Israël en guerre - Jour 229

Rechercher

Assuta Ramat HaHayal ne peut plus accepter de nouvelles patientes de FIV

Le ministère de la Santé a censuré l'hôpital pour plusieurs manquements graves, dont la naissance d'un bébé sans lien ADN avec son père

L'hôpital Assuta de Ramat HaHayal, à Tel Aviv, le 20 mai 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/FLASH90)
L'hôpital Assuta de Ramat HaHayal, à Tel Aviv, le 20 mai 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/FLASH90)

Suite à une série d’erreurs inquiétantes dans le service de fécondation in vitro (FIV) de l’hôpital Assuta de Ramat HaHayal, le ministère de la Santé a annoncé jeudi que l’unité de fertilité de l’hôpital n’était plus autorisée à accepter de nouvelles patientes.

L’annonce d’une série de restrictions imposées à l’hôpital est intervenue à la suite d’une audience portant sur plusieurs incidents récents impliquant le service, notamment un bébé né par FIV et dont on a constaté qu’il n’était pas génétiquement lié au père.

Le ministère de la Santé a déclaré que l’audience avait également été motivée par un incident au cours duquel 13 ovules fécondés stockés par l’hôpital s’étaient desséchés. Le centre hospitalier a été accusé d’avoir tenté de dissimuler ces cas, qui n’ont pas été signalés aux autorités en temps voulu.

« Ces événements et leur proximité, ainsi que le fait qu’ils n’aient pas été signalés au ministère de la Santé, soulèvent des inquiétudes quant à l’atteinte à la santé publique », a déclaré le ministère à l’époque. « Par conséquent, l’option d’ordonner la fermeture totale ou partielle du département est envisagée. »

Dans sa décision de jeudi, le ministère a ordonné à l’hôpital de limiter ses activités de FIV à l’avenir. Il n’y aura pas plus de 25 procédures (prélèvements d’ovules et transferts d’embryons combinés) autorisées par jour ouvrable, qui se terminera au plus tard à 23h.

En outre, le service de FIV n’est pas autorisé à accepter de nouveaux patients.

Un spermatozoïde injecté directement dans un ovule lors d’une FIV. (Crédit : Lars Neumann via iStock by Getty Images)

« Cette mesure sera maintenue jusqu’à nouvel ordre afin de s’assurer que le champ d’activité corresponde à la norme requise et que l’unité agisse de manière à ne pas mettre en danger ou porter atteinte à la santé publique ou aux droits des patients », précise le communiqué.

Le ministère de la Santé a également demandé à l’hôpital de rechercher et de nommer immédiatement un conseiller principal indépendant pour diriger les efforts visant à améliorer la culture organisationnelle en matière de sécurité des traitements, y compris « le signalement adéquat et rapide des incidents exceptionnels ».

En septembre 2022, une femme a découvert que son embryon avait été mélangé à l’hôpital Assuta de Rishon Lezion. Elle et son mari ont mené une bataille juridique de plusieurs mois pour garder le bébé, Sophia, qui est né en octobre.

Dans cette affaire, le ministère de la Santé a d’abord cherché à retrouver les parents biologiques de l’enfant, mais après que des tests ont exclu le couple le plus susceptible d’être les parents, les fonctionnaires ont annoncé en novembre qu’ils interrompaient les recherches.

En mars 2023, la Cour suprême a décidé de ne pas autoriser la poursuite des tests génétiques pour six autres couples potentiels afin de déterminer s’ils étaient les parents biologiques de l’enfant.

Selon l’arrêt, les juges ont estimé qu’il y avait très peu de chances que les six couples soient les parents biologiques et que la revendication légale de la mère biologique et de son mari sur l’enfant était plus forte.

Une enquête du ministère de la Santé sur l’incident survenu à Assuta de Rishon Lezion a mis en évidence d’importants manquements au protocole, dus à une charge de travail élevée, qui ont entraîné l’implantation erronée de l’embryon.

La demande croissante de FIV ces dernières années a poussé les patients à se faire traiter dans des hôpitaux privés comme Assuta. Compte tenu de la pression exercée sur ces établissements, le directeur-général du ministère de la Santé, Moshe Bar Siman Tov, a nommé en mai une équipe ministérielle chargée d’étudier la question et de formuler des recommandations.

Le rapport de l’équipe a été publié le 5 juillet et est ouvert aux commentaires du public. L’une de ses recommandations est d’accroître la concurrence entre les fournisseurs publics et privés de traitements de FIV, en partie en rendant les options publiques plus attrayantes et en permettant aux patients de choisir leur médecin sans frais supplémentaires.

Le groupe du ministère a également souligné la nécessité de renforcer les normes, notamment en ce qui concerne la manipulation et le suivi des échantillons. Il a également recommandé de limiter les cycles de traitement (prélèvement d’ovules et transfert d’embryons) à 8 000 par an jusqu’à ce qu’il soit prouvé qu’un service de traitement de la FIV peut en traiter davantage.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.