Attentats de Paris : la Belgique renforce le contrôle aux frontières
Rechercher

Attentats de Paris : la Belgique renforce le contrôle aux frontières

Le niveau d’alerte terroriste n'a pas été rehaussé, car "sur la base des informations disponibles, la situation dramatique à Paris n’a en effet pas d’impact direct en Belgique"

Les forces de police, les pompiers et les secouristes sécurisent la zone à proximité de la salle de concert du Bataclan à Paris, le 14 novembre 2015. (Crédit : AFP PHOTO / FRANCOIS GUILLOT)
Les forces de police, les pompiers et les secouristes sécurisent la zone à proximité de la salle de concert du Bataclan à Paris, le 14 novembre 2015. (Crédit : AFP PHOTO / FRANCOIS GUILLOT)

La Belgique a renforcé le contrôle à ses frontières dans la nuit de vendredi à samedi, à la suite des attentats de Paris qui ont fait au moins 120 morts, selon un bilan provisoire.

« Un contrôle renforcé a été instauré aux frontières dans le cadre notamment d’une collaboration étroite avec les autorités françaises », indique un communiqué publié à l’issue d’une réunion du centre de crise, qui dépend du ministère de l’Intérieur.

En revanche, le niveau d’alerte terroriste en Belgique n’a pas été rehaussé, car « sur la base des informations disponibles, la situation dramatique à Paris n’a en effet pas d’impact direct en Belgique », précise le communiqué.

« A titre de précaution, une sensibilisation accrue des services de police a été demandée pour l’ensemble des grands événements prévus ce week-end en Belgique ainsi que pour le match de football prévu mardi prochain (contre l’Espagne) à Bruxelles », ajoute toutefois le centre de crise.

Selon les autorités, il n’y aurait pas de victimes belges à Paris.

Le Premier ministre belge Charles Michel a offert ses « condoléances » et a assuré que « la Belgique est aux côtés de la France », sur son compte Twitter.

Interrogé en direct à la radio publique RTBF, M. Michel s’est « écoeuré par cette tragédie » et a appelé les Belges à « ne pas tomber dans le piège de l’angoisse et à être prudents et mobilisés ».

Le Conseil national de sécurité belge doit se réunir samedi matin, a précisé M. Michel, en ajoutant qu' »on va devoir renforcer les moyens » contre le terrorisme.

Avec des chiffres variant de « 375 à 500 combattants », selon les statistiques donnés par les autorités belges aux experts de l’ONU, la Belgique est le pays de l’UE d’où sont issus le plus grand nombre de jihadistes partis en Syrie ou en Irak proportionnellement à sa population.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...