Arrestation de la dirigeante du géant high-tech chinois, – Iran et Israël visés?
Rechercher

Arrestation de la dirigeante du géant high-tech chinois, – Iran et Israël visés?

Les soupçons selon lesquels Huawei a violé les sanctions iraniennes pourraient forcer Jérusalem à choisir entre son partenaire commercial chinois et son allié américain

Des piétons passent devant un magasin de détail Huawei à Pékin le jeudi 6 décembre 2018.  (AP Photo/Ng Han Guan)
Des piétons passent devant un magasin de détail Huawei à Pékin le jeudi 6 décembre 2018. (AP Photo/Ng Han Guan)

WASHINGTON (JTA) – Les autorités canadiennes, agissant à la demande des États-Unis, ont arrêté une importante personnalité de la haute technologie chinoise à Vancouver le 1er décembre, entre deux vols.

L’arrestation de Mme Meng Wanzhou a déjà ébranlé les relations États-Unis-Chine, Chine-Canada et États-Unis-Canada. La Chine a exigé des États-Unis et du Canada la libération de Meng, la directrice financière du géant technologique Huawei, affirmant que son arrestation constitue une violation des droits de l’homme. Le gouvernement du Canada, déjà aux prises avec des tensions commerciales avec l’administration Trump, ne souhaite pas remettre en question ses liens avec la Chine, un autre partenaire commercial important.

L’autre enjeu qui fait l’objet de désaccords dans le monde entier est celui de combattre l’Iran. La raison principale du mandat d’arrêt américain contre Meng est qu’elle a menti sur le fait que son entreprise faisait des affaires avec ce pays.

Quels sont les chefs d’accusation ?

Selon le Vancouver Star, Meng aurait commis une fraude en 2013 en disant à HSBC, le géant bancaire multinational, que sa société ne faisait pas affaire avec l’Iran. En fait, il est prouvé que SkyCom, une société de technologie faisant affaire avec l’Iran, était alors subventionnée par Huawei. HSBC aurait cherché à obtenir cette assurance afin de se conformer aux multiples lois américaines sanctionnant les parties qui font des affaires avec l’Iran.

Cela concerne-t-il la politique de Trump à l’égard de l’Iran ?

Dans les détails, non ; Meng est accusée de fraude, pas de violation des sanctions.

« Ce n’est pas une affaire de sanctions, c’est une affaire de fraude bancaire et la fraude bancaire n’a rien à voir avec le commerce », a déclaré Jeff Moon, qui était représentant commercial adjoint des États-Unis pour les affaires chinoises au sein de l’administration Obama et qui est maintenant consultant en Chine.

Mme Meng Wanzhou, la directrice financière de Huawei (Autorisation)

Il y a aussi des preuves que Mme Meng, dont le père a fondé Huawei, savait que cela allait arriver : les cadres de Huawei auraient évité de voyager aux États-Unis pour ne pas se faire arrêter.

La tension géopolitique générale qui régit cette affaire concerne la Chine et l’espionnage, et elle est antérieure à l’administration Trump.

Depuis des années, les responsables américains soupçonnent Huawei de permettre à la Chine d’utiliser la technologie qu’elle vend à d’autres États pour espionner. Les États-Unis ne permettront pas à Huawei de participer à des appels d’offres pour l’établissement de réseaux mobiles 5G de dernière génération sur leur territoire, et font pression sur le Canada pour qu’il en fasse autant.

En outre, les affaires pénales traitées par le ministère de la Justice sont pour la plupart exemptes d’autres considérations politiques.

Cette affaire nous renseigne-t-elle sur la politique iranienne ?

Probablement que oui : Le ministère de la Justice poursuit les dossiers selon ses propres priorités, mais il s’informe néanmoins auprès d’autres organismes par l’entremise du Conseil de sécurité nationale. John Bolton, le conseiller à la sécurité nationale connu pour sa position hyper-belliqueuse envers l’Iran, a donné le feu vert à l’arrestation (Bolton a reconnu avoir une connaissance avancée du dossier). Cela signifie qu’il ne serait pas mécontent du message que l’arrestation a envoyé à la Chine ou à l’Iran.

« Les gens perçoivent les choses sous différents angles », explique Moon. « La justice l’examine sous l’angle de l’application de la loi ; Bolton l’examine sous un angle belliciste ».

