Arrestation de responsables de l’ONG Breaking the Silence en Cisjordanie
Rechercher

Arrestation de responsables de l’ONG Breaking the Silence en Cisjordanie

Les activistes visitaient Mitzpeh Yair, où 5 membres d’un groupe arabe juif auraient été attaqués par des habitants d’implantation la semaine dernière

Avner Gvaryahu, directeur de l'organisation Breaking the silence, mis en détention par la police des frontières à proximité de l'avant-poste de Cisjordanie de Mitzpeh Yair , le 31 août 2018 (Capture d'écran/YouTube)
Avner Gvaryahu, directeur de l'organisation Breaking the silence, mis en détention par la police des frontières à proximité de l'avant-poste de Cisjordanie de Mitzpeh Yair , le 31 août 2018 (Capture d'écran/YouTube)

Vendredi, des responsables de l’ONG israélienne de gauche Breaking the Silence avec des avocats des droits de l’homme ont été arrêtés par la police aux frontières quand ils sont arrivés à l’implantation de Mitzpeh Yair dans le sud de la Cisjordanie pour faire une visite de la zone.

Avner Gvaryahu, le PDG de Breaking the Silence, et Achiya Shatz, le directeur de la communication, ont été arrêtés en compagnie de l’avocat Michael Sfard et ont été conduits à un poste de police à proximité avant d’être relâchés quelques heures plus tard, sans qu’aucune charge n’aurait été retenue contre eux.

Un porte-parole de la police aux frontières a déclaré que les trois activistes ont été détenus pour avoir violé des règles militaires.

Vendredi, ils faisaient partie d’un groupe visitant Mitzpeh Yair après que cinq activistes de gauche auraient été attaqués par un groupe d’environ 15 habitants juifs à proximité de l’implantation illégale, samedi dernier.

Selon une publication Facebook diffusée par Taayush, une organisation de défense de droits arabes et juifs à laquelle les activistes appartiennent, cinq de ses membres ont été hospitalisés après avoir été attaquée avec des bâtons et des pierres. La police a déclaré mener une enquête sur l’incident.

Mossi Raz, député à la Knesset du parti Meretz, qui a participé à la visite de vendredi avec environ 120 activistes, a accusé l’armée de « prendre ses ordres auprès des habitants des implantations, des criminels de la terre qui ont squatté un site illégalement… L’armée israélienne ne peut pas agir selon les souhaits des habitants d’implantations », a-t-il déclaré au quotidien Maariv.

« Actuellement, nos membres ont été arrêtés, a déclaré le groupe de veille La Paix maintenant aux journalistes, parce qu’ils ont organisé une visite de l’implantation de Mitzpeh Yair, d’où des brutes violentes ont attaqué des activistes pour la paix samedi dernier ».

Breaking the Silence publie des témoignages d’anciens soldats israéliens au sujet des possibles abus de l’armée israélienne en Cisjordanie et dans la bande de Gaza. L’organisation a provoqué la colère de nombreux Israéliens, et celle d’officiels, qui ont mis en doute l’authenticité de la plupart de ses témoignages anonymes.

Un militant de gauche, blessé, est escorté par un autre et par un soldat après une agression présumée de la part d’habitants d’implantation à proximité de l’implantation de Mitzpeh Yair, en Cisjordanie, le 25 août 2018 (Crédit : BTselem)

Samedi dernier, la police a déclaré avoir reçu un appel de l’armée israélienne dans la zone pour signaler que des membres de l’ONG étaient arrivés à Mitzpeh Yair afin de filmer de vidéos et qu’ils ont été attaqués par un groupe de jeunes masqués de l’implantation.

Les activistes auraient voulu faire des vidéos sur la construction illégale dans une implantation à proximité. Des membres de l’organisation ont souvent accompagné dans la zone des fermiers palestiniens qui affirment que l’accès à leur terre est souvent bloqué par les habitants des implantations.

La semaine dernière, l’armée israélienne a retiré du terrain un soldat de la réserve qui avait été filmé en train de frapper un membre de Taayush quelques jours auparavant dans la zone d’Hebron Hills, à proximité de l’implantation de Pnei Hever.

Jacob Magid a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...