Arrestation à Jérusalem-Est de 32 membres des forces de sécurité de l’AP
Rechercher

Arrestation à Jérusalem-Est de 32 membres des forces de sécurité de l’AP

La police a expliqué que les suspects avaient violé une loi datant des accords d'Oslo qui interdit à l'Autorité palestinienne d'opérer en Israël

La carte d'identité palestinienne d'un habitant de Jérusalem-Est qui, selon la police, travaillait illégalement pour les forces de sécurité de l'AP, le 26 novembre 2018 (Crédit : Police israélienne)
La carte d'identité palestinienne d'un habitant de Jérusalem-Est qui, selon la police, travaillait illégalement pour les forces de sécurité de l'AP, le 26 novembre 2018 (Crédit : Police israélienne)

La police a arrêté 32 habitants de Jérusalem-Est dans la nuit de dimanche. Ils sont soupçonnés d’avoir été illégalement recrutés dans les forces de sécurité de l’Autorité palestinienne (AP).

Selon un communiqué émis par la police, les suspects sont des résidents israéliens et certains bénéficient de prestations sociales de l’Etat tout en servant également dans les forces armées de l’AP.

Le communiqué a ajouté que les activités étaient illégales sous les termes de l’accord Gaza-Jéricho de 1994, un traité de suivi des Accords d’Oslo.

Ces arrestations ont eu lieu au terme d’une enquête sous couverture consacrée aux opérations de l’AP au sein d’Israël, a noté la police.

Au cours des perquisitions réalisées aux domiciles des suspects, la police a fait savoir que ses agents ont découvert des dizaines de milliers de shekels en liquide, des armes, des munitions, des uniformes et des documents des forces de sécurité de l’AP variés.

La police a par ailleurs noté que les suspects étaient engagés dans des activités « affectant directement la sécurité individuelle des Arabes israéliens ».

Ils ont été emmenés en vue d’un interrogatoire et devraient être traduits devant les magistrats pour une audience de mise en détention dans l’après-midi.

Ce raid d’arrestation a eu lieu vingt-quatre heures après que la police a placé derrière les barreaux le gouverneur de Jérusalem de l’Autorité palestinienne pour la deuxième fois en deux mois, apparemment en raison d’une enquête de l’AP sur une vente de terrains à Jérusalem-Est.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...