Rechercher

Arrestation d’un politicien iranien imputant à Khamenei l’échec de l’accord nucléaire

Le réformiste Mostafa Tajzadeh est détenu après avoir critiqué le guide suprême iranien sur Internet ; deux cinéastes dissidents ont également été arrêtés

Le guide suprême, l'ayatollah Ali Khamenei, s'exprime à l'occasion de l'anniversaire de la mort du fondateur de la République islamique, l'ayatollah Ruhollah Khomeini, représenté sur l'affiche en haut au centre, dans son mausolée à Téhéran, en Iran, le 4 juin 2022. (Crédit : Bureau du Guide suprême iranien/AP)
Le guide suprême, l'ayatollah Ali Khamenei, s'exprime à l'occasion de l'anniversaire de la mort du fondateur de la République islamique, l'ayatollah Ruhollah Khomeini, représenté sur l'affiche en haut au centre, dans son mausolée à Téhéran, en Iran, le 4 juin 2022. (Crédit : Bureau du Guide suprême iranien/AP)

Un membre important du mouvement réformiste et deux cinéastes iraniens accusés de compromettre la sécurité ont été arrêtés en Iran selon des informations publiées vendredi.

Mostafa Tajzadeh, ancien politicien et activiste, a été arrêté pour atteinte à la sécurité nationale iranienne et pour avoir « répandu des mensonges afin de perturber l’opinion publique », selon Reuters, qui citait le média semi-officiel iranien Mehr.

La semaine dernière, M. Tajzadeh avait critiqué le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, affirmant qu’il était responsable de certains des problèmes que connaît l’Iran, notamment son échec à relancer l’accord nucléaire.

Le gouvernement est aux prises avec des protestations concernant les prix des denrées alimentaires, et les négociations avec les puissances mondiales sur l’accord nucléaire sont au point mort depuis des mois. La résolution du conflit nucléaire permettrait d’alléger les sanctions contre l’Iran, ce qui se traduirait par une amélioration de la situation économique.

« Vu les conditions économiques déplorables actuelles et le mécontentement de la population, l’échec du relancement de l’accord nucléaire a des conséquences destructrices », a déclaré M. Tajzadeh sur Twitter.  » La responsabilité en incombe principalement au Leader ».

On ignore si son arrestation est due à ce tweet uniquement.

M. Tajzadeh a passé des années en prison pour avoir contesté l’élection controversée de 2009 en Iran. Il a, par le passé, occupé le poste de vice-ministre iranien de l’Intérieur.

Les autorités iraniennes ont également arrêté les cinéastes Mohammad Rasoulof et Mostafa Aleamad dans une affaire distincte, selon l’agence de presse gouvernementale IRNA.

Les dissidents ont également été accusés d’atteinte à la sécurité de l’État et d’association avec des organisations antigouvernementales.

Rasoulof et Aleamad faisaient partie d’un groupe qui avait exhorté dans une lettre les forces de sécurité iraniennes à se replier lors des manifestations organisées à la suite de l’effondrement d’un immeuble en mai, qui a fait des dizaines de morts et a été imputé à la corruption et aux dysfonctionnements du gouvernement.

Les autorités iraniennes avaient déjà arrêté puis relâché deux autres cinéastes, eux aussi signataires de la même lettre.

Les deux cinéastes ont déjà eu des démêlés avec les autorités iraniennes par le passé, selon Reuters.

Les films de Rasoulof sur l’impact de la peine de mort en Iran ont remporté des prix internationaux.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...