Ariel : l’état du soldat s’améliore ; la chasse à l’homme se poursuit
Rechercher

Ariel : l’état du soldat s’améliore ; la chasse à l’homme se poursuit

Les recherches du Palestinien suspecté d'avoir tué deux Israéliens portent désormais sur la collecte de renseignements pour trouver sa cachette

Des soldats israéliens durant un raid dans le village de Bruqin, le 17 mars 2019. (Crédit : Flash90)
Des soldats israéliens durant un raid dans le village de Bruqin, le 17 mars 2019. (Crédit : Flash90)

Les médecins ont noté une amélioration dans l’état de santé du soldat israélien blessé dimanche dans une attaque terroriste en Cisjordanie.

Alexander Dvorsky, blessé par balles dimanche, est pleinement conscient, respire seul, et communique avec l’équipe soignante de l’hôpital Beilinson de Petah Tikva, a fait savoir l’hôpital.

Parralèllement, les forces de sécurité israéliennes poursuivent leur chasse à l’homme à la recherche d’Omar Abu Laila, 18 ans.

Durant la nuit, les forces de sécurité ont passé au peigne fin le village du suspect, Zawita, près d’Ariel en Cisjordanie, où l’attaque s’est déroulée.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu sur les lieux d’un attentat meurtrier à Ariel, le 18 mars 2019. (Crédit : Marc Israel Sellem/POOL/FLASH90)

Les recherches se sont poursuivies dans les villages voisins, mais il s’agissait davantage de collecte de renseignements, parce que les forces de sécurité estiment qu’Abu Laila a trouvé un refuge, a rapporté la radio israélienne.

Bien qu’il ait été blessé durant l’attentat, Abu Laila est considéré comme armé et dangereux, en possession d’un fusil d’assaut volé à Tsahal.

Selon les autorités israéliennes, après avoir poignardé à mort le sergent Gal Keidan à l’intersection d’Ariel, Abu Laila a attrapé l’arme du soldat et ouvert le feu sur les véhicules en circulation et a touché le rabbin Achiad Ettinger avant de voler une voiture et de fuir. Le terroriste s’est ensuite rendu près de l’intersection Gitai où il a à nouveau ouvert le feu et blessé Dvorsky.

Ettinger a succombé à ses blessures lundi matin.

On ignore encore si le terroriste a agi seul avant et pendant l’attaque. Il semblait savoir ce qu’il faisait avec l’arme et il se peut qu’il ait été entraîné militairement, ont indiqué les responsables de la défense.

Des sympathisants du Hamas distribuent des gourmandises aux habitants de RAfah pour célébrer un attentat terroriste meurtrier, le 17 mars 2019. (Crédit : Abed Rahim Khatib/Flash90)

Les services de sécurité du Shin Bet interrogent la famille d’Abu Laila et d’autres suspects et des responsables ont estimé qu’il avait reçu de l’aide pour entrer et sortir des villages de la région.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’est rendu lundi sur les lieux de l’attaque et a déclaré que « les meurtriers ne nous déracineront pas d’ici ».

« Nous connaissons l’identité de l’assaillant », a déclaré Netanyahu. « L’armée, le Shin Bet et les forces de sécurité le suivent de près. Nous savons où il vit, nous avons localisé sa famille. J’ai ordonné [aux forces] de commencer à démolir sa maison et les préparatifs ont déjà commencé. »

Lundi, plus d’un millier d’Israéliens se sont rassemblés dans l’implantation d’Eli pour l’enterrement d’Ettinger, quelques heures après qu’il a succombé à ses blessures.

Des proches ont raconté dimanche qu’Ettinger avait fait demi-tour après avoir reçu la balle et a réussi à tirer quatre balles en direction du terroriste palestinien, ce qui l’a fait fuir au lieu de tirer sur d’autres personnes. L’armée n’a pas corroboré cette version de l’attentat, qui n’a pas été filmé par des caméras de vidéosurveillance.

Netanyahu a rencontré mardi la famille d’Ettinger. Netanyahu a déclaré, alors qu’il se trouvait dans l’implantation d’Eli, qu’il espérait mettre en oeuvre la peine de mort pour les terroristes reconnus coupables mais qu’une telle initiative ne se réaliserait pas « en vingt-quatre heures », a fait savoir le site Ynet.

La mère d’Ettinger a dit au Premier ministre qu’elle espérait que le gouvernement renforcerait la présence des soldats en Cisjordanie qui, a-t-elle clamé, s’est récemment réduite. « C’est notre pays, » a-t-elle affirmé. « En voyageant après les récents événements, nous ne nous sommes pas sentis en sécurité ».

Le sergent Keidan, 19 ans, de Beer Sheva, également tué dans l’attaque, a été enterré lundi dans le cimetière militaire de la ville. Il était le troisième enfant de parents immigrés d’ex-URSS dans les années 1970. Sept proches ont raconté qu’il était « un étudiant doué, un musicien, une grande perte pour sa famille et ses amis ». Il laisse derrière lui ses parents et ses deux frères.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...