Rechercher

Attaque au couteau dans le centre de Jérusalem

La victime souffre de blessures modérées à graves ; Un ministre arabe critique la police alors qu'une vidéo montre un agent tirer à plusieurs reprises sur le terroriste au sol

Le couteau qui a servi à l'attaque du 4 décembre 2021 dans le centre de Jérusalem. (Crédit : Police israélienne)
Le couteau qui a servi à l'attaque du 4 décembre 2021 dans le centre de Jérusalem. (Crédit : Police israélienne)

Un terroriste palestinien a mené samedi une attaque au couteau, ayant blessé au moins une jeune personne dans le centre de Jérusalem, avant d’être abattu par les forces de l’ordre, ont indiqué les secouristes et la police israélienne.

Selon le Magen David Adom, la personne blessée est un jeune juif ultra-orthodoxe âgé de 20 ans, hospitalisé à Shaare Tzedek pour des coups de couteau et actuellement « dans un état oscillant entre modéré et grave ».

« Vers 16H30, un terroriste (…) a poignardé un passant près de la porte de Damas, à Jérusalem-Est, puis a tenté de poignarder un officier de la police des frontières », a indiqué la police israélienne disant avoir « neutralisé » le terroriste.

Samedi soir, la police israélienne a diffusé une vidéo qui montre le terroriste attaquant un homme vêtu de l’habit traditionnel ultra-orthodoxe, puis courant en direction d’un policier avant d’être abattu.

Des images de témoins diffusées sur les réseaux sociaux montrent de leur côté le Palestinien étendu au sol, blessé, sur lequel un membre des forces de l’ordre israélien ouvre le feu à au moins deux reprises et à une distance de quelques mètres.

« J’apporte mon plein soutien aux forces qui ont répondu comme il le fallait à cet incident, ont neutralisé le terroriste et ont empêché d’autres atteintes contre les forces de l’ordre et les civils dans la zone », a déclaré le commandant de police Amir Cohen.

Le Premier ministre israélien Naftali Bennett a salué la police pour avoir agi de manière « rapide et décisive (…) contre un terroriste qui a tenté de tuer un citoyen israélien ».

« Une seconde ou deux après le premier tir, les policiers devaient décider si le terroriste pouvait déclencher un attentat suicide. S’il y a un doute, il n’y a pas de doute, » a déclaré le ministre de la Sécurité publique, Omer Barlev, qui supervise la police.

Le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid a également apporté son soutien, affirmant que les policiers « sauvaient des vies » grâce à leur conduite.

La ministre de l’Intérieur Ayelet Shaked a exprimé son soutien aux officiers, affirmant qu’ils « sont au premier plan et que nous les soutenons ».

Le ministre de l’Éducation Yifat Shasha-Biton et le ministre des Communications Yoaz Hendel ont également salué leur intervention.

La vidéo de l’attaquant abattu alors qu’il était au sol a suscité les critiques de politiciens arabes, dont le ministre de la Coopération régionale Issawi Frej (Meretz).

« Face à une tentative de meurtre, les assaillants devraient être abattus pour sauver des vies, et non dans le but de tuer [les assaillants] lorsqu’ils ne représentent plus une menace », a déclaré Frej.

Le ministre a estimé que la conduite des policiers telle qu’elle apparaît dans la vidéo « exprime une indifférence face à la vie humaine qui devrait faire l’objet d’une enquête ».

Son collègue Ofer Cassif a également qualifié la fusillade d’ « exécution extrajudiciaire », ajoutant que « Tirer sur une personne blessée allongée au sol alors qu’elle ne représente plus un danger, quels que soient ses actes, est un crime de guerre. »

« L’exécution d’une personne qui ne représente plus une menace est un crime horrible », a réagi sur Twitter la députée arabe israélienne Aida Touma Sliman.

Côté palestinien, le ministère des Affaires étrangères a accusé la police israélienne d’avoir « exécuté » Salima, allant jusqu’à évoquer un « crime contre l’humanité ».

A Jérusalem, Mohammed Hamadeh, un porte-parole du mouvement terroriste islamiste du Hamas – au pouvoir dans la bande de Gaza -, a accusé dans un bref communiqué la police israélienne « d’avoir délibérément ouvert le feu sur un Palestinien blessé gisant au sol (….) ce qui est une preuve de brutalité ».

Des émeutes palestiniennes se sont ensuite développées sur les lieux du crime, la police utilisant des grenades assourdissantes et d’autres mesures contre les émeutiers.

Eliyahu David Kay, tué dans un attentat terroriste à Jérusalem le 21 novembre 2021. (Crédit : Instagram / HaShomer HaChadash)

Un Israélien originaire d’Afrique du Sud, Eliyahu Kay, 25 ans, avait a été tué le 22 novembre dernier lors d’une attaque à l’arme à feu menée par un terroriste palestinien membre du Hamas dans la Vieille Ville de Jérusalem.

Dans la foulée, les forces israéliennes avaient mené une opération dans un camp de réfugiés de Jérusalem-Est où vivait l’assaillant, prélude à des heurts sur place avec des Palestiniens.

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...