Centre du Patrimoine de la Police des frontières.

Ces médailles ont été remises aux héritiers de Wolfsthal et Bar Natan.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...