Assaut au Capitole: les groupes juifs US en colère et dégoutés, critiquent Trump
Rechercher

Assaut au Capitole: les groupes juifs US en colère et dégoutés, critiquent Trump

Une série de remarques extraordinaires sur la démocratie américaine formulées par des groupes juifs, dont beaucoup évitent généralement de faire de la politique partisane

Les partisans de Trump dans le Capitole américain, à Washington, le mercredi 6 janvier 2021. (Crédit : AP Photo / Manuel Balce Ceneta)
Les partisans de Trump dans le Capitole américain, à Washington, le mercredi 6 janvier 2021. (Crédit : AP Photo / Manuel Balce Ceneta)

JTA – L’AIPAC ne se prononce pratiquement jamais sur les questions qui ne se rapportent pas à Israël. Et s’abstient rigoureusement de critiquer un président en exercice.

Mais le principal lobby pro-Israël a dérogé à ses deux règles mercredi après la prise d’assaut du Capitole par des émeutiers soutenant le président américain Donald Trump, en vue d’arrêter le décompte des votes électoraux qui officialiserait la victoire de Joe Biden.

« Nous partageons la colère de nos concitoyens américains contre l’attaque du Capitole et nous condamnons l’atteinte à nos valeurs et processus démocratiques », a déclaré l’AIPAC, la commission américaine des affaires publiques en Israël, dans un communiqué posté sur Twitter mercredi soir. « Cette violence, et les encouragements du président Trump, sont scandaleux et doivent cesser ».

L’AIPAC n’était pas la seule organisation juive à s’exprimer au cours d’une journée hors du commun qui a donné lieu à une situation autrefois impensable : la police a dû mettre à l’abri des centaines de législateurs pendant que des émeutiers arpentaient et pillaient le Capitole. Sa déclaration, rédigée lors d’une réunion d’urgence du comité exécutif du lobby, était également loin d’être la seule à critiquer explicitement Trump.

Un drapeau portant la mention « Trahison » sur le sol du Capitole, le 7 janvier 2021, après que des manifestants ont pris d’assaut le Capitole à Washington, la veille. (Crédit : AP Photo/Andrew Harnik)

Trump a invité les manifestants à Washington, DC, et plus tôt dans la journée de mercredi, il les a exhortés à défiler vers le Capitole. Alors que la situation devenait tendue, il a simultanément exhorté ses partisans à se disperser et leur a dit qu’il « les aimait ».

L’Anti-Defamation League (ADL) a également désigné Trump.

« La violence au Capitole américain est le résultat de la désinformation de notre plus haute instance », a-t-il déclaré dans un tweet. « Les extrémistes font partie des émeutiers de DC qui soutiennent la rhétorique imprudente du président Trump sur les institutions démocratiques américaines. »

Le PDG de l’ADL, Jonathan Greenblatt, a demandé aux réseaux sociaux de suspendre les comptes de Trump ; un certain nombre de plateformes ont finalement répondu à ces appels.

Jonathan Greenblatt, PDG et directeur national de l’Anti-Defamation League, 2 mai 2017. (AP Photo/Carolyn Kaster)

Le Conseil juif pour les affaires publiques, l’organisme qui chapeaute les organismes juifs de politique publique, a également pointé du doigt Trump.

« C’est une attaque directe contre notre processus démocratique, et rien de moins que la tentative de perturber la transition pacifique du pouvoir lors d’une élection présidentielle et un acte de sédition », a-t-il déclaré dans une déclaration. « Nous demandons avec la plus grande fermeté que le président Trump et d’autres personnes cessent immédiatement leur rhétorique incendiaire et rétablissent l’ordre ».

Deux groupes patrimoniaux se sont montrés prudents et ont condamné la violence sans pour autant blâmer directement M. Trump. L’American Jewish Committee a demandé à Trump « de demander la fin immédiate des émeutes et de respecter le processus de certification en cours », sans noter que Trump en a été l’instigateur, comme beaucoup d’autres l’ont fait – y compris certains républicains de premier plan.

