Attentats à Paris : Erdogan réclame un « consensus contre le terrorisme »
Rechercher

Attentats à Paris : Erdogan réclame un « consensus contre le terrorisme »

Ces derniers mois, la Turquie a été frappée par plusieurs attentats attribués aux jihadistes du groupe Etat islamique

Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan le 29 janvier 2014 à Téhéran (Crédit : AFP/Behrouz Mehri)
Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan le 29 janvier 2014 à Téhéran (Crédit : AFP/Behrouz Mehri)

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a présenté ses « condoléances les plus profondes » à la France après les attentats meurtriers de Paris vendredi soir et a réclamé un « consensus de la communauté internationale contre le terrorisme ».

« La cible des attaques odieuses à Paris est l’humanité toute entière. La Turquie condamne fermement ces attaques », a pour sa part écrit le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu sur son compte Twitter.

« En tant que pays qui connaît parfaitement les procédés et les conséquences du terrorisme, nous comprenons parfaitement la souffrance que connaît maintenant la France », a déclaré à la télévision M. Erdogan, qui doit présider dimanche un sommet du G20 à Antalya, dans le sud de la Turquie.

Ces derniers mois, la Turquie a été frappée par plusieurs attentats attribués aux jihadistes du groupe Etat islamique (EI), notamment celui commis à Ankara le 10 octobre dernier, le plus meurtrier de son histoire, qui a fait 102 morts et plus de 500 blessés.

« Nous avons toujours dit qu’il devait y avoir un consensus de la communauté internationale contre le terrorisme », a poursuivi le président islamo-conservateur turc. « Nous avons toujours mené le combat contre le terrorisme avec détermination et nous continuons à le mener », a-t-il ajouté.

La Turquie a lancé l’été dernier une « guerre contre le terrorisme » en visant le groupe EI en Syrie mais aussi et surtout les rebelles du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), qui mène depuis 1984 une guérilla contre ses forces de sécurité.

La lutte antiterroriste et la situation en Syrie doivent être débattues dimanche soir par les chefs d’Etat et du gouvernement des vingt pays les plus riches de la planète, dont l’Américain Barack Obama et le Russe Vladimir Poutine, lors de leur sommet annuel.

La présidence française a annoncé que le président François Hollande annulait en raison des attentats son déplacement au sommet du G20 et serait représenté par deux ministres.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...