Israël en guerre - Jour 227

Rechercher

Assaut d’un aéroport par une foule antisémite : Moscou accuse Kiev et l’Occident

L'aéroport a rouvert au lendemain d'une émeute où des centaines de personnes ont pris d'assaut le terminal et le tarmac, chassant Israéliens et Juifs, à l'arrivée d'un vol en provenance de Tel-Aviv

Une foule pro-palestinienne envahit un aéroport au Daghestan, en Russie, cherchant les passagers d'un vol en provenance d'Israël, le 29 octobre 2023. (Capture d'écran)
Une foule pro-palestinienne envahit un aéroport au Daghestan, en Russie, cherchant les passagers d'un vol en provenance d'Israël, le 29 octobre 2023. (Capture d'écran)

Vladimir Poutine a accusé lundi l’Ukraine et ses alliés occidentaux d’avoir fomenté l’assaut, la veille, d’un aéroport au Daguestan par des émeutiers visiblement à la recherche d’Israéliens, et appelé ses services de sécurité à prendre des « mesures fortes » en représailles.

Une foule d’hommes a envahi dimanche soir le tarmac et le terminal de l’aéroport de la capitale Makhatchkala, en pleines tensions à travers le monde liées au conflit entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas.

« Les événements survenus hier soir à Makhatchkala ont été provoqués, y compris par le biais des réseaux sociaux, notamment depuis l’Ukraine, par des agents des services spéciaux occidentaux », a déclaré M. Poutine lors d’une réunion gouvernementale consacrée à l’incident.

Les Ukrainiens, « sous la houlette de leurs patrons occidentaux, tentent de provoquer des pogroms en Russie », a-t-il accusé.

Il a également pointé du doigt le rôle des Etats-Unis, rival de la Russie et soutien sans failles de Kiev dans le conflit contre Moscou.

« Sans réussite sur le champ de bataille, (les États-Unis) souhaitent nous diviser, en ce qui concerne la Russie, de l’intérieur, pour nous affaiblir et semer la confusion », a-t-il fustigé à la télévision russe.

Cette photo distribuée par l’agence publique russe Sputnik montre le président russe Vladimir Poutine présidant une réunion du Conseil de sécurité par liaison vidéo à Moscou, le 20 octobre 2023. (Crédit : Gavriil GRIGOROV/AFP)

Interrogé à ce sujet, John Kirby, porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche, a ironisé : « Comme c’est mignon… »

« De la rhétorique russe classique, quand quelque chose se passe mal dans votre pays, vous accusez quelqu’un d’autre », a-t-il fustigé, en affirmant : « L’Occident n’a rien à voir là-dedans. »

« J’ai vu leurs commentaires blâmant l’Ukraine et ils sont absurdes (…) Nous pensons qu’ils devraient plutôt demander des comptes aux personnes responsables », a déclaré par ailleurs à la presse le porte-parole du département d’Etat, Matthew Miller.

« Nous appelons les autorités russes à condamner publiquement ces manifestations violentes et à assurer la sécurité des Israéliens et des juifs en Russie », a ajouté pour sa part le porte-parole de la diplomatie américaine.

En réponse à l’assaut, Poutine a aussi exigé lundi une réponse ferme de la part de ses services de sécurité.

« Je souhaite attirer l’attention des responsables de toutes les régions, des chefs des forces de l’ordre et des services spéciaux sur la nécessité de prendre des mesures fermes, opportunes et claires pour protéger l’ordre constitutionnel russe », a-t-il réclamé, sans préciser de quelles mesures il s’agissait.

Au total, la police de la république du Daguestan, à majorité musulmane, a interpellé depuis dimanche 83 individus et effectué « plus de 50 perquisitions », a-t-elle annoncé dans un communiqué lundi soir.

« La situation opérationnelle dans la région est sous le contrôle des forces de l’ordre », a-t-elle assuré.

Vladimir Poutine a également profité de son propos liminaire à la télévision russe pour évoquer la situation en Israël.

Il a ainsi accusé les Etats-Unis d’être responsables du « chaos mortel » au Moyen-Orient, après plus de trois semaines de guerre entre Israël et le Hamas qui a fait des milliers de morts. « Ils en tirent une rente sanglante », a-t-il affirmé.

Une photo prise dans la ville de Sderot, au sud d’Israël, montrant des volutes de fumée après des frappes aériennes israéliennes dans le cadre de la guerre entre Israël et le groupe terroriste palestinien Hamas sur le nord de Gaza, le 28 octobre 2023. (Crédit : Aris Messinis/AFP)

Plus tôt dans la journée, la diplomatie russe avait déjà accusé l’Ukraine d’avoir joué un « rôle clé » dans les émeutes anti-Israël au Daguestan.

Moscou en rejette la faute sur l’Ukraine, où les forces russes ont déclenché une offensive en février 2022, sans toutefois avancer de preuves pour le moment, une accusation qui a été rejetée par Kiev.

Ces heurts ont été « le résultat d’une provocation planifiée et conduite de l’extérieur » dans laquelle Kiev a joué un rôle « clé et direct », a affirmé dans un communiqué la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova.

L’opération visait à « saper » les relations entre les différentes communautés religieuses de la Russie, a-t-elle ajouté.

Les Etats-Unis ont jugé « absurdes » ces accusations.

« J’ai vu leurs commentaires blâmant l’Ukraine et ils sont absurdes (…) Nous pensons qu’ils devraient plutôt demander des comptes aux personnes responsables », a déclaré à la presse le porte-parole du département d’Etat, Matthew Miller.

