Au Caire, l’ambassade de la Libye ferme ses portes pour « raisons de sécurité »
Rechercher

Au Caire, l’ambassade de la Libye ferme ses portes pour « raisons de sécurité »

Le GNA a indiqué que l'activité de la mission diplomatique était suspendue afin de protéger ses employés, à la suite d'une série de "violations" récentes visant l'ambassade

Des Libyens avec leur drapeau sur une place de Tripoli, le 6 novembre 2014. (Crédit : Mahmud Turkia/ AFP)
Des Libyens avec leur drapeau sur une place de Tripoli, le 6 novembre 2014. (Crédit : Mahmud Turkia/ AFP)

L’ambassade de la Libye en Egypte a fermé dimanche ses portes jusqu’à nouvel ordre, a-t-elle indiqué dans un communiqué, évoquant des raisons liées à la sécurité.

L’ambassade « suspend son travail pour des raisons de sécurité à partir de dimanche et jusqu’à nouvel ordre », a-t-elle indiqué dans ce texte posté sur sa page Facebook.

Cette ambassade, qui représente le Gouvernement d’union nationale (GNA) libyen reconnu par l’ONU, a démenti, dans un communiqué séparé, que sa fermeture soit liée à des défections parmi ses employés ayant rejoint le maréchal Khalifa Haftar, rival du GNA, comme l’ont évoqué plusieurs articles.

Le GNA a indiqué de son côté que l’activité de la mission diplomatique était suspendue afin de protéger ses employés, à la suite d’une série de « violations » récentes visant l’ambassade et des tentatives de « chantage » dans le but d’obtenir de l’argent.

Aucun détail n’a été donné sur ces actes ni sur leurs auteurs présumés. « Un travail est en cours avec les autorités égyptiennes pour mettre fin à ces violations et assurer la sécurité de l’ambassade », a précisé le GNA, dans un communiqué publié sur Facebook.

L’ambassade rouvrira ses portes seulement une fois sa sécurité garantie, a-t-il indiqué.

(FILES) L’homme fort de Libye Khalifa Haftar salue pendant une parade militaire à Benghazi, à l’est de la Libye, le 7 mai 2018 (Crédit : Abdullah DOMA / AFP)

Si l’Egypte, les Emirats arabes unis et l’Arabie saoudite sont accusés de soutenir le maréchal Haftar, le Qatar et la Turquie appuient le GNA.

L’annonce de la fermeture de l’ambassade intervient trois jours après l’annonce du maréchal, homme fort de l’Est libyen, d’une nouvelle « bataille décisive » pour s’emparer de Tripoli, où siège le GNA.

Le GNA a de son côté assuré que la situation était « sous contrôle » et qu’il maintenait ses positions au sud de la capitale, où se concentrent les combats depuis le début de l’offensive des forces pro-Haftar.

Les affrontements, qui ont commencé en avril, ont causé la mort de plus de 1 000 personnes tandis que 140 000 ont été déplacées, selon l’ONU.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...