Attentats de Merah : le ministre de l’Intérieur le 19 mars à Toulouse, selon le Crif
Rechercher

Attentats de Merah : le ministre de l’Intérieur le 19 mars à Toulouse, selon le Crif

"Nous ne voulons pas de surenchère des candidats" ni "politiser l'événement commémoratif", a déclaré Franck Touboul

Le ministre de l’Intérieur Bruno Le Roux a exprimé vendredi son « indignation » après l’agression dont ont été victimes deux jeunes juifs à Bondy. Ici à l'Assemblée nationale, en février 2017 (Crédit : AFP / Patrick KOVARIK)
Le ministre de l’Intérieur Bruno Le Roux a exprimé vendredi son « indignation » après l’agression dont ont été victimes deux jeunes juifs à Bondy. Ici à l'Assemblée nationale, en février 2017 (Crédit : AFP / Patrick KOVARIK)

Le ministre de l’Intérieur Bruno Le Roux est attendu à Toulouse le 19 mars pour commémorer le 5e anniversaire des attentats de Mohamed Merah, qui ont fait sept morts en mars 2012, a-t-on appris vendredi auprès du Crif à Toulouse et de source sécuritaire.

Imad Ibn Ziaten, Abel Chennouf, Mohamed Legouad, Gabriel Sandler, Aryeh Sandler, Myriam Monsonégo et Jonathan Sandler ont été tués entre le 11 et le 19 mars par Mohamed Merah.

Sollicitée par l’AFP, la place Beauvau n’a pas confirmé cette visite dans l’immédiat et ne mentionne dans l’agenda du ministre qu’un déplacement en région le 19 mars.

En revanche, une rencontre-débat, initialement annoncée ce jour-là à Toulouse pour « aborder les défis qui attendent le prochain président de la République » en matière de terrorisme, a été annulée.

Le président du Crif Midi-Pyrénées, Franck Touboul, a indiqué à l’AFP qu’il souhaitait « privilégier le recueillement » pour « marquer d’une pierre blanche le 5e anniversaire de cet événement tragique » sans « mélange des genres ».

Le centre de réflexion Elnet, qui œuvre à développer des partenariats entre des États européens et Israël, avait initialement annoncé cette rencontre en présence de candidats à la présidentielle 2017, sans citer aucun nom.

« Nous ne voulons pas de surenchère des candidats » ni « politiser l’événement commémoratif », a déclaré M. Touboul, soulignant qu’une « réflexion » sur le sujet serait privilégiée « peut-être en avril ou mai ».

Pour la première fois depuis 2012, l’école Ozar Hatorah (rebaptisée Ohr Torah) sera ouverte pour un moment de recueillement, selon le Conseil représentatif des Institutions juives de France.

Des policiers devant l'école Ozar Hatorah, à Toulouse, le 19 mars 2012. (Crédit : AFP/Archives Remy Gabalda)
Des policiers devant l’école Ozar Hatorah, à Toulouse, le 19 mars 2012. (Crédit : AFP/Archives Remy Gabalda)

Une statue du sculpteur Charles Stratos sera dressée dans la cour de l’établissement en mémoire des trois écoliers et de l’enseignant juifs qui y ont péri sous les balles du « tueur au scooter », a-t-on ajouté de même source.

La cérémonie est prévue en présence notamment de son directeur, qui a perdu sa fille Myriam Monsonego dans la fusillade, et du père de l’enseignant Jonathan Sandler, assassiné avec ses deux fils Arieh et Gabriel.

Seront également présents le ministre, la rectrice d’Académie, le maire et le rabbin de Toulouse, selon le Crif.

Une cérémonie du souvenir aura ensuite lieu près du Capitole en présence de Bruno Le Roux et du maire de Toulouse Jean-Luc Moudenc (LR), avec dépôt de gerbes au pied du magnolia planté en 2013 par François Hollande, en mémoire des sept victimes, toujours selon le Crif.

Reproduction photo of 8-year-old Miriam Monsonego, daughter of school headmaster Rabbi Yaacov Monsonego, who was killed in a shooting attack at the Ozar Hatorah School in Toulouse, France, early Monday morning. (photo credit: Flash90)
Miriam Monsonego, fille du rabbin Yaacov Monsonego, tués par Mohamed Merah à l’école juive de Toulouse Ozar Hatorah en avril 2012. (Crédit : Flash90)

Le 15 mars 2012, à Montauban, deux parachutistes Abel Chennouf et Mohamed Legouad, étaient tués par Mohamed Merah, tandis qu’un troisième, Loïc Liber, était grièvement blessé à la tête.

Cinq ans après, la maire de Montauban Brigitte Barèges (LR) déposera une gerbe sur une plaque érigée devant le 17e régiment des parachutistes où a eu lieu la fusillade.

Quatre jours plus tôt, le 11 mars 2012 à Toulouse, le « tueur au scooter » avait démarré sa course meurtrière par l’assassinat du maréchal des logis chef Imad Ibn-Ziaten, également militaire et fils de Latifa Ibn Ziaten.

Latifa Ibn Ziaten a créé l’association « Imad Ibn Ziaten pour la jeunesse et la paix » (Crédit : Facebook)
Latifa Ibn Ziaten a créé l’association « Imad Ibn Ziaten pour la jeunesse et la paix » (Crédit : Facebook)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...