La Conférence des présidents des principales organisations juives américaines, le groupe de politique étrangère qui chapeaute la communauté juive, n’a pas du tout nommé Trump, bien que sa déclaration ait été percutante. « Nous sommes dégoûtés par la violence au Capitole américain et nous exhortons les émeutiers à se disperser immédiatement », a-t-il déclaré dans une déclaration. « La loi et l’ordre doivent être rétablis, et la transition pacifique des administrations doit se poursuivre. »

L’Orthodox Union est également intervenu en approuvant la déclaration de la Conférence des présidents, et Agudath Israel of America a publié sur Twitter une déclaration de son directeur de longue date à Washington, le rabbin Abba Cohen.

« Le Capitole américain est plus qu’un bâtiment majestueux », a déclaré Cohen. « C’est la véritable maison du peuple et la maison de la démocratie. C’est l’espoir de la nation. On le ressent en entrant dans ses portes et en parcourant ses couloirs. Aujourd’hui, c’était un lieu de violence et de tyrannie honteuses. Arrêtez ou nous sommes perdus ».

La police retient les partisans de Trump qui ont tenté de franchir une barrière policière, le 6 janvier 2021, au Capitole à Washington. (Crédit : AP Photo/Julio Cortez)

L’Assemblée rabbinique du mouvement conservateur a demandé à Trump « de défendre et de faire respecter la constitution des États-Unis », mais ne lui a pas reproché ce qu’elle a appelé une « attaque contre la démocratie et ses institutions ».

Le Religious Action Center du mouvement réformé a été moins timide et a affirmé que « le fait que les événements d’aujourd’hui aient été encouragés par le président des États-Unis qui a refusé d’accepter sa perte électorale est aussi terrifiant que déchirant ».

Les groupes libéraux comme le RAC ont, tout au long de la présidence de Trump, nourri une relation conflictuelle avec lui, critiquant à la fois ses politiques, y compris ses politiques anti-immigration, et ses propos racistes.

Des membres de la Garde nationale arrivent pour sécuriser la zone à l’extérieur du Capitole américain, le 6 janvier 2021, à Washington. (Crédit : AP / Jacquelyn Martin)

Et les événements de mercredi n’ont pas fait exception à la règle. « Plus tôt dans la journée, une foule armée séditieuse a pris d’assaut le Capitole sur ordre du président Trump, dans le but d’empêcher les membres élus du Congrès de certifier le vote présidentiel au Collège électoral », a déclaré l’Israel Policy Forum, un groupe de défense de la solution à deux États. (Un membre du personnel décrit ici son expérience pendant le tumulte.) « Nous condamnons cela sans réserve et intégralement. »

Le président de la ZOA, Morton A. Klein. (Crédit : Joseph Savetsky/autorisation de la ZOA)

J Street, le groupe politique juif libéral sur le Moyen-Orient, a déclaré que « le président a incité à plusieurs reprises des voyous d’extrême-droite à subvertir notre démocratie, et c’est exactement ce qu’ils essaient de faire maintenant ».

« J’ai le cœur brisé pour notre pays », a déclaré Sheila Katz, PDG du Conseil national des femmes juives, sur Twitter. Hadassah, l’organisation féminine sioniste, a fait allusion à Trump, en disant que « le comportement et les événements criminels de cet après-midi sont odieux, tout comme les tentatives de perturber la démocratie par l’incitation à la violence. En tant que Juifs, nous connaissons le pouvoir des mots et nous exigeons de nos dirigeants élus qu’ils élèvent le niveau du discours et qu’ils dirigent avec civilité ».

Morton Klein, le président de l’Organisation Sioniste d’Amérique, un groupe connu pour son fervent soutien à la politique de Trump vis-à-vis d’Israël, a déclaré sur Twitter que l’assaut du Capitole était « tout à fait inacceptable et intolérable », mais a poursuivi en disant, sans fondement, que le FBI enquêtait sur une affirmation selon laquelle les assaillants appartenaient à un groupe d’Antifa, un terme fourre-tout pour les manifestants de gauche.

Cette allégation circule largement parmi les partisans orthodoxes du président mercredi soir, dont beaucoup ont dénoncé la violence à DC mais pas le mouvement pro-Trump qui a conduit la foule à se réunir.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...