Assad se déplace dans la province de Damas pour la prière de l’Aïd
Rechercher

Assad se déplace dans la province de Damas pour la prière de l’Aïd

La télévision d'Etat a montré le président syrien tout sourire acclamé par ses partisans à l'intérieur d'une mosquée dans la ville de Qara

Le président syrien Bashar el-Assad (4° à droite) pendant les prières de l'Aïd al-Fitr à Homs, le 6 juillet 2016. (Crédit : SANA)
Le président syrien Bashar el-Assad (4° à droite) pendant les prières de l'Aïd al-Fitr à Homs, le 6 juillet 2016. (Crédit : SANA)

Le président syrien Bachar al-Assad a effectué vendredi un rare déplacement hors de Damas pour participer à la prière de la fête musulmane de l’Aïd al-Adha dans la province éponyme, ont rapporté les médias officiels.

Depuis le début de la guerre en Syrie il y a six ans, le chef de l’Etat syrien n’a fait officiellement que très peu de déplacements hors de la capitale.

Cette année toutefois, et à mesure que son armée remportait des succès militaires en Syrie, ses apparitions dans les régions comme Hama (centre) ou l’ouest syrien sont devenues plus fréquentes.

« Le président Assad fait la prière de l’Aïd al-Adha (…) dans la ville de Qara », dans le Qalamoun ouest, non loin de la frontière avec le Liban, a tweeté la présidence syrienne, en montrant M. Assad agenouillé au milieu de dignitaires dans une mosquée.

Le déplacement semble symbolique car c’est de cette région que le groupe Etat islamique (EI) a été chassé par l’armée syrienne et son allié le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah la semaine dernière.

La télévision d’Etat a montré le président syrien tout sourire acclamé par ses partisans à l’intérieur de la mosquée.

Déclenché par la répression sanglante de manifestations antirégime et opposant initialement armée et rebelles syriens, le conflit en Syrie s’est complexifié au fil des ans avec l’implication d’autres protagonistes, d’acteurs régionaux et internationaux et de groupes jihadistes, sur un territoire de plus en plus morcelé.

Il a fait plus de 330 000 morts et des millions de déplacés.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...