Art Spiegelman : Marvel a censuré la comparaison de Trump à un méchant de BD
Rechercher

Art Spiegelman : Marvel a censuré la comparaison de Trump à un méchant de BD

Le dessinateur a affirmé qu'on lui avait demandé de retirer une comparaison du président américain avec le Crâne rouge

Le dessinateur Art Spiegelman
participe à la discussion organisée à l'Alliance française "Après Charlie: l'avenir de l'art, de la satire et de la censure" au Florence Gould Hall, le 19 février 2015 à New York.(Mark Sagliocco/Getty Images via JTA)
Le dessinateur Art Spiegelman participe à la discussion organisée à l'Alliance française "Après Charlie: l'avenir de l'art, de la satire et de la censure" au Florence Gould Hall, le 19 février 2015 à New York.(Mark Sagliocco/Getty Images via JTA)

Le dessinateur américain Art Spiegelman, mieux connu pour son roman violent sur la Shoah Maus, a déclaré qu’il avait retiré un article d’une publication Marvel Comics après que l’entreprise eut cherché à censurer sa comparaison du président Donald Trump à un célèbre méchant.

Spiegelman a déclaré au Guardian qu’on lui avait demandé d’écrire l’introduction d’une collection de BD Marvel classiques datant principalement des années 1940. Son article s’intéressait à l’histoire des BD classiques en réaction au fascisme et à la recrudescence mondiale des forces des ténèbres. Il y affirme que ces ténèbres reviennent en force maintenant.

« Les jeunes créateurs juifs des premiers super héros ont fait apparaître des sauveurs laïcs – presque comme de Dieux – pour gérer l’effondrement économique menaçant qui les entourait lors de la Grande dépression. Ils ont donné forme à leurs prémonitions d’une guerre mondiale à venir », a-t-il écrit.

Mais Spiegelman a déclaré au Guardian qu’il avait essuyé un refus pour son commentaire ironique « Dans le monde bien trop réel d’aujourd’hui, le méchant le plus dangereux de Captain América, le Crâne rouge, est en direct sur nos écrans, le Crâne orange hante l’Amérique ».

Spiegelman a dit que Marvel Comics lui avait dit qu’ils souhaitaient rester apolitiques, et ont conditionné la publication de son essai au retrait de la référence au « Crâne orange ». Spiegelman a refusé, et il a publié l’essai dans le Guardian samedi.

« Je ne me considérais pas moi-même comme étant particulièrement politisé en comparaison de certains de mes compatriotes, a-t-il dit, mais quand on m’a demandé de retirer une référence relativement anodine à un Crâne orange, j’ai réalisé qu’il était peut-être irresponsable d’être léger vis-à-vis de la grave menace existentielle avec laquelle nous vivons. J’ai retiré mon introduction ».

Image d’Hugo Weaving en tant que Red Skull dans le film des studios Marvel : Captain America : The First Avenger. (Allstar/Marvel Studios)

Spiegelman s’est également interrogé sur le fait que la demande de censurer son texte était liée au fait que le président de Marvel Entertainment, Isaac Perlmutter, est un ami de Trump et qu’il est un donateur de sa campagne 2020.

Spigelman, le lauréat du prix Pulitzer, est le fils de survivants polonais de la Shoah. Maus, son violent roman semi-autobiographique, raconte l’histoire des expériences de son père pendant la Seconde Guerre mondiale mais aussi leurs relations compliquées. Il a remporté le prix Pulitzer en 1992. Aussi bien Maus que son adaptation au cinéma ont été des succès commerciaux et de la critique.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...