« Nous appelons les autorités russes à condamner publiquement ces manifestations violentes et à assurer la sécurité des Israéliens et des juifs en Russie », a ajouté le porte-parole de la diplomatie américaine.

Plus tôt, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, avait attribué la responsabilité de l’assaut à « une ingérence extérieure », sans en préciser l’origine.

Des manifestants crient des slogans antisémites sur la piste d’un aéroport du Daghestan, en Russie, recherchant les passagers d’un vol en provenance d’Israël, le 29 octobre 2023. (Crédit : AP)

Avec les « images télévisées des horreurs qui se produisent dans la bande de Gaza », il est « très facile pour les personnes malintentionnées d’utiliser, de provoquer la situation », avait-il regretté.

Des personnalités du Daghestan se sont exprimées en faveur des Palestiniens et contre Israël depuis l’assaut meurtrier du Hamas contre Israël, le 7 octobre, qui a fait 1 400 morts, pour la plupart des civils, dans la pire attaque terroriste de l’histoire du pays, et au moins 243 autres personnes ont été prises en otage.

Le président Volodymyr Zelensky, de confession juive, avait jugé dimanche que ces incidents démontraient « la culture russe de la haine contre les autres nations ».

L’Ukraine a rejeté lundi les accusations de la Russie qui lui reproche d’avoir joué un « rôle clé » dans les émeutes anti-Israël la veille dans un aéroport de la république caucasienne russe du Daguestan, majoritairement musulmane.

« Les accusations du ministère russe des Affaires étrangères sur l’implication de l’Ukraine dans les évènements au Daguestan sont une tentative de rejeter la responsabilité » sur Kiev, a dénoncé le porte-parole de la diplomatie ukrainienne, Oleg Nikolenko.

En réponse à ces violences, Vladimir Poutine présidera, quant à lui, lundi soir une réunion en vue de « discuter des tentatives occidentales d’utiliser les événements au Moyen-Orient pour diviser la société russe », selon le Kremlin.

Traque des passagers

Des vidéos, diffusées dimanche sur les réseaux sociaux et dans les médias russes, ont montré des hommes contrôlant des voitures, vérifiant l’identité d’un passager, forçant des portes dans le terminal et s’attroupant au pied d’un avion sur le tarmac.

L’un d’eux, sur l’une de ces vidéos, tient une pancarte : « Les tueurs d’enfants n’ont pas leur place au Daguestan », tandis que d’autres crient « Allah Akbar ! ». Certains dans la foule brandissaient des drapeaux palestiniens.

Un avion en provenance de Tel-Aviv de la compagnie russe Red Wings avait atterri dimanche à 19H00 heure locale (16H00 GMT) à Makhatchkala, selon le site internet spécialisé Flightradar24.

Les autorités n’ont pour l’heure pas précisé si l’appareil et ses passagers avaient pu repartir.

Lundi, un important dispositif de sécurité avait été mis en place autour de l’aéroport et des employés commençaient à réparer des barrières endommagées, selon un journaliste de l’AFP présent sur place.

L’aéroport a subi des « dégâts importants », a expliqué son directeur général. Il a toutefois pu rouvrir lundi en début d’après-midi, a fait savoir l’agence de l’aviation russe.

Les forces de l’ordre patrouillent à l’extérieur de l’aéroport de Makhachkala, le 30 octobre 2023. (Crédit : STRINGER / AFP)

La police a interpellé 60 personnes soupçonnées de l’avoir pris d’assaut et plus de 150 « participants actifs à des troubles » ont été identifiés, a annoncé le ministère russe de l’Intérieur, assurant que des opérations de recherche étaient en cours pour identifier tous les assaillants.

Neuf policiers ont été blessés, dont deux ont été hospitalisés, a déploré le ministère russe de l’Intérieur.

L’Ukraine mise en cause

Le dirigeant du Daguestan, Sergueï Melikov, pointant du doigt le rôle de Kiev, a affirmé qu’une chaîne Telegram critique des autorités locales, « Outro Daguestan », était administrée d’Ukraine par des « traîtres ».

Cette chaîne, suivie par environ 60.000 personnes, avait partagé un appel à se rassembler à l’aéroport de Makhatchkala dimanche soir, disant vouloir empêcher l’arrivée de passagers « indésirables » du vol Red Wings en provenance de Tel-Aviv.

Maria Zakharova a en outre évoqué le rôle supposé d’Ilia Ponomarev, un ex-parlementaire russe qui avait voté contre l’annexion de la Crimée en 2014 et qui a depuis quitté la Russie.

Ce dernier a apporté un soutien financier à « Outro Daguestan », selon le média indépendant Sota. Il n’a pour l’heure pas répondu à une sollicitation de l’AFP.

La guerre entre Israël et le Hamas est entrée lundi dans son 24e jour. Israël affirme que son offensive vise à détruire les capacités militaires et de gouvernance du Hamas, et s’est engagé à éliminer l’ensemble du groupe terroriste qui dirige la bande de Gaza. Il affirme viser toutes les zones où le Hamas opère, tout en cherchant à minimiser les pertes civiles.

Au moment où l’incident était encore en cours, Israël avait appelé la Russie à « protéger tous les citoyens israéliens et tous les juifs ».

Les Etats-Unis ont pour leur part condamné des « manifestations antisémites ».

Plus tôt dimanche, un centre juif a été incendié à Naltchik, une ville de la région caucasienne russe de Kabardino-Balkarie, selon l’agence RIA Novosti.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.