L’un des messages que cela envoie, c’est que Trump est sérieux lorsqu’il s’agit de traiter avec l’Iran. Richard Nephew, qui était le coordonnateur adjoint principal de la politique de sanctions sous le gouvernement Obama, a déclaré que cette arrestation de haut niveau était pratiquement sans précédent. Les experts comparent cela à l’arrestation par la Chine d’un parent de Bill Gates de Microsoft ou de Tim Cook d’Apple.

« Il s’agit d’un changement et d’une escalade assez importants dans la façon dont nous appliquons nos sanctions de base », a déclaré Nephew, qui soutient la levée des sanctions contre l’Iran dans le cadre du démantèlement nucléaire, qu’il avait aidé à négocier et que Trump a rétabli il y a quelques mois à peine.

Ada Yu, (à gauche), de Vancouver, et un homme qui souhaitait ne pas être identifié, tient une pancarte en faveur de la libération de la directrice financière de Huawei Technologies, Meng Wanzhou, devant la Cour supérieure de la Colombie-Britannique dans le cadre de son audience de mise en liberté sous caution après son arrestation le 1er décembre au Canada pour extradition vers les États-Unis à Vancouver, en Colombie-Britannique, le 10 décembre 2018. (Jason Redmond / AFP)

Mark Dubowitz, directeur de la Fondation pour la défense des démocraties, qui s’est opposé à l’accord avec l’Iran, a dit partager cet avis.

« Je ne suis pas surpris de voir que des actions sont menées non seulement contre un monstre, mais surtout contre un monstre chinois », a déclaré M. Dubowitz, qui a conseillé l’administration sur la politique iranienne.

« L’administration a déclaré à maintes reprises, lors de l’application des sanctions iraniennes contre ses alliés et ses adversaires, qu’aucune entreprise ne sera à l’abri, quelle que soit sa taille ou son influence. Pensez au rôle de la Chine dans les sanctions massives qui ont éclaté au fil des ans ».

M. Nephew, aujourd’hui chercheur au Columbia University’s Center on Global Energy Policy, a comparé cette méthode à la politique des « vitres brisées » : Sanctionner chaque infraction. M. Obama, a-t-il dit, aurait été plus prudent, préférant dissuader la Chine d’acheter du pétrole à l’Iran plutôt que de s’attaquer à chaque violation.

Attendez, Trump n’est-il pas aimable avec la Chine ?

Le jour même de l’arrestation de Mme Meng, Trump a conclu un accord avec la Chine, rencontrant à Buenos Aires Xi Jinping, le président chinois. M. Trump est revenu sur sa décision d’augmenter les droits de douane sur les produits chinois ; M. Xi a déclaré que la Chine achèterait davantage aux États-Unis.

Nephew a dit que cela est typique d’une administration qui, en deux ans, n’a toujours pas de ligne directrice claire, avec des intérêts contradictoires les uns par rapport aux autres.

Le président américain Donald Trump, (à droite), discute avec le président chinois Xi Jinping lors d’une cérémonie de bienvenue au Grand Hall du Peuple à Beijing, le 9 novembre 2017. (AP/Andy Wong)

« Ce qui me surprend, c’est pourquoi Bolton a laissé le président se retrouver en tête-à-tête avec son homologue chinois » sans lui avoir dit que l’arrestation était imminente.

M. Dubowitz a déclaré que l’arrestation et l’accord avec la Chine en Argentine étaient complémentaires : M. Trump a ouvert la porte à une entente avec des propos sévères sur les tarifs douaniers, et il a adopté la même ligne dure à l’égard de la violation des sanctions.

« Ce que Trump a signifié, c’est qu’il utilisera tous les instruments dont dispose la puissance mondiale américaine contre la République islamique », a-t-il ajouté.

Quel est le rôle d’Israël dans cette affaire ?

A observer avec prudence, a déclaré Assaf Orion, un stratège israélien de la défense et général à la retraite qui est aujourd’hui membre du Washington Institute for Near East Policy. Le gouvernement Netanyahu soutient pleinement la politique rigoureuse de Trump à l’égard de l’Iran, mais négocie également des relations commerciales amicales avec la Chine. (Israël semble être conscient de la réputation mondiale de Huawei en tant que risque de sécurité et d’espionnage, mais la société détient une part de 4 % du marché israélien de la téléphonie mobile).

« En ce qui concerne l’Iran, Israël a certainement un intérêt direct », a indiqué M. Orion. « La Chine est un partenaire commercial, mais les Etats-Unis sont un allié stratégique ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...